Dans la presse...

 Des masures à l’impasse Moret - 1911

Dans les quartiers insalubres

Des masures à l’impasse Moret

Sur les bords de la Bièvre

L’Humanité — 9 juin 1911

L'impasse Moret est, dans le treizième arrondissement une enclave insalubre et sordide qui ne vaut pas mieux, si toutefois elle n'est pire, que les taudis sinistres de l'impasse du Mont-Viso où s'abrite un grouillement de misères et qui font tache dans le quartier de Clignancourt.

Ce petit coin du vieux Paris, où la Bièvre étale encore en plein air ses eaux noires qu'empuantissent les déchets des tanneries dont elle est bordée, présente en ce moment pour les fervents du passé, un vif attrait. Le Conseil municipal l'ayant condamné à disparaître dans un délai rapproché, sur la proposition de notre ami Deslandres qui désire couvrir le lit fétide de la Bièvre et ouvrir une nouvelle percée d'air et de lumière dans l'immense ville, comment ne serait-il pas devenu subitement cher à tous ceux qui veulent avec le crayon, le pinceau ou la plume conserver les reliques du passé ?

L'impasse Moret ayant pris le charme des vieilles choses qui vont mourir, il n'est pas surprenant que les artistes nient voulu la « piger » avant qu'elle ne s'abîme dans une des prochaines expropriations.

Des choses vues

Cette disparition ne nous laissera aucun regret. Il y a là, entre la rue des Cordelières et la ruelle des Gobelins crue prolonge la rue Croulebarbe, un amas de maisons bâties de sable et de crachats dont les architectes élémentaires semblent s'être donné pour règle d'y répandre l'air et la lumière au strict minimum.

L'impasse Moret est formée de trois ruelles dont la première s'ouvre sur la rue des Cordelières, une rue large et bordée de hautes maisons, mais pareille à une rue de ville de province, silencieuse et presque déserte, où les poules se promènent et picorent librement.

Le passage Moret vu de la rue des Cordelières - A. Mafson, photographe (1904)
CC0 Paris Musées / Musée Carnavalet

La première ruelle de l'impasse est bordée à droite par le mur d'une tannerie qui semble abandonnée. Une autre usine où ronflent les machines en plein travail dresse à gauche sa haute paroi, une paroi de planches, munie par endroits d'une sorte de vitrage qui, de temps immémorial, n'a pas été nettoyé et qui ne semble avoir pour fonction que d'intercepter la lumière.

Cette lamentable paroi est plutôt blanche cependant. Des flocons de neige, une neige sale, les détritus du travail des meules de la tannerie, volent dans l'air. Ce sont eux qui, du haut en bas, s'y sont collés et l'ont tapissée.

Un bras de la Bièvre que l'on va couvrir traverse la ruelle. On le passe sur un pont. Ah ! comme l'on a eu raison de masquer d'un barrage, de chaque côté, cette eau noire où stagnent des plaques d'écume jaune et qui exhale des odeurs nauséeuses !

Pont de bois sur la Bièvre dans le passage Moret - Eugène Gossin, Photographe (1910)
CC0 Paris Musées / Musée Carnavalet

Une vieille lanterne pend au mur de droite. Il y a dedans une lampe à huile, que le concierge de l'impasse allume à la nuit tombante. C'est l'éclairage des habitants de l'impasse, un éclairage que l'on peut, au temps de l'électricité, qualifier de préhistorique.

Je croise et je questionne un ouvrier de la tannerie. Nous causons cordialement.

— Alors c'est vrai, me dit-il, que l'on va démolir ce coin-là pour couvrir la Bièvre, on va donner des indemnités au patron, et nous autres, qui seront condamnés au chômage, quand le « singe » aura mis la clef sous la porte, est-ce qu'on ne va pas nous donner quelque chose, à nous aussi ?

Ah ! bien sûr le « turbin » est rude. On n'est pas au paradis. Mais on gagne sa vie tout de même avec ses quatorze sous de l'heure. Demandez donc dans votre journal que l'on nous donne aussi quelques sous. Nous travaillons dans ces saletés, c'est vrai ! Mais où irons-nous, si l'expropriation nous expulse ? Ça n'est pas juste, tout de même, que le patron ait la bonne indemnité et que nous autres « on se brosse », tout simplement.

