Dans la presse...

 Les enfants riches aux petits chiffonniers - 1899

L’arbre de Noël

Les enfants riches aux petits chiffonniers

Le Monde illustré — 21 janvier 1899

Avenue d'Italie, près des fortifications, rue Gandon, 25, dans un terrain vague sur lequel on entre par une petite porte ouverte sur un mur de peu d'élévation.

Un long hangar en bois, briques et plâtre que des cloisons mobiles séparent en trois parties se dresse à gauche de ce terrain et à côté d'une roulotte vénérée qui dans les temps héroïques de l'œuvre a joué un rôle protecteur. — Elle avait déjà rendu les mêmes services au patronage de Saint-Joseph.

Le Monde illustré — 21 janvier 1899

Trois ou quatre cents enfants se pressent aux portes que tiennent fermées avant l'heure, les organisateurs de la fête. Enfin tout est prêt. En deux minutes la salle est comble. L'ordre est maintenu par la Société de gymnastique et d'exercices militaires organisée par le Patronage. Peu de parents ; il n'y a pas de dimanche pour les chiffonniers et les marchands de mouron, qui forment la majorité des habitants de ce faubourg déshérité.

L'arbre de Noël se dresse au fond de la salle, sur une estrade que ferment quelques draperies rehaussées de drapeaux.

Après quelques mots de remerciements pour les généreux donateurs, M. de Guntz, président des œuvres ouvrières d'assistance et de patronage des Malmaisons, commence la distribution des jouets et des vêtements chauds aux enfants.

Le soir, les parents et les enfants plus grands se sont réunis pour le gâteau des Rois. — Les marchands de mouron ont pu lancer leur petite chanson.


APPEL AUX ENFANTS RICHES

Appel aux enfants riches pour l'arbre de Noël des petits chiffonniers, et enfants abandonnés des patronages des Malmaisons (25, rue Gandon (Maison-Blanche, 13e arrondissement).

On supplie les enfants riches, petits garçons et petites filles, de ne pas oublier le petit Noël de leurs frères et sœurs et pauvres et abandonnés qui n’ont souvent d’autre étrenne que leur morceau de pain sec quotidien et les quelques haillons dont ils sont couverts et on leur demande de bien vouloir mettre de côté pour eux les vieux jouets, livres et vêtements dont ils peuvent disposer et nul feront tant d’heureux.

Les jeunes donateurs sont invités avec la plus vive instance à venir, eux-mêmes, offrir leurs présents aux enfants pauvres, à la distribution de l’arbre de Noël, qui aura lieu le dimanche 15 janvier à deux heures, au siège de l'Œuvre. Leur présence à cette petite fête de famille sera pour tous un précieux et touchant encouragement.

Prière d'écrire à M. le directeur des Œuvres ouvrières des Malmaisons, 145, avenue Malakoff, qui fera prendre à domicile ou de bien vouloir faire parvenir les dons, soit au siège de l’Œuvre, 25, rue Gandon (13e arrondissement, près la barrière d’Italie), soit 143, avenue Malakoff.

Paru dans la Gazette Nationale
ou le Moniteur Universel en date du 21 décembre 1898

A lire également

L'œuvre des petits chiffonniers (1901)

Saviez-vous que ...

Les travaux d'aménagement de la Place d'Italie furent terminés en 1879 et celle-ci fut considérée comme l'une des plus belles de Paris.

L'image du jour

Ruelle des Gobelins (Berbier du Mets)

Vu dans la presse...

1896

Le 14 juillet des miséreux

Nous nous sommes rendu à l'asile Nicolas-Flamel, 71, rue du Château-des-Rentiers, un asile modèle, d'une extraordinaire propreté, disons le mot d'une belle coquetterie. (1896)

Lire

1922

Hôtel particulier rue du Château-des-Rentiers

Le Refuge Nicolas-Flamel, asile de nuit, est installé rue du Château-des-Rentiers. Délicate attention du hasard. Tout auprès, rue de Tolbiac, il est une gare, munie de ce fronton : Entrée — CEINTURE — Sortie. On s'étonne qu'il n'y ait point, ajoutés par un pauvre, cinq lettres de réponse : «Merci ! » (1922)

Lire

1901

La chapelle Bréa

Là-bas, tout au bout de l'avenue d'Italie, près de la barrière de Fontainebleau, s'élevait une toute petite chapelle, mystérieusement fermée, et dans laquelle, depuis 1893, personne n'avait prié. Les habitants disaient en passant : c\'est la « chapelle Bréa », beaucoup sans comprendre le sens de cette dénomination. (1901)

Lire

1891

Une tournée apostolique à la Maison-Blanche

L'abbé Garnier a fait cette semaine une tournée apostolique à la Maison Blanche C'est un bon coin de Paris, plein d'honnêtes travailleurs, mais, hélas ! aussi, un pauvre nid à misère. (1891)

Lire

1869

L'aménagement du XIIIè arrondissement

Les grands percements ne font point défaut au XIIIe arrondissement; on peut même dire que l'importance des voies dont il est sillonné est hors de proportion avec les ressources et les mœurs de la population qui l'habite. L'administration municipale n'a donc que peu de chose à faire pour compléter son œuvre au point de vue de la viabilité. (1869)

Lire

1890

Au treizième arrondissement

Rue du Moulin-des-Prés, treizième arrondissement, quartier de la Maison-Blanche, il a été ouvert, il y a un certain temps, une immense décharge, en vue de remblayer la vallée de la Bièvre. Dans cette décharge ont été apportées toutes sortes d'immondices. On y a même apporté des terres provenant de cimetières... (1890)

Lire

1904

A propos de l'inauguration du puits artésien de la Butte-aux-Cailles

Tandis que Paris se trouve condamné à boire de l'eau contaminée, on a accueilli, avec bonheur, la nouvelle de l'inauguration du fameux puits artésien de la Butte aux Cailles.
La chose vaut qu'on s'y arrête, car il ne s'agit pas de moins de dix mille mètres cubes, ou de dix millions de litres d'eau pure qui vont être donnés, chaque jour, aux Parisiens. Par ces temps de fièvre typhoïde, d'eau de Seine filtrée, voire non filtrée, ce n'est pas là quantité négligeable. (1904)

Lire

1877

Les grands travaux de l’édilité parisienne

Dans le XIIIe arrondissement, quartier de la Butte-aux-Cailles, c'est toujours de la grande voie de transit que l'on s'occupe. (1877)

Lire

1890

L'épidémie de la Maison-Blanche.

Malgré les défenses qui leur sont faites et avec l'insouciance de leur âge, les enfants du quartier s'introduisent actuellement dans la décharge et ils s'y amusent avec les fémurs et les tibias qu'ils découvrent à chaque pas. (1890)

Lire

1890

La Peste

La Bièvre est un ruisseau tout noir
Qui sent comme un goût d'urinoir…

chantait ce pauvre Rivoire, qui chantait si lugubrement la triste épopée d'un grelotteux de la Glacière. (1890)

Lire

1890

L’épidémie de la Bièvre

Nous sommes retournés hier soir aux abords du charnier de la Bièvre.
Voici les nouveaux renseignements que nous y avons recueillis. (1890)

Lire

1881

Le plan d'assainissement du quartier Maison-Blanche

Il existe dans le XIIIe arrondissement (quartier de la Maison-Blanche), un immense quadrilatère de plus de 60 hectares de superficie, qui laisse presque tout à désirer sous le rapport des communications et de la salubrité. (1881)

Lire

Ailleurs sur Paris-Treizieme