Dans la presse...



Injustice et gaspillage ?

Le Petit Journal — 21 mai 1923

— Monsieur, me dit cet homme, je suis un ancien mobilisé. J’ai fait la guerre et j'ai une femme et trois enfants. J'habite avenue d'Italie une maison que la Ville vient d’acheter. Nous sommes trente-cinq locataires... Eh bien, la Ville vient de nous signifier trente-cinq congés ! Où veut-elle que nous allions loger, quand elle nous aura mis dehors ?

— …

— Il faut que vote sachiez aussi ceci, monsieur. La maison que nous habitons fait partie d’une propriété qui s’appelle le parc Bréa, que la Ville a acheté au même coup pour construire un secteur électrique et qu’elle a payé 200 francs le mètre. Le propriétaire avait l'intention de ne pas vendre au-dessus de 130 ou 150 francs. Mais quand il a su que c’était la Ville, dame, il a majoré son prix, vous comprenez ! La Ville, c’est nous, et nous sommes tous bons pour payer, n’est-ce pas ?

— …

— Notez, monsieur, que ce ne sont pas les terrains municipaux qui manquent dans le quartier. La Ville, en possède un nombre respectable rue du Château-des-Rentiers, rue Nationale, rue du Gaz, rue de Tolbiac, rue Baudricourt, dont on ne se sert que pour y mettre en réserve des pavés. Rue du Château-des-Rentiers, vers les fortifs, il existe un terrain municipal complètement inutilisable, qu'on a laissé enclore par de petites et grandes constructions. Pendant la guerre, c’était un terrain de jeux. On a même dépensé un millier de francs pour le sabler. À présent, bernique ! En allant vers la place de Rungis, on peut encore voir bien des terrains qui appartiennent à la Ville. Pourquoi donc, je vous le demande, avoir acheté si cher le parc Bréa ? Pourquoi avoir acheté la maison que nous sommes trente-cinq à habiter ? Pourquoi veut-on nous en expulser ? Est-ce que vraiment c'était nécessaire ? Est-ce qu’il n’y a pas là une injustice et un honteux gaspillage des deniers publics?

— …

— Vous ne dites rien ?

— …

André Billy.

  

Vu dans la presse...

La crue persiste

Au service hydrométrique, on escompte la cote de 5m.20 à Paris-Austerlitz d'ici à lundi matin et on espère qu'elle ne sera pas sensiblement dépassée. (1910)

Lire

L'assainissement de la Bièvre

Le préfet de la Seine a déclaré d'utilité publique l'assainissement de la vallée de la Bièvre aux abords de la rue du Moulin-des-Prés. (1897)

Lire

Une inondation boulevard Kellermann

Dans la soirée d'hier, vers six heures et demie, une conduite d'eau passant à la poterne des Peupliers, près du boulevard Kellermann, dans le treizième arrondissement, s'est rompue brusquement. (1912)

Lire

Mort de M. Ernest Rousselle

Ainsi que nous le faisions pressentir, M. Rousselle, conseiller municipal du quartier de la Maison-Blanche (treizième arrondissement), président du conseil municipal de Paris, a succombé hier matin à la maladie qui, depuis un certain temps, le tenait éloigné de l'Hôtel de Ville. (1896)

Lire

Saviez-vous que... ?

Le 26 avril 1939 une distribution de sacs de sable était organisée dans le quartier Croulebarbe par la préfecture de la Seine.

*
*     *

En 1890, la raffinerie de sucre Say, installée boulevard de la Gare, produisait 20.000 pains de sucre par jour soit 240.000 kilogrammes.

*
*     *

En décembre 1871, dans Paris assiégé, le 13e arrondissement comptait 79.828 habitants y compris les réfugiés.

*
*     *

En 1865, les frères Goncourt passaient une journée dans le 13e :
« Jeudi, 16 mars. — Nous avons passé la journée chez Burty, rue du Petit-Banquier, dans un quartier perdu et champêtre, qui sont le nourrisseur et le marché aux chevaux. Un intérieur d’art, une resserre de livres de lithographies, d’esquisses peintes, de dessins, de faïences ; un jardinet ; des femmes ; une petite fille ; un petit chien, et des heures où l’un feuillette des cartons effleurés par la robe d’une jeune, grasse et gaie chanteuse, au nom de Mlle Hermann. Une atmosphère de cordialité, de bonne enfance, de famille heureuse, qui reporte la pensée à ces ménages artistiques et bourgeois du dix-huitième siècle. C’est un peu une maison riante et lumineuse, telle qu’on s’imagine la maison d’un Fragonard. »

L'image du jour

La mairie du XIIIe