Le citoyen Deslandres, conseiller municipal du quartier, me félicitera, j'en suis sûr, d'avoir répondu à l'ouvrier que ses camarades et lui ne seraient pas oubliés dans la répartition des indemnités d'expropriation.

Le Conseil municipal n'aura pas la cruauté insigne d'oublier les travailleurs et les pauvres que les nécessaires travaux d'assainissement réduiront au chômage.

La ruelle des chiffonniers

C'est une petite cité de chiffonniers qui s'est réfugiée dans les masures basses de la seconde ruelle, la ruelle du milieu, longue d'une cinquantaine de mètres. Les malheureux « biffins » ont de la peine à trouver un abri. Ceux-là ont fait de la cour de la ruelle la remise de leurs paniers et de leurs sacs pleins de papiers sales et de chiffons gras.

Les enfants jouent dehors, au long des seuils minables, un peu plus propres que ceux de l'impasse des Kroumirs. Il y a dans l'impasse une commune petite fontaine qui donne de l'eau de Seine tout bonnement. Et c'est tant-pis si les microbes du grand fleuve ont prise sur les visages. La Ville n'a pas encore accordé l'eau potable aux habitants de l'impasse Moret.

Il y a là cependant un puits d'eau pure, profond de seize mètres, mais il appartient à l'un des locataires qui se désole de voir que la pompe ne fonctionne pas. Ceux qui veulent avoir de l'eau fraîche et saine vont la puiser ailleurs. Pas de service d'eau potable. C'est la Bièvre qui sert de tout à l'égout. Les odeurs nauséabondes qu'elle dégage, prouvent qu'elle s'acquitte fort bien de ses fonctions.

Les chiffonniers logent dans des taudis qu'ils paient fort cher, d'autant plus cher que leurs refuges sont de plus en plus rares. Un pauvre vieux qui n'a plus qu'une jambe habite avec sa femme dans une pièce étroite et sombre qu'il paie 200 francs par an. Il a une petite voiture qui reste dehors et un maigre bourriquet. On m'a certifié que le bourriquet avait pour écurie le logis du maître qui l'attache tous les soirs au pied de son lit.

Le passage Moret en 1925 par Eugène Atget

Il y a dans la ruelle des chiffonniers un maître d'hôtel qui vend aussi des liquides au comptoir. Le rez-de-chaussée de son « garno » contient une chambre où les sans-logis trouvent un asile à cinq sous la nuit. Ils s'alignent sur des paillasses, dans la promiscuité du dortoir commun.

Vers l'autre issue

La troisième ruelle de l'impasse a des maisons qui, m'assure-t-on, sont assez logeables, bien que les façades noires et les escaliers étroits et tortueux qui descendent jusqu'au seuil soient de mauvais augure. Il y a là une haute baraque en planches, délabrée et branlante, et qui semble du dehors ouverte à tous les vents. C'est le logement d'un bouquiniste et d'un marchand de bric-à-brac qui doivent avoir du mal à se défendre contre l'hiver et les intempéries.

Et toutes ces masures pourries sont pleines de vermine. Les punaises y pullulent dans les chaleurs de l'été. Ce n'est pas miracle que les pauvres bougres trouvent un abri pour 200 francs au moins par an sous des toits pareils.

Dans cette troisième ruelle on est à l'autre bout de l'impasse qui s'ouvre sur la ruelle des Gobelins que traverse le second bras de la Bièvre, aussi noire dans cet endroit, mais moins puante. L'usine qui longe la rivière paraît abandonnée.

Une constatation

Est-ce que la mortalité est grande dans l'impasse ? C'est la question que j'ai posée avant de partir à une personne qui habite ce quartier depuis vingt ans.

Il ne se passe pas de semaine qu'il n'y ait un mort dans d'impasse, m'a-t-elle répondu, sans compter les malades qui s'en vont mourir à l'hôpital.

Nous laissons aux statisticiens le soin d'évaluer et de conclure.

A.-M. Maurel

A lire également

Les mensonges des patrons mégissiers (1911)



Dans la presse...


