Faits divers

 L’empoisonneur de la rue Cacheux (1896)

L’empoisonneur de la rue Cacheux

Journal des débats politiques et littéraires — 29 novembre 1896

Bien que septuagénaire, Alexandre Lemaire, journalier, demeurant 3, rue Cacheux, prenait pour maîtresse, il y a quatre ans, une femme G..., âgée de cinquante ans, et avait d'elle une petite fille.

Mais Lemaire a de la famille d'autre part ; il a notamment un gendre qui lui sert une pension mensuelle. Or, ce dernier apprenait récemment la situation irrégulière du vieillard et il lui signifiait de rompre avec la veuve G... s'il tenait à conserver la pension qui lui était faite.

À partir de ce moment, la veuve G... et sa fillette ne cessèrent de-se-plaindre de douleurs internes dont elles ne pouvaient préciser la cause. La veuve G... s'en fut d'abord- consulter un médecin ; puis, s'étant ravisée et soupçonnant Lemaire de lui avoir fait prendre du poison, elle se rendit chez M. Perruche, commissaire de police.

Ce magistrat ouvrit une enquête. Il perquisitionna chez Lemaire et y découvrit des ingrédients chimiques. L'analyse d'un flacon d'huile de foie de morue révéla, en outre, la présence d'un toxique. D'un autre côté, les renseignements qui sont parvenus à M. Perruche lui ont fait connaître que cinq femmes qui furent à diverses époques, les maîtresses de Lemaire avaient succombé à un mal analogue à celui dont souffraient la-veuve G... et-sa fille.

Lemaire a été mis en état d'arrestation hier.

À lire également...

Deux voleurs d'autos arrêtés sur les… toits

1931

Les voleurs d'automobiles jouent de malchance depuis quelques semaines. Traqués, surveillés, dépistés, lorsqu'ils échappent à la police, un accident vient généralement mettre fin à leurs déplorables agissements.

...


Quartier de la Gare

Place Pinel, un modèle tombe dans un guet-apens

1911

La place Pinel, voisine du boulevard de la Gare, dans le treizième arrondissement, a été le théâtre hier soir d'une tentative d'assassinat, encore entourée de mystère.
Il était un peu plus de neuf heures et demie...

...


Un drame dans une ménagerie

1904

Les époux Droxeler, connus, le mari, sous le nom du dompteur José, et la femme sous celui de la Goulue, promènent, comme on le sait, dans les foires parisiennes une ménagerie qui fait de temps en temps parler d'elle. Cette ménagerie est actuellement installée avenue d'Italie, en face de la gare de la Maison-Blanche.

...


rue Richemont

Un drame rue Richemont

1904

Dans une petite rue du quartier de la Gare, un drame s'est déroulé hier matin, à six heures. Un ouvrier a tenté de tuer une femme mariée, puis il a essayé, sans y réussir, de se faire justice.

...

Saviez-vous que... ?

En 1930, la piscine de la Butte-aux-Cailles, l'une des rares piscines municipales de l'époque, exigeait de tout baigneur la production ou l'achat d'un morceau de savon.

*
*     *

Les deux molosses en pierre ornant le portail du mobilier national à #Paris13 sont l'œuvre du statuaire André Joseph Géraud Abbal, 1876-1953.
Abbal doit sa renommée à ses sculptures en pierre en taille directe. Il était fils et petit-fils de tailleurs de pierre de Montech (82).

*
*     *

La ruelle des Reculettes reliait le 49 de la rue Croulebarbe au 28 de la rue Abel-Hovelacque, ancienne rue de Gentilly. Sa largeur variait de 2 à 7 mètres. Elle était éclairée par des quinquets. Sa suppression fut décidée en 1910 mais celle-ci ne fut totalement effective que dans les années trente...

*
*     *

La mairie du 13e a été construite sur les plans de Paul-Emile Bonnet, architecte et grand prix de Rome (1828-1881). Les extensions latérales sont dues à Antoine Soudée.
M. Bonnet avait aussi étudié, sur un terrain à l'angle de la rue de Tolbiac et de la rue Damesme, un projet d'église qui ne fut pas exécuté et que celui de l'église Saint-Anne remplaça.

L'image du jour

Le regretté bassin et son jet d'eau du square de la place d'Italie