Dans la presse...

 paris-treizieme.fr — La disgrâce de Gentilly - 1925

La disgrâce de Gentilly

Une commune amputée trois fois depuis 1860

Le Matin — 19 avril 1925

Il s'agit de Gentilly, que le récent décret d'annexion de la zone à Paris, vient d'affecter, pour la troisième fois, d'une amputation territoriale dans l'espace de 65 ans !...

En effet, en 1860, on lui prit, pour les annexer à Paris, les quartiers du « Petit-Gentilly » et de la « Maison-Blanche », puis en 1896, sa section du Kremlin-Bicêtre s'érigea en commune distincte.

Déjà, la commune de Gentilly avait perdu les deux tiers du territoire que l'Assemblée nationale lui avait reconnu en 1790, car, on le sait, Gentilly s'inscrit très loin dans les annales et comprenait alors une circonscription très étendue.

Elle ne conservait plus que la partie médiocre de ce territoire, celle que l'on désignait sous le nom de « Centre du Grand-Gentilly ». Sa superficie territoriale était réduite à 173 hectares 15 centiares ; aujourd'hui, de par sa troisième « amputation », son territoire se trouve relégué au chiffre de 130 hectares 72 ares 15 centiares.

Plan issu des plans parcellaires levés en 1845 des secteurs de Gentilly appelés à former le quartier de la Maison-Blanche

L'holocauste de Gentilly mériterait un sort moins infortuné, au regard de la Ville de Paris surtout, qui, par deux fois, l'absorbe dans son insatiable extension.

Les armes de Gentilly ont pour devise « Gentil soyez, Gentil serai ». En dépit de cette gracieuse invite, qui n'a, on le voit, rien de belliqueux, Gentilly n'est pas payé de retour... par la Ville de Paris qui cependant la dévore à petit feu.

Celle-ci n'est pas « gentille « sentimentalement, avec le « berceau » de son 13e arrondissement.

II y a vingt-cinq ans existait dans cet arrondissement une « rue de Gentilly », évocatrice de la commune mère. On l'a débaptisée et toutes les démarches de la municipalité de Gentilly renouvelées encore l'an dernier pour faire revivre cette dénomination, sont jusqu'ici restées lettre morte. Cependant des voies nouvelles se sont ouvertes dans les 13e et 14e arrondissements. Elles ont reçu d'autres noms !

On n'a plus pensé à Gentilly, si ce n'est qu'à l'entamer encore… au profit de la Ville de Paris, celle-ci ne songeant guère, ou si peu, au nouveau préjudice que-lui vaudra cette nouvelle absorption et oubliant même, on le voit, à son sujet, jusqu'à la communauté d'origine de son 13e arrondissement.

 

Sur les communes limitrophes du XIIIe

Gentilly

Le décor de la vie par Léandre Vaillat (Le Temps - 1936)

Kremlin-Bicêtre

Le décor de la vie par Léandre Vaillat (Le Temps - 1936)

La Tournée par Élie Richard (Paris-Soir - 1930)

Ivry-sur-Seine

Le décor de la vie par Léandre Vaillat (Le Temps - 1935)

Dans la presse...


Le monument aux mères françaises est présenté la presse

Aujourd'hui, à 10 heures, sera présenté à la presse, boulevard Kellermann, le monument élevé à la gloire des mères françaises, sous le patronage du Matin, qui sera inauguré le 23 octobre, à 14 h 30 en présence du président de la République et des plus hautes personnalités. (1938)

Lire la suite


La question de la zone parisienne

Ce n'est jamais sans un sentiment de gêne, pour ne pas dire de honte, qu'en arrivait aux portes de la grande, cité parisienne, on franchit cet espace de 250 mètres de largeur qui longe encore en une ceinture presque continue les fortifications et qu'on appelle la Zone. (1932)

...


Les jardins des Gobelins menacés ?

Les jardins des Gobelins forment dans un quartier populeux une oasis de fraîcheur et de verdure. Ils couvrent près de trois hectares et constituaient naguère une île entre deux bras de la Bièvre. (1933)

...


Un syndicat des « rouspéteurs » vient de se créer à Paris

Nous sommes déjà près d'un millier dans le treizième arrondissement, déclare son fondateur, M. Chartrain de la rue Vaqndrezanne. (1927)

...


L'ancienne nécropole Saint-Marcel

Une large tranchée est actuellement creusée, pour l'établissement d'une conduite cimentée, sur le trottoir, à l'extrémité du boulevard St-Marcel, près de l'avenue des Gobelins. (1913)

...

Saviez-vous que... ?

Le mardi 7 aout 1923, on découvrit 5 squelettes enterrés au coin de la rue Damesme et de la rue Bourgon.

*
*     *

Le 21 août 1881, M. François,Jean, Félix Cantagrel (Amboise 1810 - Paris 1887) fut de nouveau élu député du 13ème arrondissement au Corps législatif. Il avait été élu une première fois en 1876.
Son nom fut donné en 1899 à la voie nouvelle reliant le carrefour Tolbiac/Patay à la rue Watt. Il y eut même une rue Cantagrel prolongée.

*
*     *

En 1860, Il y avait un commissariat pour deux quartiers dans chaque arrondissement de Paris. Pour le 13e, ces commissariats étaient installés 36 route d'Italie pour Croulebarbe et la Maison-Blanche et 62 boulevard de l'Hôpital pour les quartiers de la Salpêtrière et de la Gare.

*
*     *

Contrairement à la légende habituellement véhiculée par le parti communiste français, René Le Gall n'est absolument pour rien dans la création du jardin ouvert en 1938 et qui porte son nom depuis 1944.
Le jardin des Gobelins est une résultante de la convention conclue en 1934 entre l'État et la ville de Paris, en vue de la réimplantation du mobilier National dans le 13e arrondissement dont les terrains d'assise, situés en bordure de l'avenue Rapp, devaient être libérés en vue de l'exposition internationale de 1937.
Pour ce faire, l’État cédait à la ville le jardin historique des ouvriers de la manufacture des Gobelins à charge pour elle d’y réaliser une promenade publique sur le surplus du terrain où le nouveau mobilier national trouverait désormais sa place.

L'image du jour

Usine à gaz, avenue de Choisy, rue du Gaz et rue de Tolbiac(1919)
Le site est aujourd'hui occupé par le square de Choisy