Dans la presse...

 Les sauvages de Paris

Les sauvages de Paris

Le Soleil — 6 juin 1901

Un événement extraordinaire s’est produit, à Paris, dans la soirée de mardi : un ballon, venant on ne savait d’où, toujours ramené vers Paris, malgré les efforts de ceux qui le montaient, a enfin atterri dans un terrain vague de la Butte aux Cailles, non loin de la rue de Tolbiac, qui ne compte pas parmi les quartiers distingués de la capitale. Cela ressemble à peu près à un désert, et c’est pourtant très peuplé, quoique, passé une certaine heure, fort peu sûr.

Le lieu approximatif de l'atterisage vraisemblablement dans les jardins situés sur la partie gauche de l'image où passe l'actuelle rue du Moulinet prolongée vers la rue Bobillot.

Les aréonautes ne pouvaient cependant pas s’attendre à l’accueil qui leur fut fait. Dans les premiers instants qui suivirent l’atterrissement, cela n’alla pas trop mal, et les curieux étaient plutôt sympathiques. Mais bientôt, il en vint d’autres, et d’autres encore, une véritable petite armée.

C’était la foule, et comme la foule ne raisonne pas, même dans les quartiers les plus distingués de Paris, les bêtises bientôt commencèrent : d'où venaient ces intrus, et que venaient-ils faire là avec leur ballon ? De défiante qu’elle était d’abord, la foule, en augmentant, devint bientôt hostile, et si quelques notables du quartier ne s’étaient interposés, peut-être faisait-on un mauvais parti aux voyageurs aériens, de vrais malfaiteurs, du reste : M. de la Vaulx, l'aréonaute bien connu, et M. et Mme Dugué de la Fauconnerie.

En attendant, si l’on ménageait encore les touristes, on ne savait pas s’il n'était point urgent de détruire l’aérostat. Plus il arrivait de voisins, plus le péril grandissait. Les nouveaux venus, ne sachant rien de ce qui s'était passé, se montraient, comme toujours, les plus intraitables, et, ne pouvant rien contre les passagers, parlaient de procéder à la destruction du ballon.

Encore parler est-il une façon de dire, car on hurlait plutôt, à petite distance de la place d’Italie, qui passe pour un centre de civilisation. Enfin, les agents arrivèrent en nombre, et la foule se dispersa, — ou fut dispersée, — non sans disserter sur cette chose étrange : un ballon venant s’abattre dans Paris, ce qui n'est pas dans la coutume, au contraire. Il y en avait même pour se demander si ce n’était pas Andrée, perdu depuis de si longs mois, et qui, à l'improviste, revenait du pôle. En tout cas, ce n’était pas une raison de s’encolérer et d’aller jusqu’à la menace, même jusqu'à un commencement d’exécution.

Mais voilà comme on est, à Paris, ville qui se dit la plus intelligente du monde, depuis que les flagorneurs la bernent, et il y a longtemps. Place de l'Etoile ou place de la Concorde, un événement de cette nature eût bien éveillé quelque curiosité, et c’eut été tout ; mais la Butte-aux-Cailles c’est si loin de Paris que les mœurs ne peuvent pas être les mêmes. Au point de vue de la mansuétude, c’est presque aussi loin que les îles Sandwich, où fut massacré le fameux capitaine Cook, et Tombouctou, où les Touareg n'aiment pas les étrangers.

Extrait d'un plan édité vers 1901

On ne savait pas que ces peu intéressants échantillons de l'humanité pussent, à l'occasion, avoir des émules dans l’enceinte des fortifications.

Jean de Nivelle
(Charles Canivet, 1839-1911)

C’est bien « aréonautes » que l’auteur du texte (ou le typographe) a écrit ! L'erreur a été conservée en représailles, l'auteur étant plutôt méchant à l'égard du 13e(NdE).


A lire également

Le récit du Petit-Parisien : Une descente imprévue

Le récit du Gaulois : Une descente mouvementée

Vu dans la presse...

La cité Jeanne-d'Arc a été nettoyée de ses indésirables

La Cité Jeanne-d'Arc, cet îlot lépreux et insalubre qui, dans le 13e arrondissement, groupe autour de quelques ruelles ses immeubles sordides, entre la rue Jeanne-d'Arc et la rue Nationale, a vécu aujourd'hui un véritable état de siège. (1935)

Lire

L'inauguration de la rue Jeanne-d'Arc (prolongée) dans le XIIIe arrondissement

La municipalité parisienne a inauguré, ce matin dans le 13e arrondissement, le prolongement de la rue Jeanne-d'Arc qui relie ainsi le quartier des Gobelins à celui de la Gare. (1936)

Lire

L'inondation de la Bièvre

La Bièvre, pendant l'orage de mercredi, s'est mise en colère ; terrible colère, dont nous avons déjà signalé hier les principaux effets, et dont je suis allé voir les traces avant qu'elles ne fussent effacées. (1901)

Lire

Arsène Lupin à l’Eden des Gobelins

A l'Éden des Gobelins, l'entr'acte passe en grande vedette, vers 10 h. 20. (1933)

Lire

Saviez-vous que... ?

Le 1er mars 1932, l'usine de chaussures (qui répandait aux alentours de manière permanente une odeur de vernis) installée boulevard Kellermann (au 10) était ravagée par un incendie.

*
*     *

Le 7 décembre 1930, un beau dimanche, à l'angle de l'avenue des Gobelins et de la rue Philippe- de-Champaigne, le manœuvre géorgien Parmény Tchanoukvadzé, trente-six ans, abattait à coups de pistolet automatique M. Noé Ramichvili, quarante-neuf ans, ancien ministre de l'Intérieur du gouvernement menchevik de Géorgie, président à Paris du parti Tebanoukvadze social démocrate géorgien, blessant M. Menagarichvili, secrétaire du précédent, qui se portait au secours de son chef.

*
*     *

En 1889, E. Pion, médecin vétérinaire, inspecteur de la Boucherie à Paris dénombrait 40 chèvres séjournant régulièrement à la Porte d'Italie et 15 à la Poterne des Peupliers.

*
*     *

C'est en 1880 que commencèrent les travaux de construction de la gare de La Glacière-Gentilly sur la petite ceinture parallèlement à ceux de la gare de Grenelle.

L'image du jour

Le carrefour Italie-Tolbiac