Dans la presse...

 Des masures à l’impasse Moret - 1911

Dans les quartiers insalubres

Des masures à l’impasse Moret

Sur les bords de la Bièvre

L’Humanité — 9 juin 1911

L'impasse Moret est, dans le treizième arrondissement une enclave insalubre et sordide qui ne vaut pas mieux, si toutefois elle n'est pire, que les taudis sinistres de l'impasse du Mont-Viso où s'abrite un grouillement de misères et qui font tache dans le quartier de Clignancourt.

Ce petit coin du vieux Paris, où la Bièvre étale encore en plein air ses eaux noires qu'empuantissent les déchets des tanneries dont elle est bordée, présente en ce moment pour les fervents du passé, un vif attrait. Le Conseil municipal l'ayant condamné à disparaître dans un délai rapproché, sur la proposition de notre ami Deslandres qui désire couvrir le lit fétide de la Bièvre et ouvrir une nouvelle percée d'air et de lumière dans l'immense ville, comment ne serait-il pas devenu subitement cher à tous ceux qui veulent avec le crayon, le pinceau ou la plume conserver les reliques du passé ?

L'impasse Moret ayant pris le charme des vieilles choses qui vont mourir, il n'est pas surprenant que les artistes nient voulu la « piger » avant qu'elle ne s'abîme dans une des prochaines expropriations.

Des choses vues

Cette disparition ne nous laissera aucun regret. Il y a là, entre la rue des Cordelières et la ruelle des Gobelins crue prolonge la rue Croulebarbe, un amas de maisons bâties de sable et de crachats dont les architectes élémentaires semblent s'être donné pour règle d'y répandre l'air et la lumière au strict minimum.

L'impasse Moret est formée de trois ruelles dont la première s'ouvre sur la rue des Cordelières, une rue large et bordée de hautes maisons, mais pareille à une rue de ville de province, silencieuse et presque déserte, où les poules se promènent et picorent librement.

Le passage Moret vu de la rue des Cordelières - A. Mafson, photographe (1904)
CC0 Paris Musées / Musée Carnavalet

La première ruelle de l'impasse est bordée à droite par le mur d'une tannerie qui semble abandonnée. Une autre usine où ronflent les machines en plein travail dresse à gauche sa haute paroi, une paroi de planches, munie par endroits d'une sorte de vitrage qui, de temps immémorial, n'a pas été nettoyé et qui ne semble avoir pour fonction que d'intercepter la lumière.

Cette lamentable paroi est plutôt blanche cependant. Des flocons de neige, une neige sale, les détritus du travail des meules de la tannerie, volent dans l'air. Ce sont eux qui, du haut en bas, s'y sont collés et l'ont tapissée.

Un bras de la Bièvre que l'on va couvrir traverse la ruelle. On le passe sur un pont. Ah ! comme l'on a eu raison de masquer d'un barrage, de chaque côté, cette eau noire où stagnent des plaques d'écume jaune et qui exhale des odeurs nauséeuses !

Pont de bois sur la Bièvre dans le passage Moret - Eugène Gossin, Photographe (1910)
CC0 Paris Musées / Musée Carnavalet

Une vieille lanterne pend au mur de droite. Il y a dedans une lampe à huile, que le concierge de l'impasse allume à la nuit tombante. C'est l'éclairage des habitants de l'impasse, un éclairage que l'on peut, au temps de l'électricité, qualifier de préhistorique.

Je croise et je questionne un ouvrier de la tannerie. Nous causons cordialement.

— Alors c'est vrai, me dit-il, que l'on va démolir ce coin-là pour couvrir la Bièvre, on va donner des indemnités au patron, et nous autres, qui seront condamnés au chômage, quand le « singe » aura mis la clef sous la porte, est-ce qu'on ne va pas nous donner quelque chose, à nous aussi ?

Ah ! bien sûr le « turbin » est rude. On n'est pas au paradis. Mais on gagne sa vie tout de même avec ses quatorze sous de l'heure. Demandez donc dans votre journal que l'on nous donne aussi quelques sous. Nous travaillons dans ces saletés, c'est vrai ! Mais où irons-nous, si l'expropriation nous expulse ? Ça n'est pas juste, tout de même, que le patron ait la bonne indemnité et que nous autres « on se brosse », tout simplement.