Renseignement bien donné, circulation améliorée

Les boulevards qui font le tour de Paris ont été aménagés, élargis. De nombreux passages souterrains leur permettent d'éviter le croisement avec les routes nationales lorsqu'elles pénètrent dans la capitale. (1938)

Lire la suite


Un abreuvoir pour chevaux et pour chiens a été inauguré ce matin

Les badauds sont rares dans le quartier de la Gare et lorsqu'une inauguration y amène des officiels et dû « beau monde », l'assistance est aussi clairsemée que pittoresque : c'est devant une dizaine de marmots, quelques garçons bouchers et deux ou trois ménagères que la fontaine, offerte par la S.P.A. à la Ville de Paris pour étancher la soif des chevaux et des chiens, a été remise à M. Morain, préfet de police. (1926)

...


Le foyer d’infection de l’avenue de Choisy

Signalons, en plein Paris, un foyer d'infection « qui défie toute concurrence : 15, avenue de Choisy, entre le boulevard Masséna et la rue Gandon, existe un dépôt d'ordures ménagères. Les chats et les chiens crevés y achèvent paisiblement leur transformation dernière sous les chauds rayons du soleil de juillet. (1906)

...


L’accident de la place Pinel

Hier matin, vers dix heures, la concierge de la maison du n° 3 de la place Pinel descendait à la cave, une bougie à la main. Arrivée à la dernière marche de l'escalier, le sol céda sous ses pieds, et elle disparut tout à coup dans une profonde excavation. (1883)

...


Un nouveau pont

Un nouveau pont vient d'être construit sur la route militaire qui entoure Paris, entre la porte de la Gare et celle de Vitry. Il est parallèle au boulevard Masséna, et franchit la ligne du chemin de fer d'Orléans. De cette façon, on peut parcourir la ligne stratégique sans rencontrer d'obstacles. (1877)

...

Saviez-vous que... ?

Dans son numéro du 19 mars 1872, le Petit Journal signalait à ses lecteurs la vaillante conduite d'une jeune fille-de douze ans, l'aînée de six enfants, dont la mère, demeurant rue Buot, 17, quartier de la Butte aux Cailles (13° arrondissement) était malade à ce moment.
Levée à trois heures du matin, elle allait travailler dehors et gagnait 1 fr. 50 c., pour nourrir toute la famille ; en rentrant de son ouvrage, elle soignait ses frères et sœurs comme l’aurait fait la meilleure des mères.

*
*     *

En 1863, la ligne de l'omnibus P (voiture jaune, lanternes rouge et rouge) reliait Charonne à l'ancienne barrière de Fontainebleau tandis que la ligne U reliait Bicêtre à la pointe Saint-Eustache par des voitures jaunes, lanternes vert et rouge

*
*     *

A l'école Estienne, en 1896, l'enseignement y est gratuit ; la cantine scolaire, qui fournit aux enfants le déjeuner et le goûter, est également gratuite pour les élèves habitant Paris. Les élèves de la banlieue peuvent apporter leur déjeuner ; ils peuvent aussi prendre leur repas à la cantine, sauf à payer une rémunération fixée par le règlement intérieur.

*
*     *

Dans l’après-midi du 5 octobre 1883, des agents arrêtaient un individu qui s’apprêtait à prendre un bain dans le bassin de la place d’Italie.
Cet homme prétendait être un diplomate en mission spéciale : « Je suis envoyé par M. Carnot, a-t-il dit, près de l’amiral Avelane, afin de le prémunir contre les dangers qui le menacent et moi aussi. » En même temps, il montrait ses lettres de créances, consistant en un billet de sortie de l’hôpital Sainte-Anne.
Il est vraisemblable qu’il y soit retourné aussitôt.

L'image du jour

La mairie du XIIIe

Le premier bâtiment de la Mairie en façade de la place d'Italie est dû à Paul-Henri Bonnet, architecte né en 1828, grand prix de Rome. Les travaux commenèrent en 1873. Bonnet les suivit jusqu'à sa mort en 1881. Des extensions de la mairie furent peu à peu constuites et elle occupa finalement, à la fin du XIXe siècle, tout le quadrilatère formé par la place d'Italie, l'avenue des Gobelins, la rue Philippe de Champaigne et le boulevard de l'Hôpital.