Faits divers

 La rafle de la place des Alpes - Le Journal - 1923

Mon Film

La rafle de la place des Alpes

Le Journal — 28 avril 1923

— Haut les mains ! Que personne ne sorte !...

Cinquante « détectives » envahissent cette salle de bal faubourienne où des centaines de « mecs à la redresse » et de « mômes » pour la plupart « bien balancées » transpirent une « java ».

Bagarre... Mais force reste à la loi et deux cents danseurs, dont cinquante danseuses, sont conduits en camions automobiles au quai des Orfèvres. Interrogatoires, vérifications d'identités. Les étrangers abondent ; en revanche, peu d'étrangères… Tout ce joli monde — ou presque — est conduit au Dépôt.

Tel est le fait divers, qui vient de nous être conté. Le bal où ce magnifique coup de filet a été donné est l'« Excelsior », place des Alpes. Et les reporters ajoutent : « Il est probable que l'on retrouvera parmi ces danseurs interlopes des voleurs internationaux que la police recherchait depuis pas mal de temps. »

Eh bien ! cela m'étonnerait.

Les voleurs internationaux ne doivent guère fréquenter les dancings dont les orchestres, riches en accordéons, réveillent les échos de la place des Alpes !

S'ils dansent la « Java », ce n'est pas dans ces quartiers lointains et ce n'est pas non plus en serrant dans leurs bras les mômes du boulevard de la Gare.

Je les imagine plutôt en smoking et gambillant dans les établissements chics avec des poules de luxe. Ils ne se font pas servir des saladiers de vin chaud ; sur leur table fleurie défilent les bouteilles d’extra-dry, qui, dans les seaux à glace, prennent des airs penchés.

Au fait, les vraies rafles, les rafles utiles, les rafles vraiment efficaces, ce n'est peut-être pas aux Gobelins, à Ménilmontant ou à la Glacière qu'elles s'imposent avec le plus d'urgence.

Les poissons ainsi capturés ne sont, en somme, que de petits poissons : les chalutiers de la Préfecture n'apportent au frigorifique du Dépôt qu'une marée assez banale et qui, salée et mise en boîte, ne me paraît pas valoir ce que représentent tant d'efforts dépensés, de frais accumulés, de dangers courus.

Il y a des pêches autrement miraculeuses à organiser dans les bas-fonds parisiens, mais ces bas-fonds ne sont pas situés dans les quartiers excentriques, et l'espèce frétillante qui y fait briller ses écailles d'émeraude et d'argent n'a rien de commun avec les pâles spécimens capturés à l'Excelsior de la place des Alpes.

Je voudrais lire un fait-divers ainsi conçu :

JOLI COUP DE FILET

La nuit dernière, la police a fait une descente dans plusieurs dancings très élégants. Une centaine d'individus en smoking et de poules de luxe ont été appréhendés. On a reconnu parmi eux divers rastas étrangers, des rats de palace, des souris de wagons-lits, des financiers véreux, des amis professionnels de vieilles coquettes, des entôleurs de riches étrangères, etc., etc.

Tout ce joli demi-monde a été conduit au Dépôt.

Vous ne trouvez pas que ce serait plus intéressant ?

CLÉMENT VAUTEL.


Publicité parue dns le même numéro du Journal

Ce texte est un éditorial portant le titre générique "Mon film". Le titre "La rafle de la place des Alpes" a été ajouté.


A lire également

Les surprises d’une rafle

À lire également...

Étrange fait divers

1890

Un fait assez étrange s'est passé, dans le courant de l'avant-dernière nuit, au quartier de la Glacière.

...


Une bataille boulevard "Liabeuf" entre Agents et Apaches

1911

À trois heures du matin, boulevard Arago — le boulevard Liabeuf, comme l'appellent maintenant, les apaches du quartier — une fusillade terrible s'est engagée entre agents et rôdeurs, sur l'emplacement même où fut exécuté le meurtrier de la rue Aubry-le-Boucher.

...


Quartier de la Gare

Le drame de la place Pinel : Vingt ans de travaux forcés

1935

Puisatier âgé de cinquante-trois ans, Louis Pruvot est un ivrogne invétéré. Depuis plus de quinze ans il habitait 17, place Pinel, avec Élise Chavannes, de six ans son aînée.

...


Sur la zone

Une chiffonnière meurt dans des circonstances mystérieuses

1932

Entre le boulevard Kellermann et la rue Blanqui, sur la zone annexée du 13e arrondissement, s’étend, un de ces étranges camps de miséreux où, dans un inextricable écheveau de sentiers et de ruelles, cabanes et roulottes sont entassées pêle-mêle.

...

Saviez-vous que... ?

Dans son numéro du 19 mars 1872, le Petit Journal signalait à ses lecteurs la vaillante conduite d'une jeune fille-de douze ans, l'aînée de six enfants, dont la mère, demeurant rue Buot, 17, quartier de la Butte aux Cailles (13° arrondissement) était malade à ce moment.
Levée à trois heures du matin, elle allait travailler dehors et gagnait 1 fr. 50 c., pour nourrir toute la famille ; en rentrant de son ouvrage, elle soignait ses frères et sœurs comme l’aurait fait la meilleure des mères.

*
*     *

Le 21 août 1881, M. François,Jean, Félix Cantagrel (Amboise 1810 - Paris 1887) fut de nouveau élu député du 13ème arrondissement au Corps législatif. Il avait été élu une première fois en 1876.
Son nom fut donné en 1899 à la voie nouvelle reliant le carrefour Tolbiac/Patay à la rue Watt. Il y eut même une rue Cantagrel prolongée.

*
*     *

Dans la semaine du 15 au 22 mars 1929, le cinéma Clisson Palace (61-63 rue de Clisson) jouait "Trois jeunes filles nues", un film avec la charmante Jeanne Helbling que celle-ci avait tourné avec l'excellent Nicolas Rimsky. Jeanne Helbling partageait la vedette avec Mmes Jenny Luxeuil Jeanne Brindean et Annabella.

*
*     *

C'est par un, vote intervenu le 19 octobre 1894 que le conseil municipal de Paris décida que la rue Saint-François de Sales perdrait son nom pour prendre celui de Daviel.

L'image du jour

La mairie du XIIIe

Le premier bâtiment de la Mairie en façade de la place d'Italie est dû à Paul-Henri Bonnet, architecte né en 1828, grand prix de Rome. Les travaux commenèrent en 1873. Bonnet les suivit jusqu'à sa mort en 1881. Des extensions de la mairie furent peu à peu constuites et elle occupa finalement, à la fin du XIXe siècle, tout le quadrilatère formé par la place d'Italie, l'avenue des Gobelins, la rue Philippe de Champaigne et le boulevard de l'Hôpital.