Dans la presse...

 Les enfants riches aux petits chiffonniers - 1899

L’arbre de Noël

Les enfants riches aux petits chiffonniers

Le Monde illustré — 21 janvier 1899

Avenue d'Italie, près des fortifications, rue Gandon, 25, dans un terrain vague sur lequel on entre par une petite porte ouverte sur un mur de peu d'élévation.

Un long hangar en bois, briques et plâtre que des cloisons mobiles séparent en trois parties se dresse à gauche de ce terrain et à côté d'une roulotte vénérée qui dans les temps héroïques de l'œuvre a joué un rôle protecteur. — Elle avait déjà rendu les mêmes services au patronage de Saint-Joseph.

Le Monde illustré — 21 janvier 1899

Trois ou quatre cents enfants se pressent aux portes que tiennent fermées avant l'heure, les organisateurs de la fête. Enfin tout est prêt. En deux minutes la salle est comble. L'ordre est maintenu par la Société de gymnastique et d'exercices militaires organisée par le Patronage. Peu de parents ; il n'y a pas de dimanche pour les chiffonniers et les marchands de mouron, qui forment la majorité des habitants de ce faubourg déshérité.

L'arbre de Noël se dresse au fond de la salle, sur une estrade que ferment quelques draperies rehaussées de drapeaux.

Après quelques mots de remerciements pour les généreux donateurs, M. de Guntz, président des œuvres ouvrières d'assistance et de patronage des Malmaisons, commence la distribution des jouets et des vêtements chauds aux enfants.

Le soir, les parents et les enfants plus grands se sont réunis pour le gâteau des Rois. — Les marchands de mouron ont pu lancer leur petite chanson.


APPEL AUX ENFANTS RICHES

Appel aux enfants riches pour l'arbre de Noël des petits chiffonniers, et enfants abandonnés des patronages des Malmaisons (25, rue Gandon (Maison-Blanche, 13e arrondissement).

On supplie les enfants riches, petits garçons et petites filles, de ne pas oublier le petit Noël de leurs frères et sœurs et pauvres et abandonnés qui n’ont souvent d’autre étrenne que leur morceau de pain sec quotidien et les quelques haillons dont ils sont couverts et on leur demande de bien vouloir mettre de côté pour eux les vieux jouets, livres et vêtements dont ils peuvent disposer et nul feront tant d’heureux.

Les jeunes donateurs sont invités avec la plus vive instance à venir, eux-mêmes, offrir leurs présents aux enfants pauvres, à la distribution de l’arbre de Noël, qui aura lieu le dimanche 15 janvier à deux heures, au siège de l'Œuvre. Leur présence à cette petite fête de famille sera pour tous un précieux et touchant encouragement.

Prière d'écrire à M. le directeur des Œuvres ouvrières des Malmaisons, 145, avenue Malakoff, qui fera prendre à domicile ou de bien vouloir faire parvenir les dons, soit au siège de l’Œuvre, 25, rue Gandon (13e arrondissement, près la barrière d’Italie), soit 143, avenue Malakoff.

Paru dans la Gazette Nationale
ou le Moniteur Universel en date du 21 décembre 1898

A lire également

L'œuvre des petits chiffonniers (1901)

Saviez-vous que ...

L'image du jour

Les quais de la station Maison-Blanche de la petite ceinture

Vu dans la presse...

1902

Le Métropolitain dans les Catacombes

Les travaux de consolidation de la ligne circulaire n° 2 du Métropolitain de Paris, ou plutôt les travaux de préparation de la construction de cette ligne au travers du terrain effondré et affouillé des Catacombes et des carrières de Paris, notamment boulevard de Vaugirard, boulevard Saint-Jacques et boulevard de l’Hôpital, sont terminés. (1902)

Lire

1906

Le Métropolitain (Place d'Italie-Place Mazas)

La ligne ouverte à l'exploitation, au commencement du mois dernier, — de la place d'Italie à la gare d'Orléans, — complétée par la section Orléans-Mazas et le raccordement Mazas-Gare de Lyon mis en service le 14 juillet, assure, dès à présent, des relations directes entre toutes les lignes exploitées, et a permis — comme l'indique notre plan général — la constitution d'un premier réseau homogène. (1906)

Lire

1930

Inauguration de la ligne Odéon-Place d'Italie

Le réseau du Métropolitain compte une ligne de plus, ou, plus exactement, deux tronçons de lignes complémentaires : l'un qui prolonge la ligne n° 10 de l’Odéon à la place Monge, et l'autre qui étend la ligne n° 7 de la place Monge à la place d'Italie... (1930)

Lire

1872

Un marché de banlieue

En sortant de Paris par la porte d'Italie un dimanche ou un jeudi, on se trouve immédiatement entouré de mendiants, d'aveugles, d'estropiés, de saltimbanques. C'est l'avant-garde du marché, qui se tient sur le terrain compris dans la zone des fortifications sur la route d'Ivry. (1872)

Lire

1881

Le 14 juillet 1881 dans le 13e

Nous voici dans le treizième. Même intérêt, même goût, même ardeur à bien faire... (1881)

Lire

1926

Les travaux à la Poterne des Peupliers

Dans une sorte de cirque muré par les fortifications, à la hauteur de la Poterne des Peupliers, où l'on pouvait encore voir, il y a quelques années, la Bièvre entrer librement dans Paris, il y a un immense chantier.... (1926)

Lire

1897

Un syndicat d'indigents

La cour des Miracles était hier soir en grand émoi ; elle avait transporté cahin-caha, béquillant et gesticulant, ses pénates dans le quartier de la Gare, rue Nationale, tout là-bas, au bout de Paris, près de la barrière d'Italie. Il faut dire que le 13° arrondissement a un maire, M. Thomas, « qui fait des économies sur les fonds alloués par la Ville au service de bienfaisance, et qui, cette année, a rendu 50,000 francs à l'Assistance publique. (1897)

Lire

1890

L'épidémie de la Maison-Blanche

Au moment où le service de statistique municipale constatait avec satisfaction une décroissance notable de la mortalité dans Paris, une épidémie éclatait dans un quartier excentrique et y jetait l'effroi. Le quartier contaminé est celui de la Maison-Blanche, situé dans le treizième arrondissement, sur les bords de la Bièvre. (1890)

Lire

1891

La reconstruction des Gobelins

Il paraît décidé qu'on conservera pieusement les ruines de la Cour des Comptes, comme souvenir de 1871. Mais il est un autre monument, également ruiné par la Commune et dont la vue séduit beaucoup moins : la façade de la manufacture des Gobelins « provisoirement » remplacée par une construction en platras et une palissade en planches. (1891)

Lire

1912

Sauvons les Gobelins !

Dans la pénurie lamentable des crédits affectés aux beaux arts, le budget des Gobelins est peut-être le plus précaire. (1912)

Lire

1897

La voiture de la Mie de Pain

Souvent nous avons parlé de cette gentille œuvre la Mie de Pain, qui a rendu depuis six ans de si grands services aux pauvres de la Maison-Blanche. (1897)

Lire

1893

Les travaux à réaliser dans le XIIIè

La revue "Les Annales industrielles" a dressé la liste des travaux de voirie à réaliser dans le XIIIè arrondissement (1893)

Lire

Ailleurs sur Paris-Treizieme