Faits divers

 Meurtre et bagarre sanglante Cité jeanne d'Arc -

Meurtre et bagarre sanglante

Le Journal des débats politiques et littéraires ― 25 octobre 1902

La cité Jeanne-d'Arc vient d'être une fois de plus le théâtre de scènes sanglantes.

Un malfaiteur dangereux, Léon Becquet, à la suite d'une querelle avec un repris de justice du nom de Dourand, tira quatre coups de revolver sur ce dernier qui s'affaissa, perdant son sang à flots.

Beequet fut arrêté, ainsi que vingt rôdeurs qui se trouvaient avec lui et qui l'auraient encouragé dans cet acte, mais sept seulement ont été dirigés sur le Dépôt avec Beequet.

Quant à Douraud, il a été transporté à l'hôpital Cochin dans un état qui ne laisse aucun espoir. Une heure plus tard, une nouvelle bataille avait lieu au même endroit.

Un souteneur, nomme Jules Derien, dit « Julot », dit « la Terreur de Charonne », âgé de vingt-huit ans, sorti le matin même de la prison de la Santé, où il purgeait une condamnation pour attaque nocturne et vols, se prit de querelle avec sa maîtresse, Madeleine Besniard.

Cette Madeleine Besniard est la femme légitime du fameux bandit Juiges, le chef de la bande des « Étrangleurs de Croulebarbe », qui terrorisa tout Paris il y a une dizaine d'années.

Arrêté, ainsi que plusieurs de ses acolytes, Juiges fut condamné, en 1894, aux travaux forcés à perpétuité.

Il laissa à Paris, et particulièrement dans une partie du 13e arrondissement, des amis qui, hier, prirent fait et cause pour sa femme.

La mêlée fut sanglante. Douze individus se livraient à un véritable carnage, se frappant à coup de couteau. Des gardiens de la paix, en force, accoururent et mirent en état d'arrestation tous ces individus.




A lire également

Le récit des faits par Le Journal

À lire également...

Un drame rue de la Maison-Blanche

1897

Plusieurs individus étaient attablés, avant- hier soir, dans un débit de vin, tenu, rue de la Maison-Blanche, par un nommé Louis P. Une querelle s'éleva entre les consommateurs.

...


Quartier de la Gare

Le drame de la rue Dunois

1892

Le nommé Duchefdelaville, maraîcher, demeurant 20, rue Dunois, se présentait hier dans la matinée au commissariat de police de la rue Jeanne-d'Arc.

...


La Folie de la Vitesse

1906

Un dramatique accident s’est produit, hier, vers deux heures de l’après-midi, boulevard Kellermann, sous les yeux de nombreux témoins qui ont été profondément impressionnés.

...


avenue des Gobelins

Avenue des Gobelins - En plein jour des malfaiteurs défoncent la devanture d’une bijouterie à l’aide d’un cric auto

1938

Il était un peu plus de 15 heures. De nombreux passants circulaient avenue des Gobelins toujours très fréquentée à cette heure de la journée.
À l'angle de l'avenue et de la rue de la Reine-Blanche, la bijouterie « À la Reine Blanche » étalait orgueilleusement dans ses sept vitrines de somptueux bijoux.

...

Saviez-vous que... ?

En 1930, la piscine de la Butte-aux-Cailles, l'une des rares piscines municipales de l'époque, exigeait de tout baigneur la production ou l'achat d'un morceau de savon.

*
*     *

La rue Gustave Geffroy, avant de recevoir le nom de administrateur de la manufacture nationale des Gobelins, s'appela rue Léon Durand jusqu'en 1937. Cette rue fut créée en 1906.

*
*     *

C'est le 5 mars 1930 que furent ouvertes les stations de métro Tolbiac, Maison-Blanche, Porte d'Italie et Porte de Choisy qui faisaient alors partie de la ligne 10.

*
*     *

La place des Alpes (boulevard de la Gare, 164, et rue Godefroy, 2) fut ainsi dénommée par arrêté préfectoral du 1er février 1877, à cause du voisinage de la place d'Italie, à laquelle elle est reliée par la rue Godefroy.

L'image du jour

Le regretté bassin et son jet d'eau du square de la place d'Italie