Faits divers

 Le mystère du boulevard Masséna - 1894

Le mystère du boulevard Masséna

La Presse — 19 décembre 1894

Il y a de cela quelques années, une dame quittait Paris où elle laissait ses deux filles, employées dans une maison de commerce, et partait en Amérique pour y contracter un second mariage. Avant son départ elle recommandait ses deux filles à l'une de ses amies, Mme veuve X... en la priant de leur venir en aide en cas de besoin.

Pendant un certain temps, Mme X... n'entendit pas parler des jeunes filles ; mais, un jour, l'une d'elles vint la trouver et lui expliqua que, ne pouvant payer leur loyer, elles allaient être expulsées par leur propriétaire. Elle supplia Mme X… de les sauver de cette situation critique, ce que celle-ci fit en-avançant la somme nécessaire.

Nouveau laps de temps sans que les jeunes filles donnent signe de vie à leur bienfaitrice.

Enfin, dans le courant du mois de novembre dernier, un mardi soir, pendant que Mme X... dînait avec son jeune fils, âgé de dix-sept ans, elle reçut une carte-télégramme fermée. Ce petit-bleu était signé de l'une des deux jeunes filles. Elle y expliquait que sa sœur était à l'agonie et que, dans la plus complète misère, elle ne pouvait ni la soigner ni la faire enterrer. Elle ajoutait que le manque de ressources les avait obligées à déménager et à aller se loger dans un quartier excentrique, boulevard Masséna, n° 15. Elle terminait en suppliant Mme X… de venir encore une fois à leur secours au plus vite, lui indiquant quel omnibus était, pour venir à leur domicile, le meilleur moyen de transport, la tête de ligne étant près du boulevard Masséna.

Malgré les observations de son jeune fils, Mme X… n’écoutant que son bon cœur voulut partir immédiatement, seule, pour le boulevard Masséna, en prenant l'omnibus que le télégramme lui indiquait.

Le lendemain soir, Mme X. n'avait pas reparu chez elle et n'avait pas écrit aux siens.

Son gendre et son fils, fort inquiets, prirent l'omnibus indiqué, allèrent jusqu'à la tête de ligne et se renseignèrent auprès du contrôleur. Celui-ci leur dit qu'en effet, la veille au soir, vers 9 heures 1/2, une dame, répondant au signalement donné, lui avait demandé son chemin pour aller boulevard Masséna, numéro 15, mais qu'il ne l'avait plus revue. Ces messieurs suivirent le boulevard Masséna, où ils cherchèrent en vain le numéro 15, qui n'existe pas.

Plus de doute pour eux, Mme X… avait été attirée dans un guet-apens, volée et probablement même assassinée.

Ils allèrent alors à l'ancien domicile des deux sœurs et là ils apprirent qu'elles avaient effectivement déménagé, mais pour aller demeurer rue de Paradis. Rue de Paradis, au numéro indiqué, ils trouvèrent les deux jeunes filles en parfaite santé, jurant que ni l'une ni l’autre n'avait écrit ou télégraphié à Mme X...

La famille de Mme X... fit alors sa déclaration à la justice qui ne trouva rien.

Mais environ quinze jours après la disparition de Mme X… on apporta à la Morgue le cadavre d'une femme repêchée dans la Seine par un marinier. Les poches des vêtements étaient retournées et le corsage ainsi que le corset entièrement dégrafés. Les mains étaient crispées.

Les parents de Mme X... reconnurent positivement le cadavre, dont l'identité fut constatée. Ils déclarèrent, en outre, que Mme X… avait l'habitude de porter sur elle, dans des poches pratiquées à l'intérieur du corsage et du corset, l'argent qu'elle possédait chez elle.

Donc, ceux qui avaient préparé et consommé le crime connaissaient parfaitement d'abord, les relations de Mme X, avec les deux jeunes filles, dont on imita l'écriture et la signature ensuite, la coutume que la victime avait de porter sur elle, dans son corsage et son corset, les sommes qu'elle possédait chez elle.

Telle est l'histoire, invraisemblable peut-être, et cependant rigoureusement vraie que nous connaissons depuis plusieurs semaines déjà, mais dont nous n'avions pas voulu parler jusqu'ici dans la crainte d'entraver l'action de la justice.

Aujourd'hui que l'enquête ne semble pas avoir fait de progrès, bien que le champ des recherches soit assez limité et qu'une piste paraisse facile à trouver et à suivre, nous croyons pouvoir livrer ces faits à la publicité.

Georges Meillet.


A lire également

L'article du 24 décembre

À lire également...

Les étrangleurs des Gobelins

1894

On pourrait croire qu'il existe dans le quartier des Gobelins une véritable bande de rôdeurs nocturnes, qui ont la spécialité d'étrangler leurs victimes.

...


Un bien triste individu

1895

Les gardiens de la paix Déom et Métayer étaient de service l'avant-dernière nuit, vers trois heures et demie, dans la rue du Moulin-des-Prés, lorsque les cris « Au secours ! à l'assassin ! » poussés par une voix de femme, retentirent soudain dans la rue Gérard.

...


Place Pinel

Pour guérir sa femme du mal de tête, un ivrogne lui fend le crâne à coup de hache

1935

Dans un petit café de la place Pinel, un terrassier, Louis Pruvost, dit « Petit-Louis » s'approchait hier soir du comptoir de zinc. Il commanda un verre de gros vin rouge et se tournant, tout à coup, vers une de ses connaissances, M. Rajot, il lui dit en le regardant dans les yeux :
— Ma femme est guérie de ses maux de tête, je viens de lui ouvrir le crâne avec ma hache ! Ces femmes, ajoutait-il, ont tous les jours un mal nouveau qui les prend.

...


avenue des Gobelins

Avenue des Gobelins - En plein jour des malfaiteurs défoncent la devanture d’une bijouterie à l’aide d’un cric auto

1938

Il était un peu plus de 15 heures. De nombreux passants circulaient avenue des Gobelins toujours très fréquentée à cette heure de la journée.
À l'angle de l'avenue et de la rue de la Reine-Blanche, la bijouterie « À la Reine Blanche » étalait orgueilleusement dans ses sept vitrines de somptueux bijoux.

...

Saviez-vous que... ?

En 1930, la piscine de la Butte-aux-Cailles, l'une des rares piscines municipales de l'époque, exigeait de tout baigneur la production ou l'achat d'un morceau de savon.

*
*     *

Le puits artésien de la Butte aux Cailles a été foré entre 1866 et 1904 avec quelques interruptions. La fontaine actuelle est alimentée par un forage réalisé en 2000.

*
*     *

C'est le 17 septembre 1901 que fut inauguré le puits artésien de la Butte aux Cailles. L'histoire ne dit pas si ce fut en grande pompe.

*
*     *

Eugène Oudiné, sculpteur et graveur en médailles, membre; de l'Académie des beaux-arts de Bruxelles, né le 1er janvier 1810, est décédé en avril 1887. Son nom était populaire car on pouvait lire sa signature sur toutes les pièces de monnaie frappées depuis 1870. Prix de Rome en 1851, il avait été élève de Gallé, de Petitot et d'lngres. Vers 1844, il fut attaché au Timbre et à la Monnaie. Ce qu'on connaît le plus de lui, ce sont les effigies des pièces de cent sous. Oudiné a pourtant exécuté bon nombre de statues.
La ville de Paris l'honora en 1934 en donnant son nom à la rue Watt prolongée.

L'image du jour

Le regretté bassin et son jet d'eau du square de la place d'Italie