Faits divers

 La bande de la « Saucisse » - 1893

La bande de la « Saucisse »

Le Siècle — 6 mars 1893

Toute une association de voleurs vient d'être capturée hier, par M. Siadoux, commissaire de police du quartier de la Maison-Blanche.

Ces individus, au nombre de six, quatre hommes et deux femmes, sont les auteurs des nombreux vols commis récemment dans les treizième et quatorzième arrondissements.

Le dernier exploit de cette bande est la mise, au pillage d'une maison située 45, avenue de Choisy, appartenant à Mme veuve Hauget. Cette dame qui s’était absentée pendant une quinzaine de jours, trouva en rentrant, sa maison entièrement dévalisée; tout ce que les misérables n'avaient pu emporter avait été brisé.

Après quelques jours de recherches, l'on parvint à savoir que les voleurs habitaient en commun, 187, rue du Château-des-Rentiers, et c'est là, hier, que le commissaire les a arrêtés tous.

Voici leurs noms :

Gaston Rossé, dit la Saucisse, chef de la bande ; Alphonse Lasure, dit la Flotte ; Nuheot, dit Coco ; Jean Séguin, dit Petit-Jean. Les deux femmes, Maria Gras et Marie Guiselin, répondent aux sobriquets de la Carabine et la Blonde.

Au domicile des six complices, l'on a saisi nombre d'objets de toute nature provenant de vols. Après interrogatoire, tous ont été envoyés au Dépôt.


A lire également

La bande des deux moulins (1894)

Les étrangleurs des Gobelins (1895)

Une bande d'aigrefins (1897)

À lire également...

Boulevard de l'Hôpital

Un drame boulevard de l'Hôpital

1897

Un drame sanglant s'est déroulé, hier soir, vers neuf heures, sur le boulevard de l'Hôpital. Un mari a tué sa femme, puis a tenté ensuite de se suicider, C'est l'éternel et banal drame conjugal.

...


Quartier de la Gare

Le crime de la Cité Jeanne d'Arc

1907

Un inconnu abordait, hier soir, vers quatre heures trois quarts, dans la rue Nationale, le sous-brigadier des gardiens de la paix Honoré Mariton, du treizième arrondissement, et lui déclarait : Je viens de tuer un homme qui m'avait emmené dans sa chambre, 1, cité Jeanne-d'Arc. Conduisez-moi en prison.

...


Quartier de la Gare

Le drame de la rue Strau

1932

Mme Victoire Arnaud, trente-deux ans, épouse divorcée de M. Gehier, est marchande des quatre-saisons. Elle demeure 7, rue Strau, et son travail opiniâtre lui a permis de faire quelques économies. Elle a pu soulager ainsi la détresse de son frère François Arnaud, vingt-huit ans, ouvrier en chômage, marié et père de cinq enfants.

...


Place d'Italie

Un drame dans une ménagerie

1888

Le bruit courait, hier, à la foire établie en ce moment avenue des Gobelins et boulevard d’Italie, que Pezon avait été grièvement blessé par un de ses pensionnaires.

...

Saviez-vous que... ?

Le mardi 7 aout 1923, on découvrit 5 squelettes enterrés au coin de la rue Damesme et de la rue Bourgon.

*
*     *

Par son vote du 26 mai 1859, la Chambre des députés décidait de porter, à compter du 1er janvier 1860, les limites de Paris jusqu'au pied du glacis de l'enceinte fortifiée. Cette loi désignait le 13ème arrondissement sous le nom d'arrondissement des Gobelins.

*
*     *

La rue Edmond Gondinet fut ouverte en 1898 et reçut, en 1899, le nom de ce trop méconnu auteur de comédies qui est aussi l'un des coauteurs du livret de Lakmé, opéra-comique en trois actes créé en 1883, musique de Léo Delibes.

*
*     *

Le chemin du Bac allait de la route de Choisy à la rue du Chevaleret. En 1865, la portion comprise entre la route de Choisy et les rues Nationale et du Château des Rentiers reçut le nom de Baudricourt tandis que le tronçon restant prit celui de Clisson. Ainsi en décida l’Empereur par un décret impérial signé à Biarritz le 2 octobre. Olivier de Clisson, connétable de France de 1380 à 1392 avait été surnommé Le Boucher en raison de sa cruauté.

L'image du jour

Usine à gaz, avenue de Choisy, rue du Gaz et rue de Tolbiac(1919)
Le site est aujourd'hui occupé par le square de Choisy