99, boulevard Masséna où les zoniers apprennent la vie bourgeoise

Paris-Soir — 25 mars 1942
Le bastion 89, 99 boulevard Masséna

Ce sont, à deux pas de la porte de Choisy, trois étages de pierres que le plan de Paris et les gens du quartier appellent le bastion 89.

— Ah ! oui, là où il y a les zoniers !

Telle est la réponse que l'on vous fera si vous cherchez son chemin.

Bastion 89. Ce nom et ce numéro qu'on leur affecte, tel un matricule, cela fait de la peine aux zoniers,

Et pourquoi en causer à ceux dont la grande — parfois difficile — ambition est justement de devenir des gens comme tout le monde.

Appelons donc simplement le 99, boulevard Masséna, l'ancien poste caserne rescapé du nivellement des « fortifs », maison où, dévouées comme savent l'être ces femmes sublimes, deux assistantes sociétés rééduquent trente-deux familles, enseignent la maniéré de s'intégrer à la vie de la cité.

Je ne citerai pas de nom, leur modestie en souffrirait.

Il faut voir la respectueuse attention des parents, les sourires spontanément ouverts sur les jeunes visages, encore assez souvent barbouillés, pour comprendre tout le réconfort moral qu'apporte ici la présence de l'assistante sociale.

Car, à un rythme régulier. Inexorable, la future « ceinture verte » où s'affairent 2.500 hommes de l'équipement national gagne sur la zone. Après une tondue période stagnante — la première loi date de 1919 ! — la lutte est entrée, depuis le 15 octobre dernier, dans sa phase décisive.

Six opérations d'expulsion. 40 hectares libérés sur 290, 1.826 foyers sur 9.500 évacués. On compte avant la fin de l'année sur 150 hectares et 4.800 foyers.

L'administration fait bien son devoir, reconnaissons-le.

Pour faire, tout à fait, amende honorable, il n'y a point de meilleure conclusion que de reproduire celle d'un certain rapport de la préfecture, excellent du reste. Et nous demanderons pour cela à M. Périer de Ferai, grand maître après M. Magny du destin de la zone, de pardonner tant d'indiscrétion :

« La zone, sujet de reportage et d'enquêtes sensationnels sous le couvert de préoccupations sociales et pseudo-humanitaires, la zone où journalistes et romanciers puisaient des arguments émotifs ou des sujets éternellement renouvelés, la zone, théâtre de crimes crapuleux, réels ou imaginaires, est en train de disparaître. Elle ne méritait ni cet excès d'attendrissement ni cet excès de sévérité. Elle constituait autour de la Cité le conglomérat de toutes les misères et de toutes les déchéances que l'on découvre autour des plus grandes villes, mais qu'ici on avait eu le tort de laisser se cristalliser. »

— Zonier, regrettes-tu ? avons-nous demandé boulevard Masséna.

— Non, si ce n'est mes poules, mes lapins, mes légumes.

Car il est une chose que le zonier aime au moins autant que son indépendance : bien manger.

Georges MARTIN.


Menu article

Lu dans la presse...

La mort de M. Curie

Les obsèques de M. Curie ont été célébrées, hier, avec la plus grande simplicité et sans aucune cérémonie.
Dès trois heures arrivèrent à la maison mortuaire, 108, boulevard Kellermann, des professeurs de la Sorbonne et du Collège de France, ainsi que des membres de l'Institut. Tour à tour ils pénétraient dans la petite maison... (1906)

Lire

Les transformations de Paris

L'administration vient de faire déposer à la mairie 13e arrondissement le plan parcellaire des propriétés dont la cession est nécessaire en tout ou en partie pour exécuter :
1° L'élargissement à 40 mètres de la rue Mouffetard, entre le boulevard Saint-Marcel et les boulevards d'Italie et de l'Hôpital ;
2° La transformation de la place d'Italie, entre la rue Mouffetard et les boulevards de la Gare et d'Italie ;
3° L'ouverture, entre cette place et la Gentilly, d'un boulevard de 34 mètres de largeur, donnant à l'ouest le pendant du boulevard de l'Hôpital. (1867)