Le citoyen Deslandres, conseiller municipal du quartier, me félicitera, j'en suis sûr, d'avoir répondu à l'ouvrier que ses camarades et lui ne seraient pas oubliés dans la répartition des indemnités d'expropriation.

Le Conseil municipal n'aura pas la cruauté insigne d'oublier les travailleurs et les pauvres que les nécessaires travaux d'assainissement réduiront au chômage.

La ruelle des chiffonniers

C'est une petite cité de chiffonniers qui s'est réfugiée dans les masures basses de la seconde ruelle, la ruelle du milieu, longue d'une cinquantaine de mètres. Les malheureux « biffins » ont de la peine à trouver un abri. Ceux-là ont fait de la cour de la ruelle la remise de leurs paniers et de leurs sacs pleins de papiers sales et de chiffons gras.

Les enfants jouent dehors, au long des seuils minables, un peu plus propres que ceux de l'impasse des Kroumirs. Il y a dans l'impasse une commune petite fontaine qui donne de l'eau de Seine tout bonnement. Et c'est tant-pis si les microbes du grand fleuve ont prise sur les visages. La Ville n'a pas encore accordé l'eau potable aux habitants de l'impasse Moret.

Il y a là cependant un puits d'eau pure, profond de seize mètres, mais il appartient à l'un des locataires qui se désole de voir que la pompe ne fonctionne pas. Ceux qui veulent avoir de l'eau fraîche et saine vont la puiser ailleurs. Pas de service d'eau potable. C'est la Bièvre qui sert de tout à l'égout. Les odeurs nauséabondes qu'elle dégage, prouvent qu'elle s'acquitte fort bien de ses fonctions.

Les chiffonniers logent dans des taudis qu'ils paient fort cher, d'autant plus cher que leurs refuges sont de plus en plus rares. Un pauvre vieux qui n'a plus qu'une jambe habite avec sa femme dans une pièce étroite et sombre qu'il paie 200 francs par an. Il a une petite voiture qui reste dehors et un maigre bourriquet. On m'a certifié que le bourriquet avait pour écurie le logis du maître qui l'attache tous les soirs au pied de son lit.

Le passage Moret en 1925 par Eugène Atget

Il y a dans la ruelle des chiffonniers un maître d'hôtel qui vend aussi des liquides au comptoir. Le rez-de-chaussée de son « garno » contient une chambre où les sans-logis trouvent un asile à cinq sous la nuit. Ils s'alignent sur des paillasses, dans la promiscuité du dortoir commun.

Vers l'autre issue

La troisième ruelle de l'impasse a des maisons qui, m'assure-t-on, sont assez logeables, bien que les façades noires et les escaliers étroits et tortueux qui descendent jusqu'au seuil soient de mauvais augure. Il y a là une haute baraque en planches, délabrée et branlante, et qui semble du dehors ouverte à tous les vents. C'est le logement d'un bouquiniste et d'un marchand de bric-à-brac qui doivent avoir du mal à se défendre contre l'hiver et les intempéries.

Et toutes ces masures pourries sont pleines de vermine. Les punaises y pullulent dans les chaleurs de l'été. Ce n'est pas miracle que les pauvres bougres trouvent un abri pour 200 francs au moins par an sous des toits pareils.

Dans cette troisième ruelle on est à l'autre bout de l'impasse qui s'ouvre sur la ruelle des Gobelins que traverse le second bras de la Bièvre, aussi noire dans cet endroit, mais moins puante. L'usine qui longe la rivière paraît abandonnée.

Une constatation

Est-ce que la mortalité est grande dans l'impasse ? C'est la question que j'ai posée avant de partir à une personne qui habite ce quartier depuis vingt ans.

Il ne se passe pas de semaine qu'il n'y ait un mort dans d'impasse, m'a-t-elle répondu, sans compter les malades qui s'en vont mourir à l'hôpital.

Nous laissons aux statisticiens le soin d'évaluer et de conclure.

A.-M. Maurel

A lire également

Les mensonges des patrons mégissiers (1911)



Saviez-vous que ...

Les travaux d'aménagement de la Place d'Italie furent terminés en 1879 et celle-ci fut considérée comme l'une des plus belles de Paris.

L'image du jour

La Zone à la porte de Bicêtre

Vu dans la presse...

