Dans la presse...

 Un fragment de voie romaine mise à jour avenue de Choisy - 1906

Un fragment de voie romaine mis à jour avenue de Choisy

La France — 23 juin 1906

La vieille Lutèce reparait de tous côtés à la lumière. On connait le fragment de son mur d’enceinte que le Métropolitain vient de rencontrer dans la Cité. Mais il y a autre chose ; à l’angle de l’avenue de Choisy et de la rue de la Vistule, un coup de pioche heureux vient de mettre à découvert, à 1 m. 40 en contre-bas du trottoir, l’antique voie de Lutèce à Lugdunum.

Cette voie partait de l’actuelle église Saint-Séverin, traversait un cimetière, gravissait le mont Lucotitius en suivant la rue de la Montagne-Sainte-Geneviève, prenait l’alignement de la rue Mouffetard, descendait le versant méridional du Lucotitius en laissant à sa droite un cimetière chrétien situé près de la rue de l’Arbalète, franchissait la Bièvre, gravissait le mont Cetardus dans la direction de l’avenue des Gobelins en coupant un vaste champ de sépultures chrétiennes, parvenait à la place d’Italie, escaladait le mont Glandiolus, suivait l’alignement de l’avenue de Choisy, et se dirigeait sur Juvisy, Essonnes, Melun, Sens, Auxerre, Avallon, Autun, Chalon pour aboutir à Lyon.

La partie qui vient d’être mise à nu, sur 14 mètres de long, offre une largeur de 8 mètres. Son pavage est formé par deux rangées de moellons bruis super posés avec des joints contrariés. L’épaisseur de ce stralumen est de 0. m.40; et le bombement, en son milieu, accuse une flèche de 0 m. 27 de haut.

M. Charles Magne, qui nous fait part de cette découverte, nous rappelle qu’en 1897 il trouva, non loin de là, d’intéressants témoins de la vie de nos pères. Souhaitons que, cette fois encore, il enrichisse sa collection de quelques précieuses dépouilles.

Le titre a été ajouté. Par ailleurs, l'existence du "mont Glandolius" mentionné dans le texte reste à confirmer. (NdE)



Dans la presse...


Le monument aux mères françaises est présenté la presse

Aujourd'hui, à 10 heures, sera présenté à la presse, boulevard Kellermann, le monument élevé à la gloire des mères françaises, sous le patronage du Matin, qui sera inauguré le 23 octobre, à 14 h 30 en présence du président de la République et des plus hautes personnalités. (1938)

Lire la suite


Gares et Stations du chemin de fer de ceinture (rive gauche)

Une enquête est ouverte, en ce moment, à la Préfecture de la Seine, sur le enquête est ouverte, en ce moment, à la Préfecture de la Seine, sur le projet des stations à établir sur le chemin de fer de Ceinture, dans les 13e, 14e, 15e et 16° arrondissements. (1862)

...


Extension de la Gare du chemin de fer d'Orléans

On a mis récemment à l'enquête un projet d'agrandissement de la Gare du chemin de fer d'Orléans, à Paris, qui consiste à étendre les dépendances de cette gare jusqu'au quai d'Austerlitz, par l'annexion de tout l'emplacement compris entre ce quai, la rue Papin et le boulevard de l'Hôpital. (1862)

...


Portrait : Emile Deslandres

Conseiller municipal du quartier Croulebarbe (1925)

...


Promenade électorale dans le XIIIè

Le treizième a toujours été la cité des pauvres. Il sue encore la misère avec ses îlots de maisons délabrées… avec la rue du Château-des-Rentiers, ô ironie, avec la Butte-aux-Cailles chère à Louis-Philippe. Et comme la misère va de pair avec la douleur, beaucoup d'hôpitaux, la Salpêtrière, la Pitié, Broca, Péan, des asiles, des refuges. Sur 33.500 électeurs, 28.000 paient de 500 à 1.200 francs de loyer par an. Au prix actuel du gîte, ces chiffres ont une triste éloquence ! On ne s'étonnera pas si le treizième est politiquement très à gauche… et même à l'extrême gauche. (1927)

...

Saviez-vous que... ?

Le mardi 7 aout 1923, on découvrit 5 squelettes enterrés au coin de la rue Damesme et de la rue Bourgon.

*
*     *

En 1921, le maire du 13ème arrondissement était M. Guerineau. Il possédait une usine de céramique dont les bâtiments s'étendaient du numéro 69 de la rue du Gaz au numéro 172 de l'avenue de Choisy. Cette usine brûla le 26 octobre 1921.

*
*     *

La société des fourneaux de Saint-Vincent de Paul, le 5 novembre 1897 ouvraient, comme chaque année, ses fourneaux (au nombre de 26 en 1897) qui restèrent ouverts jusqu’au 30 avril 1898, tous les jours non fériés, de huit heures à onze heures du matin. Trois d'entre eux étaient situés dans le 13ème : 45 rue Corvisart, 35 rue de la Glacière et 87 bis rue Jenner.
Avec un bon de dix centimes, les malheureux recevaient une portion de pain, bouillon, viande, légumes, etc. enfin, de quoi se réconforter.
Ces établissements charitables étaient dirigés par les Sœurs.

*
*     *

La place des Alpes (boulevard de la Gare, 164, et rue Godefroy, 2) fut ainsi dénommée par arrêté préfectoral du 1er février 1877, à cause du voisinage de la place d'Italie, à laquelle elle est reliée par la rue Godefroy.

L'image du jour

Usine à gaz, avenue de Choisy, rue du Gaz et rue de Tolbiac(1919)
Le site est aujourd'hui occupé par le square de Choisy