Dans la presse...



L'Œuvre des pauvres malades dans les faubourgs

La Presse — 31 mars 1874

De toutes les œuvres de bienfaisance qui font, à cette époque de l'année, appel au concours de la charité publique, il en est peu d'aussi méritantes, il n'en est pas qui soit plus digne d'attirer l'attention, que celle en faveur de laquelle Mgr Perraud, évêque nommé d'Autun, doit prêcher demain, mardi, à quatre heures de l'après-midi, en l'église Saint-Philippe du Roule.

L'Œuvre des pauvres malades dans les faubourgs commençait, en décembre 1873, par la visite de douze malades à Belleville. Depuis lors, elle s'est graduellement étendue aux quartiers de la Butte-aux-Cailles, de la Tombe-Issoire, de la Glacière, de Montmartre, de Clignancourt et, en dernier lieu, de Plaisance.

Rue de la Glacière

Cette simple énumération qui donne les parties les plus déshéritées de Paris pour champ de bataille aux courageuses missionnaires de cette œuvre de dévouement, est d'une éloquence qui dispense de tout commentaire. S'il en fallait un, cependant, nous le trouverions à chaque page dans les rapports mensuels de l'Association. Il nous suffira d'en détacher les lignes suivantes :

On ignore trop, dans certaines classes de la société les abîmes de misère qui entourent le luxe de Paris comme une ceinture et il faut que nous signalions, parmi les faubourgs de l'ancienne banlieue, la Maison-Blanche (Glacière et Butte-aux-Cailles), où le désordre matériel et moral dépasse tout ce que l'imagination peut rêver de plus hideux. Lorsqu'on n'a pas vu les passages de ce quartier, entr'autres le Passage des Anges, on ne peut s'en faire une idée.

L'agglomération des familles dans ces allées longues et étroites, divisées en cases, qui ressemblent assez à des toits à porcs, la saleté, l'odeur infecte des chiffons, les physionomies étranges des habitants, donnent à ce coin de la capitale un aspect inouï, et on se représente facilement ces malheureux, descendant, un jour d'émeute, comme des hordes barbares, avec la haine et la convoitise dans le cœur. Comment s'en étonner, quand on voit les conditions de leur vie, quand on sait que les notions les plus élémentaires de morale et de religion leur manquent, et que chez la plupart d'entre eux il n'y a rien de développé sinon les appétits matériels ?

Voilà le milieu ou n'ont pas craint de pénétrer des femmes du monde, riches, belles, élégantes, habituées à tous les ménagements de la vie de salon, pour apporter un peu de soulagement a ces foules déshéritées de tous les biens. »

1,300 malades assistés, 5,000 personnes secourues, 10,000 visites faites, 28,000 fr. dépensés, — voilà le bilan de la première année de l'Œuvre des pauvres malades dans les faubourgs.

La quête de demain a pour but d'en élargir le cercle.

Toute autre recommandation est superflue.


A lire également

Les quartiers pauvres (1869)

Vu dans la presse...

Le Métro passe la Seine : Place d’Italie - Nation

La rive gauche réclamait son Métro : on va le lui accorder. Ainsi disparaîtra bientôt toute cause de jalousie entre les deux rives de la Seine. Il était grand temps qu'un peu d'équité intervint dans la répartition des lignes ! (1903)

Lire

99, boulevard Masséna où les zoniers apprennent la vie bourgeoise

Ce sont, à deux pas de la porte de Choisy, trois étages de pierres que le plan de Paris et les gens du quartier appellent le bastion 89. (1942)

Lire

Éclairez S.V.P.

Depuis longtemps les habitants des quartiers Croulebarbe et de la Maison-Blanche réclamaient l’achèvement de la rue Auguste Lançon, pour pouvoir se rendre sans un long détour à la gare du Parc-Montsouris. Enfin, c’est fait ! (1900)

Lire

L'état des projets pour le XIIIe arrondissement

Les travaux commencés l'année dernière pour le raccordement des boulevards d'Italie et des Gobelins sont sur le point d'être terminés. On achève le macadam et les trottoirs de la dernière fraction du parcours. (1864)

Lire

Saviez-vous que... ?

Le 26 avril 1939 une distribution de sacs de sable était organisée dans le quartier Croulebarbe par la préfecture de la Seine.

*
*     *

La retraite du 21e régiment d'infanterie coloniale qui, le 22 mars 1913, passa par les rues de Patay, Jeanne d'Arc, le boulevard de la Gare, les rues Pinel, de Campo Formio, les avenues des Gobelins et de Choisy ne donna lieu à aucun incident.

*
*     *

La rue de Tolbiac, pour la partie comprise entre la rue de la Glacière et la rue du Château-des-Rentiers, fut appelée initialement rue du Transit lorsque son ouverture fut projetée.

*
*     *

La voie romaine allant de Lutèce à Lugdunum légua son tracé à l'avenue de Choisy. En juin 1906, à l'angle de la rue de la Vistule, on mit à jour cette voie romaine sur une longueur de 14 mètres et une largeur de 8 mètres et l'on vit son pavage formé par deux rangées de moellons bruts superposés avec des joints contrariés.

L'image du jour

La mairie du XIIIe