Dans la presse...

 M. Rousselle (1896)

M. Rousselle

La Gazette — 17 mai 1896

M. Ernest Rousselle, président du Conseil municipal de Paris, dont nous avons annoncé hier la mort, était né à Nangis, en Seine-et Marne, le 5 octobre 1836 ; établi commerçant en vins à Bordeaux, il avait tout jeune fait ses premières armes dans les batailles électorales de la Gironde, et s’était depuis peu fixé à Paris lorsqu’il fut élu conseiller municipal de Paris, pour le quartier de la Maison-Blanche, la première fois le 10 janvier 1881 ; il avait été réélu continuellement depuis cette époque, et, la semaine dernière, il était élu de nouveau contre cinq concurrents, bien qu’il n’ait pu, en raison de son état de santé, pren dre part à la lutte électorale.

M. Rousselle était radical socialiste et faisait partie du groupe autonomiste ; il s’était fait, au Conseil municipal, une spécialité des questions de voirie; depuis longtemps, il présidait la troisième commission, où il se montra l’adversaire résolu de tout projet de Métropolitain ; par contre on se souvient de la part qu’il prit aux travaux de la commission de la prochaine Exposition universelle ; il était président de la commission de surveillance du célèbre Orphelinat de Cempuis, membre du conseil supérieur de l’Assistance publique et du conseil de surveillance des aliénés.

Il a été président du Conseil général de la Seine, en 1885 et président du Conseil municipal de Paris de 1889 à 1890. Il avait été élu de nouveau président en 1895, et se trouvait de fait encore en fonction aujourd’hui, le nouveau Conseil ne s’étant pas réuni et n’ayant pas procédé à l’élection d’un nouveau président.

De taille moyenne, trapu, avec une barbe épaisse, M. Rousselle était véhément et pompeux. On se souvient de l’aventure comique de sa voiture, le mardi gras 90. On en fit des chansons. Les obsèques seront civiles.



Dans la presse...


Des nouvelle du puits artésien de la Butte-aux-Cailles

Nous avons déjà entretenu nos lecteurs des travaux du puits artésien qu'on est en train de creuser sur la butte aux Cailles dans le XIIIe arrondissement.
Ce puits étant arrivé à la première nappe d’eau, on vient d’y descendre une puissante cuve en fer du poids de 6 000 kilogrammes, destinée à maintenir cette nappe dans sa position souterraine... (1864)

Lire la suite


L'oasis et le cloaque

Il y a des quartiers de Paris qui n'ont vraiment pas de chance ! Le quartier de la Gare, dans le treizième arrondissement, par exemple... (1934)

...


Un métier inconnu

Rue Xaintrailles, derrière l'église Jeanne d'Arc, demeure une pauvre vieille grand'maman qui nourrit sa fille et ses petites-filles de crottes de chiens cueillies à l'aube sur les avenues qui rayonnent de la place d'Italie. (1893)

...


La Ville de Paris va-t-elle enfin s'occuper de la cité Jeanne-d'Arc ?

Près de la place d'Italie, entre la rue Jeanne-d'Arc et la rue Nationale, la cité Jeanne-d'Arc forme une sorte de boyau gluant, sombre, bordé de mornes bâtisses de cinq ou six étages aux murs zébrés de longues moisissures. Dès la tombée de la nuit, le coin n'est pas sûr... (1931)

...


La cité Jeanne-d'Arc a été nettoyée de ses indésirables

La Cité Jeanne-d'Arc, cet îlot lépreux et insalubre qui, dans le 13e arrondissement, groupe autour de quelques ruelles ses immeubles sordides, entre la rue Jeanne-d'Arc et la rue Nationale, a vécu aujourd'hui un véritable état de siège. (1935)

...

Saviez-vous que... ?

L'École Estienne est installée à son emplacement actuel depuis novembre 1889 mais n'a été inaugurée que le 1er juillet 1896 par le président de la République, M. Félix Faure.

*
*     *

La statue de Pinel, bienfaiteur des aliénés, installée devant l'hôpital de la Salpétrière est due à Ludovic Durand.

*
*     *

Le rue Esquirol s'appela Grande-Rue-d'Austerlitz. Son nom actuel lui fut donné en 1864 en souvenir de Dominique Esquirol, médecin aliéniste (1773-1840).

*
*     *

C'est en 1868 que la voie latérale au chemin de fer de ceinture entre le chemoin de fer d'Orléans et la rue de Patay reçut le nom de rue Regnault afin d'honorer le baron Jean-Baptiste Regnault, peintre (1753-1829).

L'image du jour

Percement de l'avenue des Gobelins (1868)

La vue est prise de la place d'Italie dont on abaisse le niveau de près de deux mètres pour la pente de la nouvelle avenue soit moins forte. La construction métallique à droite, c'est le marché couvert des Gobelins. Il fonctionnera jusqu'à la fin du siècle avant d'être remplacé par le marché Blanqui. Avec l'ouverture de la rue Primatice, le marché couvert sera coupé en deux. La partie côté Gobelins sera démolie ; la partie côté boulevard de l'Hôpital subsistera jusqu'aux années 1970.  ♦