Faits divers

 paris-treizieme.fr — L’absence de Balthazar (1896)

L’absence de Balthazar

À la recherche d’un perroquet

Le Gaulois — 3 septembre 1896

« Balthazar », un magnifique ara gris, queue rouge, était depuis des années dans la famille d'une fruitière de la rue Dolomieu, et il charmait tout le voisinage par ses talents et sa facilité d'élocution.

Par malheur, avant-hier, un chiffonnier nommé Guindot, dit La Hache, vint à passer sous la fenêtre du perroquet au moment où il criait :

— En voulez-vous des z'homards !

La Hache n'y put résister.

— Voilà, dit-il, de quoi égayer ma solitude !

Et en un clin d'œil, il escalada la fenêtre, ouvrit la porte de la cage et, enveloppant dans un foulard la tête de l'ara stupéfait, emporta le virtuose sous son veston.

La fruitière, en voyant la cage vide, courut au poste voisin, dont le commissaire, par un rapprochement purement fortuit, se nomme M. Perruche.

— On m'a volé mon perroquet, déclara la fruitière au magistrat. Ses habitudes sont trop régulières pour qu'il ait pris la clef des champs.

Et elle fit si bien, affirmant qu'elle reconnaîtrait t son perroquet entre mille, que M. Perruche donna à l'inconsolable un agent pour l'accompagner et parcourir le quartier.

Hier, les recherches étaient enfin couronnées de succès. En passant rue du Pont-de-Fer, devant un hôtel borgne où demeurait Guindot, dit La Hache, la fruitière entendit une voix perçante qui s'évertuait à crier :

— Entrez, mesdames et messieurs ! Ah ! ah ! le voilà ! morbleu !

Puis suivaient des roulements de tambour, des « Portez armes ! Ranplanplan ! qui ne laissèrent aucun doute à la brave femme.

« Balthazar » était bientôt rendu aux caresses de sa propriétaire., et Guindot était contraint d'avouer son larcin.

Écroué au Dépôt, il aura à répondre devant la justice du crime de vol avec escalade et effraction.

À lire également...

Avenue des Gobelins

Une chasse à l'ours en plein Paris

1906

Une chasse à l'ours dans Paris ! Voilà qui sort de la banalité. Ce fait, rare, mais authentique, s'est produit la nuit dernière, avenue des Gobelins.

...


Rue des Cordelières

L'incendie de la rue des Cordelières

1895

Hier soir, vers sept heures et demie, le feu s'est déclaré, avec une grande violence, dans l'immeuble situé 24, rue des Cordelières (13è arrondissement), où se trouvent une fabrique d'eau de seltz et un dépôt d'eaux minérales appartenant à M. Aureau.

...


Un duel à l'américaine

1895

Une scène qui rappelle les mœurs américaines s'est déroulée hier, rue du Château-des-Rentiers, non Ioin du bureau de M. Bolot, commissaire de police, dans les circonstances suivantes ...

...


Marché des Gobelins

Quadruple empoisonnement

1893

Une dame Choquenot, demeurant avec son mari, ouvrier cordonnier, et ses quatre enfants, rue du Moulin-des-Prés, envoyait hier matin un de ses petits garçons au marché des Gobelins pour acheter des arlequins, pour le repas.

...

Saviez-vous que... ?

Le 26 avril 1939 une distribution de sacs de sable était organisée dans le quartier Croulebarbe par la préfecture de la Seine.

*
*     *

La rue située entre la rue du Château des Rentiers et la rue Nationale fut dénommée rue Deldroux, en 1888.
Deldroux était un canonnier qui, en 1871, préféra, mourir que de rendre sa pièce.

*
*     *

La rue Ernest-et-Henri-Rousselle, ouverte vers 1910 mesure 12 mètres de large sur 102 mètres de long. Le nom d'Henri fut adjoint à celui d'Ernest en 1930.

*
*     *

Le point culminant du sol naturel du 13e arrondissement dépasse légèrement les 63 mètres. Il est situé au milieu de la rue Vandrezanne. Le point le plus bas est sur les quais de Seine à proximité du pont National. Si l'on prend en compte les espaces situés au delà du périphérique, le point culminant serait situé avenue de la porte de Gentilly en lisièse de cette commune. Les prés submersibles de la Glacière étaient à une côte moyenne de 35,80 mètres.

L'image du jour

La mairie du XIIIe