Dans la presse...

 L'ancienne nécropole Saint-Marcel - 1913

L'ancienne nécropole Saint-Marcel

Le Journal des débats politiques et littéraire — 9 décembre 1913

Une large tranchée est actuellement creusée, pour l'établissement d'une conduite cimentée, sur le trottoir, à l'extrémité du boulevard St-Marcel, près de l'avenue des Gobelins.

À l'angle de la rue de la Collégiale, les fouilles ont mis à découvert de nombreux sarcophages en plâtre et en pierre, et des sépultures à même le sol.

M. le docteur Capitan et M. Charles Magne se sont rendus sur place ces jours-ci pour examiner ces fouilles ; deux sarcophages de pierre, trouvés à deux mètres à peine de la chaussée, ont été ouverts dans le fond de la tranchée. Recouverts d'un lourd couvercle de forme thoracique, ils renfermaient deux squelettes complets. L'un surtout attira l'attention du docteur Capitan, squelette féminin, portant des traces très apparentes de lésion de l'omoplate et possédant un tibia portant une ancienne fracture soudée de façon primitive.

Ces sépultures appartiennent, à n'en pas douter, à l'ancienne nécropole Saint-Marcel, dont les origines remontent au quatrième siècle.

Elle s'étendait, en effet, sur un vaste emplacement limite par la rue Le Brun (ancienne rue des Fossés-Saint-Marcel), la rue des Gobelins, la rue des Marmousets, la rivière de Bièvre, la rue du Fer-à-Moulin et la rue Scipion occupant, on le voit, un quadrilatère à cheval sur les voies nouvelles, qui sont l'avenue des Gobelins, le boulevard de Port-Royal, le Boulevard Arago et le boulevard Saint-Marcel.

Trois églises s'y élevaient, et c'est autour de chacune d'elles que se groupaient les tombes : Saint-Marcel, du côté de la rue de la Reine-Blanche ; Saint-Hippolyte, du côté de la rue des Gobelins et Saint-Martin rue de la Collégiale, entre la rue Vésale et le boulevard Saint-Marcel.

Extrait du plan de Paris dit Plan de Turgot réalisé entre 1734 et 1739.

Les restes mis à jour par centaines dans les fouilles actuelles proviennent des inhumations de l'église Saint-Martin.

C. Y.

A lire également

Le futur boulevard Saint-Marcel (1857)

Le percement du boulevard Saint-Marcel (1868)

Le percement du boulevard Arago met à jour des vestiges du vieux Paris (1868)

Intéressante découverte archéologique sur le chantier du boulevard Saint-Marcel (1868)

Mille ans sous la terre (1871)

Dans la presse...


Le nouveau marché aux chevaux

L’inauguration du nouveau marché aux chevaux est définitivement fixée au lundi 1er avril prochain.
Le marché provisoire, établi depuis 1866, au boulevard d’Enfer, sera supprimé à la même date. (1878)

Lire la suite


Le métro sur la rive gauche

La nouvelle-section du Métropolitain, allant de Passy à la place d'Italie (ligne Circulaire-Sud), dont nous avons donné, il y a quelques jours, une description détaillée, a été ouverte, hier après-midi, au service public. Pendant toute la durée de l'après-midi, les voyageurs et les curieux se sont, pressés dans les diverses gares du parcours... (1906)

...


Les travaux du 13e arrondissement

Le 13e arrondissement a déjà été l’objet de travaux importants qui ont commencé à assainir le quartier de la Butte aux Cailles. Pour compléter, il faut faire disparaître l'ancien marais de la Glacière, couvrir la Bièvre et ouvrir une communication entre la place d’Italie et la nouvelle gare de marchandises de Gentilly sur le chemin de fer de Ceinture, (1885)

...


Un planton qui se promène cinq heures inutilement

En 1913, un groupe de gardiens de la paix du commissariat de la rue Rubens protestait, par voie de presse contre l'organisation de leur service. (1913)

...


Le Puits de la Butte-aux-Cailles

Quelle humiliation pour cette pauvre Bièvre ! Une rivière aux eaux pures et claires vient de jaillir des profondeurs de l'écorce terrestre, dans le quartier même par lequel l'antique cours d'eau qui jadis arrêta les légions de Labiénus et qui n'est plus qu'un noir égout, pénètre dans Paris. (1898)

...

Saviez-vous que... ?

Le 11 septembre 1888, à la fête des Gobelins qui se tenait place d'Italie, le dompteur Edmond Pezon (de la célèbre famille Pezon) faillit être dévoré par le lion Roland.

*
*     *

Initialement, l'avenue des Gobelins devait s'appeler Boulevard Mouffetard.

*
*     *

C'est le 11 juillet 1906 que le conseil municipal de Paris vota le transfert du marché aux chevaux du boulevard de l'hôpital à Brancion, nouveau marché ouvert depuis 1904.

*
*     *

Jusqu'en 1939, il y eut une rue Jules Ferry dans le 13e arrondissement. Cette année-là, on considéra que cette petite rue n'était pas suffisamment digne d'honorer le souvenir de l'illustre homme d'Etat au-delà d'être une source de confusion pour le service des Postes et la rue du Moulin-des-Prés atteint ainsi la rue Damesme en se voyant prolongée.
Officiellement, ce fut une extension de dénomination.

L'image du jour

L'avenue des Gobelins vue depuis la place d'Italie