La Bièvre

L’Aurore — 31 mai 1901

La colère de la Bièvre. — Avec les égoutiers. — Les sinistrés. — Rue de la Clef. — Passage Moret. — Vase pestilentielle. — Misères à soulager. — Rue de la Glacière. — Conclusion

La Bièvre, pendant l'orage de mercredi, s'est mise en colère ; terrible colère, dont nous avons déjà signalé hier les principaux effets, et dont je suis allé voir les traces avant qu'elles ne fussent effacées.

L'ignoble visite, et au cours de laquelle je regrettai plusieurs fois de ne m'être point muni de flacons de sels !

Avec les égoutiers

Le quartier des Gobelins était parcouru hier par de nombreuses équipes d'égoutiers, en vêtements de travail — bottes et bourgerons ; sur l'épaule, racloirs et balais ; au bras, le seau plein de « désinfectant ».

Rue Pascal, je me joins à l'une de ces équipes, et j'essaie de faire causer un des hommes.

Mais il me demande d'abord en baissant la voix :

— Vous êtes journaliste, hein ?

— Oui, de l'Aurore.

— Oh ! alors, suivez-nous. Nous allons passage Moret.

Et à son regard, je comprends qua le spectacle vaudra le dérangement.

— Vous voyez, continue-t-il, la rue Pascal, qui est large cependant. Eh bien, la chaussée était couverte d'eau. Un vrai lac. Et rue de la Clef, d'où nous venons ! Vous savez qu'elle est en contrebas, comme la rue Censier. Toutes les eaux de la rue Monge, celles de la Bièvre, débordant par les égouts, les avaient envahies. C'était comme deux torrents. L'eau, encaissée, est montée à près de deux mètres, rue du Fer-à-Moulin, par exemple.

Tout en causant, nous sommes arrivés dans la rue Cordelière, dans laquelle débouche le passage Moret. La rue a été envahie également. La chaussée était couverte d'une boue noirâtre que des cantonniers ont déjà ramassée en tas dans les ruisseaux.

L'égoutier nous montre la ligne tracée par les eaux sur les murs, à cinquante centimètres au-dessus du trottoir.

Le passage Moret

Nous voici dans le passage. Il est étroit, bordé de murs sales limitant des mégisseries ou des maisons sordides peu élevées.

La sortie du passage Moret sur la rue des Cordellières

Le pavé est inégal, mais recouvert d'une épaisse couche de vase.

Les égoutiers, avec leurs grosses bottes ne s'en soucient guère. Je suis obligé à plus de précautions.

À mesure que nous avançons, la vase s'épaissit, et une odeur pestilentielle de plus en plus forte saisit à la gorge.

Enfin nous sommes au bout.

Le passage s'élargit un peu à droite et fait à gauche un angle droit.

Des deux côtés, par une étroite faille entre les maisons, apparaît la Bièvre qui s'est divisée.

Le bras de gauche parait d'un niveau un peu supérieur à celui de droite.

Le fond du passage, c'est une maison de trois étages, habitée jusqu'au rez-de-chaussée.

Sur le mur la même ligne noire, mais cette fois à près d'un mètre au-dessus du sol.

Des femmes en groupe se lamentent. Elles sont misérablement vêtues. Des tables, des chaises, une commode, enduites de boue, sont adossées contre la boutique d'un marchand de vin peinte en rouge vif.

Les égoutiers tiennent conseil. Ils se disposent à racler d'abord la chaussée, puis à laver à grande eau.

Je m'approche d'une grosse dame qui s'essuie les yeux avec le coin de son tablier de cotonnade bleu. Et je provoque ses confidences :

— La Bièvre a monté et vite, me dit-elle, que je n'ai eu le temps de rien sauver. Les deux bras ont débordé presque en même temps. Tout a été envahi ici, et puis l'eau s'échappait par le passage vers la rue des Cordelières (c'est-à-dire dans le sens opposé au courant].

Venez voir dans quel état sont les logements du rez-de-chaussée. Tenez, allons jusqu'au bout au bras de gauche.

C'est M. et Mme Bidault qui habitent là. Ils ont cinq enfants, dont l'aînée a quinze ans, la plus jeune dix-huit mois. Tout est gâché chez eux.

Mme Bidault était en train de faire du « factice ».

— Du quoi ?

— Du factice, je vous dis. C'est des rognures de cuir qu'on colle et qu'on étend sur une planche, de zinc et qu'on passe à la presse. Ça fait de très bon cuir.

— Bien, et alors !

— Alors, voilà la pluie qui tombe. Mme Bidault va chercher son bébé qui criait ; elle avait peur du tonnerre, vous pensez. Ella veut sortir. Impossible. La Bièvre débordait déjà et touchait sa porte,

Je vois ça… Je crie à tout le monde, parce que je suis concierge, j'ai au peu d'autorité : — Montez aux premiers.

