Dans la presse...

 Les sauvages de Paris

Les sauvages de Paris

Le Soleil — 6 juin 1901

Un événement extraordinaire s’est produit, à Paris, dans la soirée de mardi : un ballon, venant on ne savait d’où, toujours ramené vers Paris, malgré les efforts de ceux qui le montaient, a enfin atterri dans un terrain vague de la Butte aux Cailles, non loin de la rue de Tolbiac, qui ne compte pas parmi les quartiers distingués de la capitale. Cela ressemble à peu près à un désert, et c’est pourtant très peuplé, quoique, passé une certaine heure, fort peu sûr.

Le lieu approximatif de l'atterisage vraisemblablement dans les jardins situés sur la partie gauche de l'image où passe l'actuelle rue du Moulinet prolongée vers la rue Bobillot.

Les aréonautes ne pouvaient cependant pas s’attendre à l’accueil qui leur fut fait. Dans les premiers instants qui suivirent l’atterrissement, cela n’alla pas trop mal, et les curieux étaient plutôt sympathiques. Mais bientôt, il en vint d’autres, et d’autres encore, une véritable petite armée.

C’était la foule, et comme la foule ne raisonne pas, même dans les quartiers les plus distingués de Paris, les bêtises bientôt commencèrent : d'où venaient ces intrus, et que venaient-ils faire là avec leur ballon ? De défiante qu’elle était d’abord, la foule, en augmentant, devint bientôt hostile, et si quelques notables du quartier ne s’étaient interposés, peut-être faisait-on un mauvais parti aux voyageurs aériens, de vrais malfaiteurs, du reste : M. de la Vaulx, l'aréonaute bien connu, et M. et Mme Dugué de la Fauconnerie.

En attendant, si l’on ménageait encore les touristes, on ne savait pas s’il n'était point urgent de détruire l’aérostat. Plus il arrivait de voisins, plus le péril grandissait. Les nouveaux venus, ne sachant rien de ce qui s'était passé, se montraient, comme toujours, les plus intraitables, et, ne pouvant rien contre les passagers, parlaient de procéder à la destruction du ballon.

Encore parler est-il une façon de dire, car on hurlait plutôt, à petite distance de la place d’Italie, qui passe pour un centre de civilisation. Enfin, les agents arrivèrent en nombre, et la foule se dispersa, — ou fut dispersée, — non sans disserter sur cette chose étrange : un ballon venant s’abattre dans Paris, ce qui n'est pas dans la coutume, au contraire. Il y en avait même pour se demander si ce n’était pas Andrée, perdu depuis de si longs mois, et qui, à l'improviste, revenait du pôle. En tout cas, ce n’était pas une raison de s’encolérer et d’aller jusqu’à la menace, même jusqu'à un commencement d’exécution.

Mais voilà comme on est, à Paris, ville qui se dit la plus intelligente du monde, depuis que les flagorneurs la bernent, et il y a longtemps. Place de l'Etoile ou place de la Concorde, un événement de cette nature eût bien éveillé quelque curiosité, et c’eut été tout ; mais la Butte-aux-Cailles c’est si loin de Paris que les mœurs ne peuvent pas être les mêmes. Au point de vue de la mansuétude, c’est presque aussi loin que les îles Sandwich, où fut massacré le fameux capitaine Cook, et Tombouctou, où les Touareg n'aiment pas les étrangers.

Extrait d'un plan édité vers 1901

On ne savait pas que ces peu intéressants échantillons de l'humanité pussent, à l'occasion, avoir des émules dans l’enceinte des fortifications.

Jean de Nivelle
(Charles Canivet, 1839-1911)

C’est bien « aréonautes » que l’auteur du texte (ou le typographe) a écrit ! L'erreur a été conservée en représailles, l'auteur étant plutôt méchant à l'égard du 13e(NdE).


A lire également

Le récit du Petit-Parisien : Une descente imprévue

Le récit du Gaulois : Une descente mouvementée

Saviez-vous que ...

C’est en 1877 que la rue du Marché aux porcs, ainsi dénommée en raison de sa proximité avec un ancien marché aux bestiaux prit le nom de rue de la Vistule. Sa longueur est de 230 mètres.

L'image du jour

L'hôpital de la Salpétrière

Vu dans la presse...

