Mort de M. E. Rousselle - Le Journal

Mort de M. Ernest Rousselle

Le Journal — 16 mai 1896

M. Rousselle, conseiller municipal du quartier de la Maison-Blanche, président du Conseil municipal de Paris, a succombé, hier matin, à la maladie douloureuse contre laquelle il luttait depuis longtemps et à laquelle — curieuse coïncidence — a succombé le comte de Paris.

M. Rousselle était né à Nangis (Seine-et Marne), le 5 octobre 1836. Il avait donc près de soixante ans.

À Bordeaux, où il dirigea pendant longtemps une maison de commerce, il prit une part active aux luttes contre le ministère du 24 mai 1877, et plus tard, à Paris, où il s'était fixé, contre les hommes du 16 Mai.

Élu conseiller municipal de Paris, pour le quartier de la Maison-Blanche, la première fois le 16 janvier 1881, M. Rousselle avait été réélu continuellement depuis cette époque, et, la semaine dernière, il était élu de nouveau par 3,593 voix contre cinq concurrents, bien qu'il n'ait pu, en raison de son état de santé, prendre aucune part à la lutte électorale.

M. Rousselle était, depuis 1871, le troisième conseiller du quartier de la Maison-Blanche, qui a été représenté avant lui par MM. Bouvery et Combes.

M. Rousselle était radical socialiste et faisait partie du groupe autonomiste ; il s'était fait, au Conseil municipal, une spécialité des questions de voirie; depuis longtemps, il présidait la troisième commission (voirie de Paris), où il se montra l'adversaire résolu de tout projet de Métropolitain. Par contre, on se souvient de la part qu'il prit aux travaux de la commission de l'Exposition de 1900.

Tout le monde se souvient de sa mésaventure avec la préfecture de police à propos de sa voiture, qui avait été arrêtée par un gardien de la paix, au coin de la rue de Richelieu, un jour de mardi gras.

Mais depuis cette époque, il s'était de beaucoup assagi, et l'on peut hardiment déclarer que M. Rousselle fut, depuis 1895, lors de sa nouvelle élection au fauteuil présidentiel, un des meilleurs présidents qui aient siégé à l'Hôtel de Ville.

M. Rousselle a été président du Conseil général de la Seine, dont il était membre comme tous les conseillers municipaux de Paris, en 1885, et président du Conseil municipal de Paris de 1889 à 1890. Il avait été élu de nouveau président en 1895, et se trouvait de fait encore en fonction aujourd'hui, le nouveau Conseil ne s'étant pas réuni et n'ayant pas procédé à l'élection d'un nouveau président.

Il laisse à tous ceux qui l'ont connu le souvenir d'un brave et honnête homme, d'une grande bonté, qui s'est toujours efforcé de secourir les miséreux, d'une obligeance sans bornes, et très dévoué aux intérêts de la Ville de Paris.

Que sa famille éplorée de la perte qu'elle vient de faire veuille bien nous permettre de lui présenter ici nos sentiments de condoléance.

E. BOIS-GLAVY.

A lire également

L'article paru dans Le Gaulois

Le monument Rousselle (1901)

Menu des articles

Vu dans la presse...

1901

La chapelle Bréa

Là-bas, tout au bout de l'avenue d'Italie, près de la barrière de Fontainebleau, s'élevait une toute petite chapelle, mystérieusement fermée, et dans laquelle, depuis 1893, personne n'avait prié. Les habitants disaient en passant : c\'est la « chapelle Bréa », beaucoup sans comprendre le sens de cette dénomination. (1901)

Lire

1891

Une tournée apostolique à la Maison-Blanche

L'abbé Garnier a fait cette semaine une tournée apostolique à la Maison Blanche C'est un bon coin de Paris, plein d'honnêtes travailleurs, mais, hélas ! aussi, un pauvre nid à misère. (1891)

Lire

1869

L'aménagement du XIIIè arrondissement

Les grands percements ne font point défaut au XIIIe arrondissement; on peut même dire que l'importance des voies dont il est sillonné est hors de proportion avec les ressources et les mœurs de la population qui l'habite. L'administration municipale n'a donc que peu de chose à faire pour compléter son œuvre au point de vue de la viabilité. (1869)

Lire

1890

Au treizième arrondissement

Rue du Moulin-des-Prés, treizième arrondissement, quartier de la Maison-Blanche, il a été ouvert, il y a un certain temps, une immense décharge, en vue de remblayer la vallée de la Bièvre. Dans cette décharge ont été apportées toutes sortes d'immondices. On y a même apporté des terres provenant de cimetières... (1890)

Lire

1904

A propos de l'inauguration du puits artésien de la Butte-aux-Cailles

Tandis que Paris se trouve condamné à boire de l'eau contaminée, on a accueilli, avec bonheur, la nouvelle de l'inauguration du fameux puits artésien de la Butte aux Cailles.
La chose vaut qu'on s'y arrête, car il ne s'agit pas de moins de dix mille mètres cubes, ou de dix millions de litres d'eau pure qui vont être donnés, chaque jour, aux Parisiens. Par ces temps de fièvre typhoïde, d'eau de Seine filtrée, voire non filtrée, ce n'est pas là quantité négligeable. (1904)

Lire

1877

Les grands travaux de l’édilité parisienne

Dans le XIIIe arrondissement, quartier de la Butte-aux-Cailles, c'est toujours de la grande voie de transit que l'on s'occupe. (1877)

Lire

1890

L'épidémie de la Maison-Blanche.

Malgré les défenses qui leur sont faites et avec l'insouciance de leur âge, les enfants du quartier s'introduisent actuellement dans la décharge et ils s'y amusent avec les fémurs et les tibias qu'ils découvrent à chaque pas. (1890)

Lire

1890

La Peste

La Bièvre est un ruisseau tout noir
Qui sent comme un goût d'urinoir…

chantait ce pauvre Rivoire, qui chantait si lugubrement la triste épopée d'un grelotteux de la Glacière. (1890)

Lire

1890

L’épidémie de la Bièvre

Nous sommes retournés hier soir aux abords du charnier de la Bièvre.
Voici les nouveaux renseignements que nous y avons recueillis. (1890)

Lire

1881

Le plan d'assainissement du quartier Maison-Blanche

Il existe dans le XIIIe arrondissement (quartier de la Maison-Blanche), un immense quadrilatère de plus de 60 hectares de superficie, qui laisse presque tout à désirer sous le rapport des communications et de la salubrité. (1881)

Lire

1877

La Butte-aux-Cailles

Situé sur les confins du XIVe et du XIIIe arrondissement, l'ancien quartier de la Glacière est, ou plutôt était, il y a peu de temps, un des côtés les plus curieux du nouveau Paris. Les deux bras de la Bièvre s'enchevêtrant, à peine ombragés par quelques maigres peupliers, dans les replis escarpés de la Butte-aux-Cailles. (1877)

Lire

1863

Enquête publique sur les projets de voiries intéressant les 13e et 14 arrondissements

Une enquête est ouverte, pendant quinze jours consécutifs, à partir d'aujourd'hui, aux mairies des 13e et 14e arrondissements, sur divers projets de voirie intéressant cette partie annexe de la capitale. A l'appui des plans déposés, l'administration a joint une légende explicative, dont nous reproduisons les termes. (1863)

Lire

Ailleurs sur Paris-Treizieme