Lire

Logements à bon marché

Paris nous réserve toutes les surprises, et ses historiens, malgré leurs patientes recherches, n'arrivent que difficilement à nous signaler les faits bizarres, les trouvailles imprévues que les faits-divers nous révèlent chaque jour et par hasard.
On vient de découvrir qu'en plein cœur de la capitale il existe une maison habitée par une cinquantaine de locataires depuis plus de vingt ans et que cet immeuble n'a ni propriétaire ni concierge. (1896)

Lire

La maison sans maître

Tout au bout de l'avenue d'Ivry, près des fortifications, se trouve une impasse dont l'accès est si étroit, qu'aucun véhicule n'y peut pénétrer sans raser et détériorer les murailles des maisons qui la bordent ; c'est le passage d'Ivry.
Tout au fond de ce passage se dresse une maison branlante, dont l'histoire est bien extraordinaire. (1904)

Lire

La maison puante

Par quoi le fait de n'avoir ni propriétaire, ni concierge, ni loyer à payer ne constitue pourtant pas le bonheur.
M. Navarre a entretenu hier le conseil municipal d'une maison de son quartier qui n'a ni propriétaire, ni concierge, mais qui n'est pas sans locataires, ou plutôt sans habitants. (1907)

Lire

La Butte-aux-Cailles nouvelle butte « sacrée »

Elle pourrait bien être en passe de gagner le titre de nouvelle Butte sacrée, cette Butte-aux-Cailles, au nom plein de charme évocateur, qu'on songe à la splendeur cynégétique ou à la petite amie souriante, chantante et potelée. (1927)

Lire

Le nouveau Paris

L'ex-commune de la Maison-Blanche, au-delà du boulevard d'Italie, est une des parties annexées qui offrent le plus de difficultés pour le nivellement, car d'un côté il s'agit de franchir les hauteurs de la Butte-aux-Cailles, et de l'autre il faut remblayer des fondrières, des carrières abandonnées... (1861)

Lire

Les projets pour le XIIIe arrondissement

Le treizième arrondissement se compose, comme le douzième, d'une fraction de l'ancien Paris et d'une partie annexée. Cette dernière est comprise entre les anciens boulevards extérieurs, les rues de la Santé et de la Glacière, les fortifications et la Seine. La butte des Moulins, la butte aux Cailles et les bas-fonds de la Bièvre, en font une des régions les plus mouvementées de la zone suburbaine, et, par conséquent, une de celles qui présentent le plus d’obstacles à une viabilité régulière; de là, des tâtonnements et de longues études. (1863)

Lire

Les travaux du chemin de fer de Ceinture : du pont Napoléon au tunnel de Montsouris

Les travaux du chemin de fer de Ceinture, toujours conduits avec la même activité, sont terminés sur une grande partie, du parcours, en ce qui concerne les terrassements et les ouvrages d'art ; aussi a-t-on, déjà commencé le ballastage, la pose des voies et l'édification des bâtiments de stations. (1866)

Lire

Le viaduc de la Bièvre

On continue à s'occuper très sérieusement du tracé du chemin de fer de ceinture sur la rive gauche ; les études du pont à jeter sur la Seine et celles du viaduc dans la vallée de la Bièvre sont maintenant terminées. (1861)

Lire

Une nouvelle Cour des Miracles

Vous ne connaissez pas le passage Moret, cela n'est pas surprenant, car, sauf ses malheureux habitants, leur conseiller municipal qui se débat comme un diable pour les secourir, chacun à l'envi les oublie. Chaque fois que les représentants de l'administration se souviennent de ce restant de l'Ile des Singes, c'est pour lui causer un dommage nouveau. (1925)

Lire

Les habitants du passage Moret vont être « clos et couverts »

Les pauvres et déplorables locataires de la ville de Paris, dans son domaine de l'Ile des Singes, partie dénommée sur la nomenclature le Passage Moret, vont apprendre avec joie que l'inondation de leurs taudis, par en haut, va cesser à bref délai. (1925)

Lire

Teaser 6 articles

Ailleurs sur Paris-Treizieme