Faits divers

 Agression contre un encaisseur - 1912

Agression contre un encaisseur

Le Gaulois — 1er décembre 1912

Un jeune homme de dix-huit ans, M. Louis Hédoux, encaisseur, demeurant rue de la Colonie, passait avant-hier soir avenue d'Italie, en compagnie d'un de ses amis, René Hiveurte, demeurant boulevard de l'Hôpital, lorsque les deux hommes furent abordés par un individu qui leur déclara qu'un camarade de Hédoux attendait ce dernier rue Boussingault.

L'employé de commerce et son compagnon s'y rendirent sans défiance. Là ils se trouvèrent en présence de deux inconnus qui se jetèrent sur eux, les dévalisèrent et prirent la fuite. Hédoux et son compagnon portèrent plainte au commissariat de police du quartier de la Maison-Blanche. Les trois agresseurs ont été arrêtés hier dans un hôtel de l'avenue d'Italie. Ce sont les nommés Filleux, Schmille et Kayser, âgés de dix-sept à dix-huit ans.

On apprit alors que Filleux avait préparé l'agression. Il savait que Hédoux, chargé des encaissements pour la maison qui l'emploie, rentrait souvent le soir avec des sommes importantes. L'autre soir, Hédoux n'avait pas d'argent sur lui on n'a pu lui dérober que sa montre.

Les trois jeunes garnements ont été envoyés au Dépôt. On a trouvé sur Kayser, qui est d'origine allemande, une lettre écrite par un soldat en garnison à Toul. Ce soldat est antimilitariste. Il raconte qu'avec la complicité d'une ordonnance, il vole fréquemment un officier, ce qui lui permet de faire la fête.

À lire également...

Avenue des Gobelins

Drame de l'alcoolisme

1903

M. Auguste Bazin, marchand de vins, établi avenue des Gobelins, voyait entrer, hier soir, Vers onze heures, dans son débit, un individu, qui ne lui parut pas être dans son état normal.

...


« Entends-tu ma voix qui t'invite ? » - 1905

1905

Jean Rousseau, dit « Guibollard », dix-neuf ans, et Lucien Fraisier, dit le « Petit-Rat », seize ans, avaient résolu d'offrir à leurs amis de la poterne des Peupliers un repas à l'instar de ceux que s'offrent les bourgeois.

...


Quartier de la Maison-Blanche

Les « Espadrilles de la Butte »

1910

Depuis quelque temps, plaintes sur plaintes affluaient au commissariat de M. Yendt. Il ne se passait pas de jour où quelque commerçant des environs de la place d'Italie ne vît ses étalages mis en coupe réglée par une bande de malandrins. Cette bande, connue sous le nom de bande des « Espadrilles de la Butte » et admirablement organisée, terrifiait littéralement le quartier.

...


rue du Moulinet

La fin d'un ivrogne

1889

Le sieur Laurent Béchu, journalier, demeurant rue du Moulinet dans le quartier de la Maison-Blanche, était loin d'être un modèle de sobriété.

...

Saviez-vous que... ?

Le 2 décembre 1923, le quotidien Paris-Soir rapportait qu'avenue des Gobelins, en face du 51, des agents avaient surpris Marcel Popinel, demeurant en hôtel, rue Lebrun, qui avait percé un fut de vin. Le pipeur a été conduit au commissariat de police du quartier.

*
*     *

L'actuelle mairie du XIIIème a été construite en 1866 et 1877 (avec une interruption entre 1870 et 1871) sur les plans de Paul-Emile Bonnet, architecte. Auparavant, elle était installée dans un des anciens pavillons Ledoux.

*
*     *

L'avenue de la Sœur Rosalie constitue l'embryon d'un boulevard qui devait faire pendant au boulevard de l'Hôpital et relier la Place d'Italie au boulevard de Port-Royal aux abords de la rue Saint-Jacques et du Val-de-Grace.

*
*     *

En avril 1899, la presse se félicitait de la réussite des expériences de télégraphie sans fil de M. Ducretet entre le Sacré-cœur de Montmartre et l’église Sainte-Anne de la Maison-Blanche soit une distance de 7 kilomètres. A l'époque, l'église, en construction, n'avait que sa façade de réalisée laquelle serait inaugurée en avril 1900. La consécration de l'église Sainte-Anne de la Maison-Blanche eut lieu le 24 octobre 1912.

L'image du jour

Bastion 91 boulevard Masséna

Situé entre les portes d'Ivry et de Vitry, le site du bastion 91 est aujourd'hui occupé par la caserne de pompiers Masséna.