Dans la presse...

 La ramasseuse de crottes - 1893

Type de Paris

Un métier inconnu

Le Figaro — 28 janvier 1893

Les gueux, inventeurs de petits métiers peu connus, n'habitent pas en général les grandes cités de misère. Les cloisons minces révéleraient aux voisins les secrets du négoce. D'ailleurs, les propriétaires ne permettraient pas à un fabricant d'asticots ou à un ramasseur de crottes de chiens de remiser sa marchandise dans un immeuble déjà empuanti par la crasse humaine. Ils habitent donc de petites cabanes accroupies en des jardins fleuris de linges qui sèchent, près des terrains vagues aux clôtures brisées par les « Terreurs » de quartiers.

Rue Xaintrailles, derrière l'église Jeanne d'Arc, demeure une pauvre vieille grand'maman qui nourrit sa fille et ses petites-filles de crottes de chiens cueillies à l'aube sur les avenues qui rayonnent de la place d'Italie.

Le sac sur l'épaule, armée d'une cuillère à soupe, elle explore la chaussée, s'arrêtant près des arbres, des tas de sable, des amoncellements de cailloux.

Elle sait que les toutous aiment la solitude pour vaquer à leurs petites affaires. Les chantiers de construction, les jardinets abandonnés sont pour elle de véritables champs d'or où la cueillette est toujours abondante. Elle trouve de petites crottes non pas dans le gazon, mais dans les recoins hérissés d’orties ou de chardons, ce qui fait croire que les chiens ont à cœur de ne point salir l'herbe courte où se roulent les gosses du quartier.

Gravure parue dans Le Monde Illustré en 1893

Le commerce n’allait point trop mal autrefois, au temps où les chiens vaguaient en liberté. Mais depuis les arrêts préfectoraux, elle doit se rendre chaque matin au domicile des toutous. Les propriétaires ou les domestiques mettent ça de côté en petits tas, pour la vieille mère. Marchands de futailles, marchands de caisses, charbonniers, possèdent de gros chiens de garde : terre-neuve ou saint-bernard qui emplissent vite le sac d'un fumier de première qualité; Délicatement, d'un coup de cuillère, elle les fait sauter une à une dans le sac. Pas un grain de sable, pas une épluchure dans sa cueillette. La pauvre vieille est si expérimentée que, n’y voyant presque plus, elle ne se trompe jamais entre ce qui en est et ce qui n'en est pas.

Elle a de terribles concurrents même dans son quartier, des hommes presque jeunes, qui ont des jambes très vites, eux, et un vieux bonhomme qui l'injurie quand il la rencontre chassant sur ses terres. Ce vieux, le doyen, l'inventeur du métier, a fait une petite fortune, mais il voyage par habitude et aussi pour laisser un peu moins de butin à ses successeurs et disciples.

Bonne récolte ou mauvaise récolte, la ramasseuse ne rentre jamais rue Xaintrailles sans porter sur son dos trois ou quatre seaux de crottes molles ou dures. Molles ou dures, cela a son importance.

Molle, la marchandise se tassera ; dure, elle emplit plus vite le boisseau du mégissier ou du corroyeur qui l'achètera pour travailler ses cuirs.

La pauvre vieille courbe l'échine sous ses crottes de chiens, et les femmes de ce quartier ouvrier lui crient sur le seuil des portes :

— Vous ne voulez donc pas acheter une hotte, la Mère-aux-chiens ? Votre marchandise vous pèserait moins.

— Une hotte ! Ah non ! Ça aurait trop l'air chiffonnier. Je n'ai pas toujours ramassé de crottes er si je suis gueuse, je ne suis pas encore biffin !

Arrivée chez elle, la ramasseuse entasse sa cueillette en un coin de la chambre où elle fait sa cuisine, dort et mange. La pièce est aussi propre que possible. Les murs sont ornés de vieilles chromos chamarrées de couleurs encore neuves et crues. Des photographies encadrées de bleu sont disposées en rayons autour d'un globe fêlé qui protège les fleurs mi-écloses d'un antique bouquet nuptial.

Chaque après-midi, la Mère-aux-chiens porte sa récolte aux tanneries qui ne travaillent que des cuirs fins. Elle vend sa marchandise au seau, quinze sous ou vingt sous, selon le cours et selon la saison.

Le cours baisse de plus en plus, non pas que le mérite des crottes de chien diminue, mais parce que les négociants en crottes deviennent de plus en plus nombreux. Il y a à Paris actuellement quinze ou seize ramasseurs et deux ramasseuses. Il y a dix ans, le commerce était entre les mains d'un accapareur, source à de bien jolis revenus. L'homme vendait son engrais à raison de quinze francs le décalitre.

Prévoyant la baisse, ce singulier spéculateur a gagné la campagne où il habite un petit chalet ornementé, parait-il, de bizarres sculptures représentant des chiens faisant... sa fortune.

Que devient la crotte ?

Des ignorants prétendent que les teinturiers s'en servent pour donner aux gants cette jolie teinte safranée ou beurre frais qui fut, il y a quelques années, si fort à la mode. Il n'en est rien.

Le mégissier qui achète la cueillette de la Mère-aux-Chiens verse dans une cuve trois seaux de crottes, plus quelques dix litres de jaunes d'œufs. Il brouille le tout comme pour la confection de quelque gigantesque omelette, puis remplit sa cuve d'eau après avoir enfoncé dans le mélange les peaux à travailler. Les cuirs de daim ou de chevreau sortent de là blancs comme lait et tout préparés pour Il confection de petits souliers et des gants que des amoureux baisent dévotement.

Léon Roux.


Saviez-vous que ...