1923

Trois îlots à détruire d'urgence

Avant que d'être un égout, la Bièvre, semblable en cela à tant d'autres cours d'eau avait eu ses caprices, et avait formé, entre ce qui est maintenant le boulevard Arago et l'avenue des Gobelins, un îlot coquet, au milieu duquel poussait, au hasard des apports du vent, une flore des plus variées. (1923)

Lire

1938

L'inauguration du monument aux Mères Françaises

En présence de M. et Mme Albert Lebrun a été inauguré hier, boulevard Kellermann, près de la porte d’Italie, le monument élevé à la gloire des mères françaises, œuvre des sculpteurs Bouchard et Dalcatone et des architectes Greber et Bigot. (1938)

Lire

1900

Une nouvelle église paroissiale à Paris

Le quartier populeux de la Maison-Blanche, dans le treizième arrondissement, était hier en fête. (1900)

Lire

1921

La piscine de la Butte-aux-Cailles sera le type des piscines futures

D'une architecture utilitaire, le bâtiment accolé aux bains-douches, place Paul-Verlaine, aura son entrée spéciale conduisant à trois étages de 50 cabines chacun. Chaque étage aura sa couleur particulière, à laquelle répondront les couleurs des caleçons. (1921)

Lire

1883

Effondrement d'une maison place Pinel

Mercredi matin, vers dix heures, a eu lieu un accident qui aurait pu prendre les proportions d'une véritable catastrophe.
Une maison à plusieurs étages, située place Pinel, près de la barrière d'Italie, et portant le numéro 3, a subi soudain un affaissement assez considérable, et une profonde excavation s'est produite.
On sait que tout ce quartier est construit sur les catacombes... (1883)

Lire

1912

Un Meeting des Locataires de la Cité Jeanne-d’Arc

L'on sait que l'Assistance Publique a racheté la cité Jeanne-d'Arc pour faire démolir les noires masures qui la composent et édifier à leur place, sur les cinq mille mètres carrés qui s'étendent là, au fond de ce populeux quartier de la Gare, entre les rue Jeanne-d'Arc et Nationale, des maisons ouvrières à bon marché, gaies, saines et claires. (1912)

Lire

1923

Tonneaux !... Tonneaux !...

Cet après-midi, à 15 heures, boulevard de la Gare, s'est disputée une originale compétition : la course des « rouleurs de futailles ». (1923)

Lire

1901

L'orage

Un orage d'une violence extraordinaire s'est abattu hier après-midi sur Paris. Vers une heure, des nuages lourds venant du Sud-Est s'amoncelaient, et à deux heures et demie de grosses gouttes de pluie commençaient à tomber. (1901)

Lire

1929

La transformation de Paris-Austerlitz

Depuis la mise en service, pour les messageries de Paris-Austerlitz, des vastes hangars, d'aspect solide, modernes, édifiés en bordure de la rue du Chevaleret, et dont l'entrée se trouve, ainsi que, nous l'avons dit, boulevard de la Gare, à Paris, une armée de travailleurs fait disparaître les anciens quais couverts de la rue Sauvage, ce qui aura pour, avantage de donner à ce coin plus d'air et, avec de petits bâtiments coquets, un cachet plus artistique. (1929)

Lire

1873

De Paris à Paris par le chemin de fer de ceinture

La ligne de fer se relève aux environs de la MAISON BLANCHE, nom charmant qui s'applique à une contrée peu connue et d'un aspect étrange. C'est assurément le coin de Paris le moins fréquenté Ces solitudes attendent un historien et un géographe, et nous espérons les explorer un jour avec nos lecteurs (1873)

Lire

1934

Les trains de voyageurs de la Petite Ceinture cesseront de fonctionner dimanche prochain

Le train à voyageurs dont le terminus est la station Maison-Blanche, qu'il atteint un peu avant 23 heures, sera le dernier à rouler sur ces voies, dimanche soir. Saluons-le, nous ne le reverrons plus ! (1934)

Lire

1926

Un abreuvoir pour chevaux et pour chiens a été inauguré ce matin

Les badauds sont rares dans le quartier de la Gare et lorsqu'une inauguration y amène des officiels et dû « beau monde », l'assistance est aussi clairsemée que pittoresque : c'est devant une dizaine de marmots, quelques garçons bouchers et deux ou trois ménagères que la fontaine, offerte par la S.P.A. à la Ville de Paris pour étancher la soif des chevaux et des chiens, a été remise à M. Morain, préfet de police. (1926)

Lire

Ailleurs sur Paris-Treizieme