1863

Les projets pour le XIIIe arrondissement

Le treizième arrondissement se compose, comme le douzième, d'une fraction de l'ancien Paris et d'une partie annexée. Cette dernière est comprise entre les anciens boulevards extérieurs, les rues de la Santé et de la Glacière, les fortifications et la Seine. La butte des Moulins, la butte aux Cailles et les bas-fonds de la Bièvre, en font une des régions les plus mouvementées de la zone suburbaine, et, par conséquent, une de celles qui présentent le plus d’obstacles à une viabilité régulière; de là, des tâtonnements et de longues études. (1863)

Lire

1866

Les travaux du chemin de fer de Ceinture : du pont Napoléon au tunnel de Montsouris

Les travaux du chemin de fer de Ceinture, toujours conduits avec la même activité, sont terminés sur une grande partie, du parcours, en ce qui concerne les terrassements et les ouvrages d'art ; aussi a-t-on, déjà commencé le ballastage, la pose des voies et l'édification des bâtiments de stations. (1866)

Lire

1861

Le viaduc de la Bièvre

On continue à s'occuper très sérieusement du tracé du chemin de fer de ceinture sur la rive gauche ; les études du pont à jeter sur la Seine et celles du viaduc dans la vallée de la Bièvre sont maintenant terminées. (1861)

Lire

1925

Une nouvelle Cour des Miracles

Vous ne connaissez pas le passage Moret, cela n'est pas surprenant, car, sauf ses malheureux habitants, leur conseiller municipal qui se débat comme un diable pour les secourir, chacun à l'envi les oublie. Chaque fois que les représentants de l'administration se souviennent de ce restant de l'Ile des Singes, c'est pour lui causer un dommage nouveau. (1925)

Lire

1925

Les habitants du passage Moret vont être « clos et couverts »

Les pauvres et déplorables locataires de la ville de Paris, dans son domaine de l'Ile des Singes, partie dénommée sur la nomenclature le Passage Moret, vont apprendre avec joie que l'inondation de leurs taudis, par en haut, va cesser à bref délai. (1925)

Lire

1926

Un propriétaire avait vendu 100 francs son immeuble à ses locataires

Dans le populeux quartier des Gobelins, il est un groupe de gens à qui l'on a mis le bonheur — bonheur relatif, d'ailleurs — à portée de la main, et qui se disputent au lieu de le cueillir sagement. Ces gens demeurent sous le même toit, 9, passage Moret, voie vétuste qui semble être restée dans le même état qu'au temps des mousquetaires. (1926)

Lire

1927

La Ville de Paris osera-t-elle jeter à la rue les locataires du passage Moret ?

La Ville de Paris, qui loue pour rien les luxueux pavillons du Bois de Boulogne aux jouisseurs et aux parasites, veut expulser de malheureux travailleurs de logements peu confortables certes, mais pour lesquels ils paient un lourd loyer. (1927)

Lire

1927

La Ville de Paris est parvenue à faire expulser les locataires

Les locataires n'étaient pas plutôt dans la rue que des démolisseurs se mettaient à l'ouvrage pour le compte d'un garage Renault qui fait procéder à des agrandissements.
Ainsi les limousines des exploiteurs seront à l'abri et les locataires logeront où et comme ils pourront. (1927)

Lire

1927

Dans le passage Moret où règne la misère

Que l'on démolisse les taudis, nids à tuberculose qui pullulent dans la « Ville-Lumière », nous n'y trouverons rien redire, au contraire ! Mais que sous prétexte d'assainissement, comme cela s'est produit passage Moret, on expulse, en 21 jours, au profit d'un garage, des malheureux que l’on a finalement « logés » dans des taudis sans nom, c'est un véritable scandale ! (1927)

Lire

1937

Oasis faubourienne

Tout un coin de Paris est en train de se modifier singulièrement. Huysmans ne reconnaîtrait plus sa Bièvre. Non seulement le ruisseau nauséabond est maintenant couvert depuis bien des années, mais le sinistre passage Moret a presque complètement disparu de la topographie parisienne et, au milieu de cette année, les fameux jardins dont la jouissance était réservée aux tisseurs et dessinateurs de la Manufacture des Gobelins, vergers en friche qui, quelquefois, servaient de dépôt d'ordures aux gens du quartier, auront perdu leur aspect de Paradou abandonné. (1937)

Lire

1938

Un jardin unique en son genre, celui des Gobelins, va être inauguré la semaine prochaine

Paris aura la semaine prochaine un nouveau jardin public, un très beau jardin. Il n’en possédera jamais trop !
Le fait est d’autant plus intéressant que ce nouveau jardin se trouve dans un arrondissement, au reste fort peuplé, le 13e, qui, il y a encore un an, ne possédait pas le moindre square. (1938)

Lire

1938

Aux Gobelins: le nouveau jardin a été inauguré et ouvert au public

Hier matin, était inauguré, dans le quartier Croulebarbe, un nouveau jardin public. II s'étend sur 22.500 mètres carrés, derrière la Manufacture des Gobelins et le Garde-Meubles National.
C'est à Émile Deslandres que l'on doit cette initiative. Ayant représenté pendant plus de vingt-cinq années ce quartier, au nom du Socialisme, il s’était penché sur les misères et les besoins de la classe ouvrière dont il était lui-même. (1938)

Lire

Ailleurs sur Paris-Treizieme