Faits divers

 La rafle de la place des Alpes - Le Journal - 1923

Mon Film

La rafle de la place des Alpes

Le Journal — 28 avril 1923

— Haut les mains ! Que personne ne sorte !...

Cinquante « détectives » envahissent cette salle de bal faubourienne où des centaines de « mecs à la redresse » et de « mômes » pour la plupart « bien balancées » transpirent une « java ».

Bagarre... Mais force reste à la loi et deux cents danseurs, dont cinquante danseuses, sont conduits en camions automobiles au quai des Orfèvres. Interrogatoires, vérifications d'identités. Les étrangers abondent ; en revanche, peu d'étrangères… Tout ce joli monde — ou presque — est conduit au Dépôt.

Tel est le fait divers, qui vient de nous être conté. Le bal où ce magnifique coup de filet a été donné est l'« Excelsior », place des Alpes. Et les reporters ajoutent : « Il est probable que l'on retrouvera parmi ces danseurs interlopes des voleurs internationaux que la police recherchait depuis pas mal de temps. »

Eh bien ! cela m'étonnerait.

Les voleurs internationaux ne doivent guère fréquenter les dancings dont les orchestres, riches en accordéons, réveillent les échos de la place des Alpes !

S'ils dansent la « Java », ce n'est pas dans ces quartiers lointains et ce n'est pas non plus en serrant dans leurs bras les mômes du boulevard de la Gare.

Je les imagine plutôt en smoking et gambillant dans les établissements chics avec des poules de luxe. Ils ne se font pas servir des saladiers de vin chaud ; sur leur table fleurie défilent les bouteilles d’extra-dry, qui, dans les seaux à glace, prennent des airs penchés.

Au fait, les vraies rafles, les rafles utiles, les rafles vraiment efficaces, ce n'est peut-être pas aux Gobelins, à Ménilmontant ou à la Glacière qu'elles s'imposent avec le plus d'urgence.

Les poissons ainsi capturés ne sont, en somme, que de petits poissons : les chalutiers de la Préfecture n'apportent au frigorifique du Dépôt qu'une marée assez banale et qui, salée et mise en boîte, ne me paraît pas valoir ce que représentent tant d'efforts dépensés, de frais accumulés, de dangers courus.

Il y a des pêches autrement miraculeuses à organiser dans les bas-fonds parisiens, mais ces bas-fonds ne sont pas situés dans les quartiers excentriques, et l'espèce frétillante qui y fait briller ses écailles d'émeraude et d'argent n'a rien de commun avec les pâles spécimens capturés à l'Excelsior de la place des Alpes.

Je voudrais lire un fait-divers ainsi conçu :

JOLI COUP DE FILET

La nuit dernière, la police a fait une descente dans plusieurs dancings très élégants. Une centaine d'individus en smoking et de poules de luxe ont été appréhendés. On a reconnu parmi eux divers rastas étrangers, des rats de palace, des souris de wagons-lits, des financiers véreux, des amis professionnels de vieilles coquettes, des entôleurs de riches étrangères, etc., etc.

Tout ce joli demi-monde a été conduit au Dépôt.

Vous ne trouvez pas que ce serait plus intéressant ?

CLÉMENT VAUTEL.


Publicité parue dns le même numéro du Journal

Ce texte est un éditorial portant le titre générique "Mon film". Le titre "La rafle de la place des Alpes" a été ajouté.


A lire également

Les surprises d’une rafle

À lire également...

Quartier de la Maison-Blanche

Les Amis de « Guibollard »

1905

Jean Bonneau, âgé de dix-sept ans, dit « Guibollard », avait convié à une petite fête tous ses amis, des rôdeurs qui hantent les fortifications, dans les parages de la porte de Fontainebleau. Ces joyeuses agapes devaient avoir lieu dans un établissement malfamé des environs de la poterne des Peupliers.

...


Rue Abel Hovelacque

La Jalousie d'un Vieillard

1904

Le drame qui s'est déroulé hier matin dans le quartier des Gobelins doit être classé dans la catégorie des crimes passionnels. Et pourtant le héros de cette aventure sanglante, Paul Perrotel, compte près de soixante printemps.

...


Rue Rubens

Encore l’assistance !

1896

Un de nos confrères du matin raconte qu'un nommé Henri Franck serait mort dans un chauffoir de la rue Rubens, après s'être vu refuser l'entrée de l'Hôtel-Dieu.

...


Le 13e avant le 13e

À la Butte-aux-Cailles

1851

M. Veau, employé à l'octroi de Montrouge, regagnait avant hier, vers onze heures du soir, son domicile situé près du lieu-dit la Butte aux Cailles, commune de Gentilly.

...

Saviez-vous que... ?

L'École Estienne est installée à son emplacement actuel depuis novembre 1889 mais n'a été inaugurée que le 1er juillet 1896 par le président de la République, M. Félix Faure.

*
*     *

La rue située entre la rue du Château des Rentiers et la rue Nationale fut dénommée rue Deldroux, en 1888.
Deldroux était un canonnier qui, en 1871, préféra, mourir que de rendre sa pièce.

*
*     *

En 1937, le président du comité du 13e arrondissement du Groupement général des classes moyennes tenait sa permanence pour les adhésions au cabaret de Mme Grégoire, 41, rue de Croulebarbe.

*
*     *

L'asile Nicolas-Flamel, 71 rue du Château-des-Rentiers, fut inauguré le 18 mai 1889.

L'image du jour

Percement de l'avenue des Gobelins (1868)

La vue est prise de la place d'Italie dont on abaisse le niveau de près de deux mètres pour la pente de la nouvelle avenue soit moins forte. La construction métallique à droite, c'est le marché couvert des Gobelins. Il fonctionnera jusqu'à la fin du siècle avant d'être remplacé par le marché Blanqui. Avec l'ouverture de la rue Primatice, le marché couvert sera coupé en deux. La partie côté Gobelins sera démolie ; la partie côté boulevard de l'Hôpital subsistera jusqu'aux années 1970.  ♦