Chaque logement a son escalier

L'autre bras débordait à son tour. Me voilà dans L'eau jusqu'à mi-jambe, sans prendre le temps de fermer mes fenêtres, je monte à mon tour. J'étais propre ! il a fallu qu'on me prête des effets.

En bas, c'était épouvantable !

L'eau, la boue, toute la vase du fond était entrée dans les chambres, Par les fenêtres, des chaises n'en allaient, des vêtements, des chaussures.

Et venez voir maintenant dans quel état c'est !

J'entre. C'est ignoble, en effet. La machine à coudre a été recouverte. Le mouvement est enduit d'une couche de vase. L'armoire a été à demi noyée. Le linge est trempé d'eau vaseuse. Le lit a été inondé jusque par-dessus les matelas, qui sont perdus.

Dans les autres logis, c'est plus infect encore.

Chez la concierge, Mme Guaydan, le plancher a été lavé et l'on peut y marcher. Les k autres sont inabordables, sauf pour les égoutiers qui s'y escriment. Je vois des édredons trempés, tachés ; des couvertures, des draps en tas, et sales ! De pauvres meubles que l'eau a perdus irrémédiablement.

Mme Guaydan me donne des noms des locataires inondés :
D'abord M. et Mme Bidault, cinq enfants;
M. et Mme Bayer, deux enfants, l'ainé dix ans, le cadet sept ans ;
M. et Mme Chalandar.

— Tout cela est perdu, reprend Mme Guaydan. Car l'eau n'est pas que vaseuse, elle dît chargée de produits chimiques qui brulent tout, Et tes caves que l'oubliais

Mme Guaydan m'ouvre une porte qui donne sur le trottoir même.

Elles sont pleines d'eau, et de quelle eau !

— Vous voyez ce tonneau, c'est un tonneau de cidre. Il a été roulé. Il avait été mis en perce il y a huit tours, et la bonde avait été enlevée. Tout le cidre est dans la cave. C'était à un locataire, M. Poulain, qui lui aussi a cinq enfants.

Mais voilà, longtemps déjà que je patauge dans la boue, que je respire l'odeur innommable qui s'en exhale. J'ai hâte de fuir. J'assure Mme Guydan de la sympathie de l'Aurore de celle de ses lecteurs, et je me sauve.

Le long de la Bièvre

Je remanie à droite la Bièvre, qui coule à pleins bords, bientôt elle disparaît de nouveau sous la ruelle des Gobelins et la rue Croulebarbe.

Rue Vulpian, les sapines d'une maison en construction ont failli se renverser. Au passage d'un tombereau vide, le sol s'affaissa à leur base. L'égout venait de crever. La circulation est interdite

Boulevard d'Italie, une maison construite en contre-bas menace de s'effondrer. Les eaux de pluie avait envahi le rez-de-chaussée et les caves. Elle abritait une douzaine de locataires et un blanchisseur, M. Witszite. Le -propriétaire, qui n'est autre que l'oncle de M. Millerand, a logé provisoirement ses locataires dans le voisinage. La maison devra être abattue.

Rua de la Glacière, les dégâts ont été considérables également. Au 85, la Bièvre coule à ciel ouvert à l'extrémité d'une longue impasse. Elle disparaît d'ailleurs tout e suite dans un petit boyau haut de 0,60 centimètres et large de 0,40.

Une pauvre femme de soixante-douze ans était seule dans la maison bâtie sur le bord. Son fils est cocher, à son compte. Un cheval restait donc à l'écurie. La rivière monta, monta si vite que la vieille femme, Mme Collinet, eut à peine le temps de se sauver chez une de ses voisines dont les fenêtres surplombent la Bièvre. L'eau ne trouvant aucune issue, monta à 3 m. 60, noya le cheval, qui criait à fendre le cœur. Elle fit sauter ou amont, un pont et une voûta dont les pierres jonchent maintenant son lit. Un peu plus haut, elle renversa les bâtiments d'une mégisserie, ainsi que nous l'avons dit hier. Un ouvrier y fut blessé qui est encore dans un état grave, et les deux ou trois mégisseries qui s'élèvent à cet endroit sont en chômage. Les cuves ont été renversées, plu- sieurs milliers de peaux abîmées ou emportées par le courant.

Que faire ?

De mémoire d'homme, les riverains ne se souviennent pas que la Bièvre ait été si mauvaise.

Ils accusent les endiguements qu'on lui a fait subir et affirment que, si elle a enflé à ce point, c'est qu'elle n'a plus assez d'exutoires.

C'est probable, et il y a certainement des précautions à prendre pour l'avenir.

