L’accident de la place Pinel

Le Petit-Journal — 16 juin 1883

Hier matin, vers dix heures, la concierge de la maison du n° 3 de la place Pinel descendait à la cave, une bougie à la main. Arrivée à la dernière marche de l'escalier, le sol céda sous ses pieds, et elle disparut tout à coup dans une profonde excavation.

La place Pinel

La maison, comme la plupart de celles du quartier, est construite sur les catacombes; le sol de la cave venait de s'affaisser subitement dans une carrière.

Aux cris poussés par la concierge, sa mère et sa sœur descendirent dans l'obscurité et, comme elle, perdirent pied et tombèrent dans le trou béant.

L'affolement devint alors général ; on crut que la maison entière était en train de s'abîmer dans les catacombes. On se hâta d'aller prévenir les pompiers des postes voisins qui accoururent en même temps que les gardiens de la paix sous la conduite de leur officier de paix et de M. Grillières, commissaire de police du quartier.

À leur arrivée, les trois femmes furent retirées des décombres saines et sauves. Elles avaient, heureusement, simplement glissé sur un talus en pente douce et ne s'étaient fait aucun mal.

On put alors mesurer l'étendue de l'accident et s'assurer qu'aucun danger immédiat ne menaçait la maison.

Néanmoins, toutes les précautions ont été prises, dans l'éventualité de nouveaux accidents plus graves, par M. Bethmont, propriétaire de l'immeuble, de concert avec l'architecte de la Ville que l'on avait prévenu et qui est arrivé à midi place Pinel.

L'émotion produite dans le quartier a été grande sur le premier moment. Un service d'ordre a dû être organisé, sous la surveillance de l'officier de paix de l'arrondissement, pour contenir la foule qui s'était amassée aux abords de la maison.

Dans la soirée, néanmoins, la place avait repris son aspect accoutumé et, grâce aux mesures prises, on espère qu'il ne se produira pas de nouveaux éboulements.


A lire également, l'article de La Presse :

Effondrement d'une maison place Pinel - 1883

Menu article

Lu dans la presse...

L’empoisonnement de Paris

La Bièvre est l'une des causes les plus actives de l'empoisonnement parisien. Ce ruisseau, chanté par les poètes, sur les bords duquel Rabelais aimait à se promener et qui a inspiré des idylles à Benserade, n'est en réalité qu'un égout à ciel ouvert. (1884)

Lire

La catastrophe du boulevard de la Gare

Au sortir du pont de Bercy, sur la rive gauche de la Seine, s'ouvre le boulevard de la Gare qui va de ce pont à l'ancienne barrière d'Italie, au bout de la rue Mouffetard. (1867)

Lire

Fabrique de squelettes

Comme si ce n'était pas assez, pour rendre le treizième arrondissement insalubre, des marécages de la Bièvre et des fabriques de la plaine d'Ivry, on y a laissé s’installer toutes sortes d'industries infectantes. (1885)

Lire

Un syndicat d'indigents

La cour des Miracles était hier soir en grand émoi ; elle avait transporté cahin-caha, béquillant et gesticulant, ses pénates dans le quartier de la Gare, rue Nationale, tout là-bas, au bout de Paris, près de la barrière d'Italie. Il faut dire que le 13° arrondissement a un maire, M. Thomas, « qui fait des économies sur les fonds alloués par la Ville au service de bienfaisance, et qui, cette année, a rendu 50,000 francs à l'Assistance publique ». (1897)

Lire

L'épidémie de la Maison-Blanche

Au moment où le service de statistique municipale constatait avec satisfaction une décroissance notable de la mortalité dans Paris, une épidémie éclatait dans un quartier excentrique et y jetait l'effroi. Le quartier contaminé est celui de la Maison-Blanche, situé dans le treizième arrondissement, sur les bords de la Bièvre. (1890)

Lire

La reconstruction des Gobelins

Il paraît décidé qu'on conservera pieusement les ruines de la Cour des Comptes, comme souvenir de 1871. Mais il est un autre monument, également ruiné par la Commune et dont la vue séduit beaucoup moins : la façade de la manufacture des Gobelins « provisoirement » remplacée par une construction en platras et une palissade en planches. (1891)

Lire

Sauvons les Gobelins !

Dans la pénurie lamentable des crédits affectés aux beaux arts, le budget des Gobelins est peut-être le plus précaire. (1912)

Lire

La voiture de la Mie de Pain

Souvent nous avons parlé de cette gentille œuvre la Mie de Pain, qui a rendu depuis six ans de si grands services aux pauvres de la Maison-Blanche. (1897)

Lire

Les travaux à réaliser dans le XIIIè

La revue "Les Annales industrielles" a dressé la liste des travaux de voirie à réaliser dans le XIIIè arrondissement (1893)

Lire

Les prochains grands travaux de Paris

Sur l'emprunt de 900 millions, dont la majeure partie doit servir à exécuter dans Paris de grands travaux de voirie (ce qui n'exclut pas ceux qui ont été décidés antérieurement à l'adoption de ce vaste plan de campagne), les quatre quartiers du treizième arrondissement auront une assez forte part. (1910)

Lire

La crue persiste

Au service hydrométrique, on escompte la cote de 5m. 20 à Paris-Austerlitz d'ici
à lundi matin et on espère qu'elle ne sera pas sensiblement dépassée. (1910)

Lire

L'assainissement de la Bièvre

Le préfet de la Seine a déclaré d'utilité publique l'assainissement de la vallée de la Bièvre aux abords de la rue du Moulin-des-Prés. (1897)

Lire

Teaser 6 articles

Ailleurs sur Paris-Treizieme