Dans la presse...

 Une descente mouvementée - 1901

Une descente mouvementée

Le Gaulois — 6 juin 1901

Le ballon le Rêve, d'une contenance de mille mètres cubes, monté par l’un de nos aéronautes les plus connus le comte Henry de La Vaulx, ayant à son bord M. et Mme Dugué de La Fauconnerie, partait mardi, à cinq heures du soir de l'usine à gaz de la Plaine-Saint-Denis pour exécuter une ascension libre.

Le Rêve s’éleva bientôt à une altitude de quinze cents mètres et plana au-dessus du bois de Vincennes mais le vent le ramena sur Paris dans la direction de l’Opéra. Comme il ne voulait pour rien au monde tomber sur la ville au moment où les becs de gaz sont allumés, le comte de La Vaulx a ouvert la soupape dès qu’il aperçut un terrain découvert.

Un aérostat similaire à celui de H. de La Vaulx

Le ballon est descendu, sans secousses, dans la rue du Moulin-des-Prés, à l'angle de la rue de Tolbiac, dans les jardins de Mme veuve Dubois.

Une fois atterri, la population du quartier afflua rue du Moulin-des-Prés et M. Maillot, officier de paix, dut organiser un véritable service d’ordre.

En procédant au dégonflement avec l'aide du gardien de la paix Poutrier et de MM. Henri et Jean Duménil, marchands des quatre-saisons, un charretier, André Payeur, demeurant 34, rue de la Butte-aux-Cailles, fut surpris par les émanations de gaz et tomba à demi asphyxié.

Cet accident, qui n'a eu heureusement aucune suite funeste, souleva, contre les aéronautes les fureurs de la foule qui ne parlait de rien moins que de brûler le ballon et de lyncher ceux qui le montaient. La police dut intervenir.

Le Rêve fut remisé chez M. Jousset, entrepreneur de travaux publics, rue du Moulin-des-Prés, et le comte de La Vaulx et ses compagnons de route purent non sans peine ni sans danger monter dans une voiture, qui s'éloigna, au pas, escortée de chaque côté par des gardiens de la paix.

Extrait d'un plan édité vers 1901

A lire également

Le récit du Petit-Parisien : Une descente imprévue

Le récit du Soleil : Les Sauvages de Paris

Vu dans la presse...

La suppression de la Bièvre

Le conseil ayant décidé, en 1899, après de lentes et nombreuses études, de faire procéder à la couverture de la Bièvre « dont les émanations exercent une influence fâcheuse sur la santé des riverains... (1907)

Lire

La villa des chiffonniers

Il faudrait battre longtemps Paris pour y trouver quelqu\'un de comparable à M. Enfert, qui vient de faire bénir, à la Maison-Blanche, une nouvelle œuvre. (1897)

Lire

Nouvelle ligne d'autobus

A dater du 28 octobre 1923, la S. T. C. R. P. mettra en service une nouvelle ligne d’autobus dénommée AI bis, « Place d’Italie-Gare Saint-Lazare » (1923)

Lire

Nécrologie : Eugène Bonneton

Une triste nouvelle nous arrive du front. Eugène Bonneton, le peintre
délicat du vieux Paris, de la Bièvre et des hivers parisiens, vient de s'éteindre dans une ambulance de l'Argonne. (1915)

Lire

Saviez-vous que... ?

Le 1er mars 1932, l'usine de chaussures (qui répandait aux alentours de manière permanente une odeur de vernis) installée boulevard Kellermann (au 10) était ravagée par un incendie.

*
*     *

Le 23 juillet 1892, un ouvrier tourneur en bronze, nommé Dubru, se suicidait en se jetant dans la Bièvre, boulevard d’Italie. Son corps fut transporté à la Morgue.

*
*     *

Jusqu'en 1884, la place de Rungis, construite sur les vestiges des étangs de la Glacière et voisine de la gare de marchandises, porta le nom de place Barrault. La même année, la voie nouvelle tracée entre la rue du Pot-au-Lait et la gare de Gentilly, ceinture, prit le nom de rue de Rungis.

*
*     *

Jusqu’à la fin des années 1920, la rue de la Fontaine-à-Mulard commençait avenue d’Italie, s’interrompait rue Damesme et reprenait rue de la Colonie pour se terminer définitivement place de Rungis. Il y avait près de 500 mètres entre le n°2 et le n°4.
Le tronçon compris entre l’avenue d’Italie et la rue Damesme devint la rue du Dr Laurent.

L'image du jour

Le carrefour Italie-Tolbiac