Il faut que les plus violents orages puissent sévir sans qu’on ait à redouter les accidents de mercredi. Il s'agit de créer des égouts de dérivation en nombre suffisant et d'une section suffisante.

On évitera ainsi, les distributions de secours que la Ville va être obligée de consentir, et qui forcément seront bien maigres.

Et l'on aura réalisé ainsi des économies, de vraies économies.

Albéric Darthèze

A lire également

L'orage (L'Aurore, 30 mai 1901)

Après l'orage (Le Figaro, 31 mai 1901)

Menu article

Lu dans la presse...

La gare d’Orléans et les quais de la Seine

Le bruit court que la compagnie d'Orléans est en instance pour obtenir du ministère des travaux publics un décret d'utilité publique qui lui permette d'exproprier certains terrains qu'elle désire annexer à la gare des marchandises intra-muros. (1873)

Lire

Les vestiges de l’église Saint-Hippolyte

Malgré les larges et bienfaisantes percées opérées à travers les quartiers du vieux Paris, les monuments d’un autre âge sont loin d’être rares sur le sol de la cité. C’est ainsi qu’on trouve encore dans le 13e arrondissement, au n° 8 de la rue Saint-Hippolyte, des restes curieux d’un édifice qu’on croit généralement disparu depuis longtemps. (1865)

Lire

La cité Doré

La cité Doré est située au cœur même du treizième arrondissement, que les statisticiens nous donnent comme le plus misérable de Paris, entre la rue Jenner et la place Pinel. Figurez-vous, entre deux murailles nues, un long boyau s’ouvrant ... (1889)

Lire

Le cuiseur de cadavres

Si, par hasard, vous vous aventurez tout là-bas, là-bas, près des fortifications, dans le quartier de la Gare, vous pourrez, si vous passez rue des Chamaillards, voir, paisible, fumant sa pipe au seuil d'une grande porte peinte en marron, un homme frisant la soixantaine... (1896)

Lire

Un matin à la poterne des Peupliers

Six heures et demie du matin. Le gardien de la paix Louis Roupillon, du treizième arrondissement, vient de prendre son service à la poterne des Peupliers, tout là-bas, là-bas, derrière la Butte-aux-Cailles, sous le boulevard Kellermann. (1905)

Lire

Rue Cantagrel, des ateliers de nickelage gênent considérablement les voisins

Il existe rue Cantagrel, au 86, presque à l'angle de la rue de Tolbiac, des ateliers de chromage et nickelage. Le bruit et les odeurs qui en émanent sont tels qu'il est pénible d'habiter dans les parages. (1932)

Lire

Une Descente imprévue

Le ballon « Le Rêve » partait dans l'après-midi d'hier de l'usine à gaz de la Plaine-Saint-Denis, pour exécuter une ascension libre. Pris dans un courant circulaire, l'aérostat, plana longtemps sur Paris, sans pouvoir s'élever. Vers huit heures du soir il se trouvait à une faible hauteur au-dessus du quartier de la Maison-Blanche, dans le treizième arrondissement... (1901)

Lire

Un syndicat d'indigents

La cour des Miracles était hier soir en grand émoi ; elle avait transporté cahin-caha, béquillant et gesticulant, ses pénates dans le quartier de la Gare, rue Nationale, tout là-bas, au bout de Paris, près de la barrière d'Italie. Il faut dire que le 13° arrondissement a un maire, M. Thomas, « qui fait des économies sur les fonds alloués par la Ville au service de bienfaisance, et qui, cette année, a rendu 50,000 francs à l'Assistance publique ». (1897)

Lire

L'épidémie de la Maison-Blanche

Au moment où le service de statistique municipale constatait avec satisfaction une décroissance notable de la mortalité dans Paris, une épidémie éclatait dans un quartier excentrique et y jetait l'effroi. Le quartier contaminé est celui de la Maison-Blanche, situé dans le treizième arrondissement, sur les bords de la Bièvre. (1890)

Lire

La reconstruction des Gobelins

Il paraît décidé qu'on conservera pieusement les ruines de la Cour des Comptes, comme souvenir de 1871. Mais il est un autre monument, également ruiné par la Commune et dont la vue séduit beaucoup moins : la façade de la manufacture des Gobelins « provisoirement » remplacée par une construction en platras et une palissade en planches. (1891)

Lire

Sauvons les Gobelins !

Dans la pénurie lamentable des crédits affectés aux beaux arts, le budget des Gobelins est peut-être le plus précaire. (1912)

Lire

La voiture de la Mie de Pain

Souvent nous avons parlé de cette gentille œuvre la Mie de Pain, qui a rendu depuis six ans de si grands services aux pauvres de la Maison-Blanche. (1897)

Lire

Teaser 6 articles

Ailleurs sur Paris-Treizieme