Dans la presse...



L’accident de la place Pinel

Le Petit-Journal — 16 juin 1883

Hier matin, vers dix heures, la concierge de la maison du n° 3 de la place Pinel descendait à la cave, une bougie à la main. Arrivée à la dernière marche de l'escalier, le sol céda sous ses pieds, et elle disparut tout à coup dans une profonde excavation.

La place Pinel

La maison, comme la plupart de celles du quartier, est construite sur les catacombes; le sol de la cave venait de s'affaisser subitement dans une carrière.

Aux cris poussés par la concierge, sa mère et sa sœur descendirent dans l'obscurité et, comme elle, perdirent pied et tombèrent dans le trou béant.

L'affolement devint alors général ; on crut que la maison entière était en train de s'abîmer dans les catacombes. On se hâta d'aller prévenir les pompiers des postes voisins qui accoururent en même temps que les gardiens de la paix sous la conduite de leur officier de paix et de M. Grillières, commissaire de police du quartier.

À leur arrivée, les trois femmes furent retirées des décombres saines et sauves. Elles avaient, heureusement, simplement glissé sur un talus en pente douce et ne s'étaient fait aucun mal.

On put alors mesurer l'étendue de l'accident et s'assurer qu'aucun danger immédiat ne menaçait la maison.

Néanmoins, toutes les précautions ont été prises, dans l'éventualité de nouveaux accidents plus graves, par M. Bethmont, propriétaire de l'immeuble, de concert avec l'architecte de la Ville que l'on avait prévenu et qui est arrivé à midi place Pinel.

L'émotion produite dans le quartier a été grande sur le premier moment. Un service d'ordre a dû être organisé, sous la surveillance de l'officier de paix de l'arrondissement, pour contenir la foule qui s'était amassée aux abords de la maison.

Dans la soirée, néanmoins, la place avait repris son aspect accoutumé et, grâce aux mesures prises, on espère qu'il ne se produira pas de nouveaux éboulements.


A lire également, l'article de La Presse :

Effondrement d'une maison place Pinel - 1883

Vu dans la presse...

La nouvelle place d'Italie en haut de la rue Mouffetard.

Entre l'église Saint-Médard et la place d'Italie, la vieille et étroite rue Mouffetard se transforme à vue d'œil en une belle avenue de 40 mètres de largeur. (1868)

Lire

La Bièvre en peinture

On visitait ces temps-ci, dans la salle des Fêtes de la mairie du 13e, une agréable exposition de toiles, aquarelles, dessins, organisé par le Cercle des Gobelins. (1928)

Lire

Chronique électorale

Dans la première circonscription du XIIIe arrondissement, M. Raymond Renaudière, qui a groupé sur son nom au premier tour près de 4.000 voix, est le seul candidat désigné pour battre au second tour le communiste dissident Gélis. (1932)

Lire

Gares et Stations du chemin de fer de ceinture (rive gauche)

Une enquête est ouverte, en ce moment, à la Préfecture de la Seine, sur le enquête est ouverte, en ce moment, à la Préfecture de la Seine, sur le projet des stations à établir sur le chemin de fer de Ceinture, dans les 13e, 14e, 15e et 16° arrondissements. (1862)

Lire

Saviez-vous que... ?

L'avenue de la Sœur Rosalie constitue l'embryon d'un boulevard qui devait faire pendant au boulevard de l'Hôpital et relier la Place d'Italie au boulevard de Port-Royal aux abords de la rue Saint-Jacques et du Val-de-Grace.

*
*     *

Le premier coup de sonde du puits artésien de la Butte-aux-Cailles a été donné le 28 août 1866.

*
*     *

Ernest Rousselle (1836-1896) -C'est lui ! - et son fils Henri (1866-1925) étaient négociants en vins.

*
*     *

Le 13 décembre 1892, M. Béchu, porteur aux Halles, demeurant rue Beaudricourt, 28, apportait, au commissariat de M. Perruche, un obus chargé, enveloppé de papier qu’il venait de découvrir, â 5 heures du matin, contre la porte d’une maison rue de Tolbiac, à l’angle du passage du Moulinet.

L'image du jour

rue Nationale - Quartier de la Gare