Dans la presse...

 La Ville de Paris est parvenue à faire expulser les locataires - 1927

Passage Moret

La Ville de Paris est parvenue à faire expulser les locataires

L’Humanité — 16 janvier 1927

On connaît la situation de ces locataires, dont une dizaine d'enfants, du passage Moret, logés dans des immeubles de la Ville, vétustés certes mais encore solidement étayés.

Le passage Moret - Eugène Atget 1926

Le 17 décembre ils étaient cités en référé. On leur signifia leur expulsion pour le 7 janvier en leur offrant certaines indemnités.

21 jours de délai alors que la crise des logements sévit autant que jamais et que la loi accorde six mois il tout locataire, les quelques ménages intéressés ne voulurent pas y croire.

Ils espéraient que la Ville de Paris leur procurerait au moins des logements équivalents à ceux qu'on voulait leur faire abandonner aussi brutalement.

Leur expulsion, pour en avoir été différée de quelques jours n'en a pas moins eu lieu avant-hier.

En un clin d'œil sous la protection de la police et talonnés par le gérant de la Ville, les déménageurs emballèrent, pêle-mêle, vaisselle et meubles dont la plupart furent détériorés et les lieux furent évacués.

On n'osa pas cependant, devant les protestations d'une sage-femme, expulser une mère de trois gosses qui venait d'accoucher, mais une pauvre vieille malade dut s'en aller. Une autre fut admise à l'hôpital où son état a été jugé grave.

Détail qui éclaire les mobiles de l'expulsion les locataires n'étaient pas plutôt, soit dans la rue, soit obligés d'accepter les taudis, encore plus misérables qu'on leur avait « offerts » en échange, que des démolisseurs se mettaient à l'ouvrage pour le compte d'un garage Renault qui fait procéder à des agrandissements.

Ainsi les limousines des exploiteurs seront à l'abri et les locataires logeront où et comme ils pourront.



Saviez-vous que ...

La rue du Petit Banquier que Balzac et Victor Hugo rendirent célèbre, perdit son nom au profit du peintre Watteau par décret impérial du 27 février 1867.

L'image du jour

Abattoirs de Villejuif, boulevard de l'Hôpital

Vu dans la presse...

1901

La professsion de cambrurier

Deux commis voyageurs, arrêtés hier après-midi dans un bar de la rue de Tolbiac, discutaient devant les deux bocks qu’ils avaient commandés pour étancher leur soif... (1901)

Lire

1881

Rapport présenté par M. Rousselle sur l'amélioration de diverses voies dans le quartier de la Maison-Blanche

Un plan ayant pour but l'assainissement général du quartier de la Glacière et de la Bièvre et le dessèchement des marais qui rendent cette région à peu près inhabitable... (1881)

Lire

1895

Deux inaugurations

Les quartiers de la Gare, de la Maison-Blanche et de Croulebarbe ont été, hier, eu liesse à l'occasion de la visite du Président de la République. M. Félix Faure a présidé à la double inauguration du nouveau pont de Tolbiac et de la Crèche-Dispensaire de la Maison-Blanche. (1895)

Lire

1930

Ici, demain, le grand Paris

On bâtit dans le quatorzième mais dans le treizième laisse pousser l'herbe (1930)

Lire

1894

Splendeur et misère des Gobelins

Quand on visite les Gobelins, on ne peut s'éviter de remarquer l'état singulièrement délabré du célèbre établissement.
C'est qu'en effet il saute aux yeux, et je ne sais pas de spectacle plus affligeant que l'apparente ruine de ce qui demeure, après plus de trois siècles, une des vraies gloires de la France. (1894)

Lire

1870

Le marché aux chevaux

Depuis les démolitions et les nouvelles percées faites à travers le 13e arrondissement, le quartier des Gobelins, autrefois si populeux comprend de vastes parties désertes.
Une des causes de ce dépeuplement, est l'éloignement du marché aux chevaux, provisoirement transféré à la Halle aux fourrages du boulevard Montparnasse. (1870)

Lire

1865

Les travaux de la petite ceinture entre la route de Chatillon et la Seine

Après avoir passé en revue les travaux en cours d'exécution sur la ligne du chemin de fer de ceinture, entre la grande rue d'Auteuil et la route de Châtillon, il nous reste à parler de ce qui s'effectue entre la route de Châtillon et le pont sur la Seine en amont, pour avoir exploré tout le parcours de la section à ajouter à notre chemin circulaire pour le compléter. (1865)

Lire

1903

Le Métro sur la rive gauche

Parlons donc un peu de la rive gauche, qui a paru, jusqu'ici, plutôt délaissée dans l’établissement des premières lignes du réseau métropolitain... (1903)

Lire

1905

Le tronçon Place d'Italie-Pont d'Austerlitz

Les importants travaux effectués pour établir, le tronçon de la ligne métropolitaine circulaire Sud, allant de la place d'Italie au pont d'Austerlitz, sont sur le point d'être définitivement achevés... (1905)

Lire

1861

Ligne de ceinture rive gauche

Nous avons, il y a quelques mois, annoncé que la ligne de ceinture devait être complétée par son prolongement sur la rive gauche ; depuis lors, les études topographiques en ont été faites et plusieurs projets en ont été soumis ; mais en voici enfin l'exposé définitif... (1861)

Lire

1903

Métropolitain : la station Place d'Italie en 1903

La place d'Italie a, en réalité, deux stations : l'une appartenant à la Circulaire Sud, l'autre station terminus de la ligne n° 5... (1903)

Lire

1899

Les enfants riches aux petits chiffonniers

Avenue d'Italie, près des fortifications, rue Gandon, 25, dans un terrain vague sur lequel on entre par une petite porte ouverte sur un mur de peu d'élévation. (1899)

Lire

Ailleurs sur Paris-Treizieme