C'est le 22 octobre 1944 que le jardin des Gobelins, encore appelé square des Gobelins depuis son inauguration en mai 1938, prit le nom de Square René Le Gall.

L'image du jour

rue Nationale - Quartier de la Gare

Vu dans la presse...

1933

Pour la sécurité des enfants

Deux petites filles ont été écrasées l'autre jour par des tramways l'une boulevard de la Gare, l'autre sur un passage clouté de l'avenue de Choisy, à la sortie d'une école, et dans des conditions si lamentables que M. Gélis, conseiller municipal, a cru devoir adresser à ce sujet une question au préfet de police. Hier encore, deux jeunes enfants ont été blessés sur la chaussée et il ne se passe presque pas de jour, hélas, qu'on n'ait à déplorer des accidents de la circulation dont sont victimes de jeunes enfants. (1933)

Lire

1906

La Mie de Pain

Dans l’un des quartiers les plus déshérités de Paris, au delà de la place d’Italie, derrière la Butte-aux-Cailles, voici quinze hivers que, par l’inlassable dévouement d’un homme de bien, la Mie de Pain vient en aide à des milliers et des milliers de malheureux. (1906)

Lire

1865

Le puits artésien de la Butte-aux-Cailles

Le puits artésien de la butte aux Cailles, dont nous n'avions pas visité le chantier depuis l'année dernière, est arrivé maintenant à une profondeur de 75 mètres, c'est-à-dire à 13 mètres 50 au-dessous du niveau de la mer. (1865)

Lire

1889

Un nouveau dispensaire

Les habitants du XIIIe arrondissement viennent d'être dotés d'un dispensaire spécial pour enfants malades.
Édifié par les soins de la Société philanthropique, cet établissement est dû à la générosité de Mme Edouard André. Il se trouve, 4, rue Jean-Marie-Jégo. Pour ceux qui ne connaissent pas cette rue nouvelle et qui n'est inscrite dans aucun, indicateur, disons qu'elle est située près de la place d'Italie, à la jonction de la rue de la Butte-aux-Cailles et de la rue du Moulin-des-Prés. (1889)

Lire

1881

L’enterrement de Blanqui

Ce n'est qu'hier soir, à six heures, que l\'administration des Pompes funèbres a été informée, par la mairie du treizième arrondissement, de l\'heure officielle des obsèques de Blanqui et de la classe choisie par la famille, pour le corbillard et les tentures. (1881)

Lire

1881

Les obsèques de Blanqui

Dès neuf heures du matin, les employés des Pompes funèbres sont venus tendre la porte extérieure de la maison où est mort Blanqui, 25, boulevard d'Italie. Au milieu de la tenture se détache un écusson avec la lettre B. Il n'y a que très peu de monde encore sur le boulevard. Ce n'est que vers dix heures que l'on commence à arriver. (1881)

Lire

1864

Le point sur les travaux dans le 13e arrondissement

La transformation des anciens boulevards extérieurs, commencée l'année dernière sur la rive gauche, entre le quai de la gare et la place de l'ex-barrière d'Enfer, a été entreprise par les deux extrémités en même temps ; ces travaux sont terminés d'un côté jusqu'à proximité de la place d'Italie, et de l’autre jusqu'au boulevard d'Ivry, qu'on va transformer à son tour. (1864)

Lire

1903

Les anciens abattoirs de Villejuif

Séparé seulement par la largeur du boulevard de l’Hôpital de ce vieux quartier des Gobelins où l'on a fait de toutes parts de larges trouées d'air et de lumière, un mur nu, hideux, noirâtre, immense dans toutes ses proportions, se dresse, entourant un espace de vingt-huit mille mètres carrés. (1903)

Lire

1882

L'anniversaire de la mort de Blanqui

Malgré les récentes instructions du préfet de police défendant la formation des cortèges sur la voie publique, les journaux révolutionnaires avaient convoqué leurs amis à plusieurs reprises, pour une heure de l'après-midi, devant la maison où est mort Blanqui l'an dernier, au n° 25 du boulevard d'Italie, au coin de la rue du Moulin-des-Prés. Un temps superbe : pas un nuage au ciel, un chaud soleil et un air vif. (1882)

Lire

1896

Les murs de la Salpêtrière

Le conseiller municipal Paul Bernard, au cours de la dernière session, a réclamé la suppression des murs de la Salpêtrière.
Toute la gauche du boulevard de l'Hôpital est occupée, comme on sait, par des établissements municipaux ou privés qui couvrent une surface très étendue. Il y a l'hospice de la Salpêtrière, le magasin central de l'Assistance publique, deux ou trois maisons, puis les chantiers du charbon de Paris et les abattoirs de Villejuif. (1896)

Lire

1865

Les travaux de la petite ceinture de l'ancien hameau du Bel-Air au pont Napoléon

Les travaux en cours d'exécution pour l'achèvement du chemin de fer de Ceinture peuvent se diviser en quatre sections dont la quatrième commence au bas de l'ancien hameau du Bel-Air et vient se souder avec la fraction déjà existante au pont Napoléon en amont de Paris.
C'est de cette dernière section que nous allons nous occuper aujourd'hui. (1865)

Lire

1908

Explosion à la raffinerie Say

Les deux mille quatre cents ouvriers de la raffinerie Say, 123, boulevard de la Gare, étaient en plein travail, hier matin, vers huit heures et demie, lorsqu'une explosion formidable se produisit dans l'atelier central, d'une superficie de quatre cents mètres carrés ; il y a là sept étages superposés au-dessus du sol et trois galeries souterraines où des hommes, des femmes, des jeunes filles sont occupés au cassage ou à l'empaquetage du sucre, de six heures du matin à six heures du soir… (1908)

Lire

Ailleurs sur Paris-Treizieme