Dans la presse...

 Nécrologie : Eugène Bonneton, peintre du vieux Paris

Nécrologie : Eugène Bonneton

Le Temps  — 17 novembre 1915

Une triste nouvelle nous arrive du front. Eugène Bonneton, le peintre délicat du vieux Paris, de la Bièvre et des hivers parisiens, vient de s'éteindre dans une ambulance de l'Argonne, suffoqué par les gaz asphyxiants. La peinture française perd en lui, en même temps qu'un grand cœur, un artiste du plus beau talent.

Né à Tournon, dans l'Ardèche, [le 18 septembre 1874, NdE)] il était venu à Paris compléter, dans les ateliers de notre École nationale des beaux-arts, l'initiation artistique ébauchée dans sa ville natale. Il avait eu pour, maîtres, à l'École, Albert Maignan et M. Luc-OIivier Merson. À leur contact, il avait gagné le goût de la conscience et d'une probité scrupuleuse dans son art.. A ces qualités, sans lesquelles le tempérament le plus vigoureux s'appauvrit et perd rapidement tout accent, il joignait un sens très juste et très fin de la nuance.

La nécessité de restreindre au strict minimum les frais accessoires de la vie l'ayant conduit à se fixer dans le quartier Croulebarbe, à deux pas des Gobelins, Bonneton avait trouvé dans les vieilles maisons de son quartier, dans les bâtisses lépreuses qui se pressent aujourd'hui comme jadis, sur les rives de cette Bièvre dont le fossé boueux inspira à Watteau tant de croquis, des motifs d'un pittoresque tout spécial. Il s'exerça de bonne heure à les rendre et fut vite remarqué. Au Salon des Artistes français, où il exposait ses travaux, les récompenses lui vinrent ; l'État et la ville de Paris lui achetèrent quelques-unes de ses toiles. Aux expositions internationales, où il figura, elles obtinrent un succès non moins vif, et le Port Saint-Nicolas, qui fut son unique envoi au Salon de 1914, le représente avec honneur, en ce moment, à l'exposition de San-Francisco.

Dès le début de la guerre, il avait été incorporé au 145e territorial d'infanterie, en qualité de sergent télégraphiste, et c'est avec joie qu'il était parti, voilà neuf ou dix mois, pour le front. — T.-S.

Dans la presse...


Les boulevards extérieurs et le boulevard du Transit dans le 13e arrondissement

La transformation des anciens boulevards extérieurs sur la rive gauche, entre l’ex-barrière d'Enfer et le pont de Bercy, est terminée dans la partie qui traverse le quatorzième arrondissement, et se continue à travers le treizième. (1863)

Lire la suite


La Fondation Singer-Polignac

La fondation Singer-Polignac est une maison ouvrière. La maison a été construite en un an. Il y a trois mois, une bande de calicot tendue sur la façade annonçait que soixante-quatre logements étaient à louer dans cet immeuble. Deux cent quatre-vingt-dix-sept postulants se présentèrent. Il y a donc actuellement, au quartier de la Maison-Blanche, deux cent trente-trois ménages en quête d'un logis neuf. (1911)

...


Les fêtes de Jeanne d'Arc dans le 13e

Il semble que dans ce lointain faubourg parisien le peuple ait voulu fleurir avec plus de ferveur la fille du peuple, la petite bergère de Domrémy qui sauva la France. (1913)

...


La Butte-aux-Cailles

Situé sur les confins du XIVe et du XIIIe arrondissement, l'ancien quartier de la Glacière est, ou plutôt était, il y a peu de temps, un des côtés les plus curieux du nouveau Paris. Las deux bras de la Bièvre s'enchevêtrant, à peine ombragés par quelques maigres peupliers, dans les replis escarpés de la Butte-aux-Cailles. (1877)

...


La Place Paul Verlaine

Une délibération municipale, approuvée par un arrêté préfectoral que ratifia, le 28 juillet dernier, un décret présidentiel, a donné le nom de Paul Verlaine à une place sise à Paris dans le 13e arrondissement, à l'intersection des rues Bobillot, du Moulin-des-Prés et de la Butte-aux-Cailles. (1905)

...

Saviez-vous que... ?

Le premier coup de sonde du puits artésien de la Butte-aux-Cailles a été donné le 28 août 1866.

*
*     *

Le pont National a été construit en 1852. Il portait initialement le nom de pont Napoléon.

*
*     *

En 1929, le 13e comptait 11 cinémas : Le Bobillot, le Cinéma des Bosquets, le Clisson-Palace, l'Éden des Gobelins, le Cinéma des Familles, le Jeanne d'Arc, le cinéma Moderne, le Palais des Gobelins, le Royal-Cinéma, le Sainte-Anne et le Saint-Marcel.

*
*     *

C'est le 14 juillet 1863 que le premier coup de pioche, — car les premieres dizaines de mètres ont été creusés à la pioche par des puisatiers et non par un forage — du puits artésien de la Butte-aux-Cailles a été donné.

L'image du jour

Place Pinel