Faits divers

 Les mésaventures de la Goulue - 1901

Les mésaventures de la Goulue

La Tribune de l’Aube — 2 décembre 1901

On se rappelle que la Goulue, cette danseuse du Moulin-Rouge devenue dompteuse, épousa, il y a dix-huit mois environ, un jeune dompteur, nommé José, avec qui elle vint l’année dernière à la foire Saint-Romain. Or, la Goulue a des malheurs conjugaux et elle va, dit-on, demander le divorce. Elle aurait pris cette grave détermination à la suite d’une vive discussion qu’elle eut, jeudi soir, avec son mari. Voici dans quelles circonstances :

La ménagerie de Mme José est actuellement installée au carrefour des Quatre-Chemins, à Aubervilliers. La fête foraine tirant à sa fin, José et sa femme décidèrent d’aller, en phaéton, aux Gobelins, afin de choisir un emplacement pour s’y installer lors de la fête de ce quartier.

C’est en revenant de la place d’Italie que la discussion éclata entre les deux époux. À un moment donné, la Goulue poussa des cris et tomba à terre, tandis que José, cinglant vigoureusement Cocotte, disparaissait.

Très vexée de ce qui venait d’arriver — on l’eût été à moins — la dompteuse ne rentra pas à la roulotte conjugale et alla demander l'hospitalité à une de ses amies, chez qui elle passa la nuit.

Quand, vendredi matin, elle arriva à Aubervilliers, elle constata que son domicile ambulant avait disparu.

Dès l’aube, le dompteur avait fait atteler la roulotte et était parti en avertissant le personnel de la ménagerie qu’il reviendrait bientôt chercher le reste du bazar.

Sans perdre un instant, la Goulue courut chez le commissaire de police du quartier, à qui elle raconta son histoire. Ce magistrat a posté un agent pour empêcher cet enlèvement des bêtes féroces.



Sur la Goulue

Faits-divers

La fin de la Goulue vue par Élie Richard dans La Tournée (1930)

À lire également...

Quartier de la Gare

Le drame de la Cité Jeanne-d'Arc

1865

Depuis longtemps deux ouvriers, Claude Demanalède, maçon, et Paul Robert, demeurant tous deux cité Jeanne-d'Arc, étaient ennemis intimes.

...


Esclave de sa Colère

1895

Bien que Sénèque ait dit « La colère est une courte folie », elle n'est pas toujours excusable, surtout lorsqu'elle se manifeste par des accès trop fréquents.
C'est le cas de la nommée Augustine Couffier, âgée de trente-huit ans, ménagère, demeurant rue des Malmaisons.

...


Quartier Croulebarbe

Amours séniles

1904

Subissant l'influence de l'été de la Saint-Martin, Paul Perrotel le « père Paul » comme on l'appelle dans le quartier des Gobelins bien qu'âgé de cinquante-huit ans, déclara sa flamme à une marchande de pommes de terre frites de la rue de Tolbiac, Louise Fléchel, qui compte, elle, cinquante-cinq ans.

...


rue de la Colonie

Les chevaux furieux

1873

Un vieillard de soixante-dix-sept ans, le sieur D..., rentier, demeurant rue de la Colonie, suivait hier, vers trois heures de l'après-midi, le bord de la petite rivière de Bièvre, près de la rue du Pot-au-Lait...

...

Saviez-vous que... ?

L'École Estienne est installée à son emplacement actuel depuis novembre 1889 mais n'a été inaugurée que le 1er juillet 1896 par le président de la République, M. Félix Faure.

*
*     *

Le premier coup de sonde du puits artésien de la Butte-aux-Cailles a été donné le 28 août 1866.

*
*     *

La consécration de l'église Sainte-Anne de la Maison Blanche eut lieu le 24 octobre 1912.

*
*     *

Dans l’après-midi du 5 octobre 1883, des agents arrêtaient un individu qui s’apprêtait à prendre un bain dans le bassin de la place d’Italie.
Cet homme prétendait être un diplomate en mission spéciale : « Je suis envoyé par M. Carnot, a-t-il dit, près de l’amiral Avelane, afin de le prémunir contre les dangers qui le menacent et moi aussi. » En même temps, il montrait ses lettres de créances, consistant en un billet de sortie de l’hôpital Sainte-Anne.
Il est vraisemblable qu’il y soit retourné aussitôt.

L'image du jour

Percement de l'avenue des Gobelins (1868)

La vue est prise de la place d'Italie dont on abaisse le niveau de près de deux mètres pour la pente de la nouvelle avenue soit moins forte. La construction métallique à droite, c'est le marché couvert des Gobelins. Il fonctionnera jusqu'à la fin du siècle avant d'être remplacé par le marché Blanqui. Avec l'ouverture de la rue Primatice, le marché couvert sera coupé en deux. La partie côté Gobelins sera démolie ; la partie côté boulevard de l'Hôpital subsistera jusqu'aux années 1970.  ♦