La ligne Trocadéro-gare d'Orléans - 1903

Les travaux du métro

La ligne Trocadéro-gare d'Orléans

Le Petit-Journal — 27 juin 1903

Les Parisiens ayant trouvé que le mot Métropolitain était beaucoup trop long pour désigner un moyen de locomotion des plus rapides, ils ont depuis longtemps supprimé trois syllabes.

Ce n'est pas là seulement une abréviation populaire ; elle est entrée dans le langage courant ; son usage est devenu général.

Donc, on ne dit plus que : le Métro ; et on s'intéresse très vivement à tout ce qui concerne le Métro.

On s'arrête devant les chantiers ; on commente un peu au hasard les lignes en construction ; on cherche il deviner où se trouveront les futures stations.

Et c'est pourquoi nous avons, il y a quelques jours, donné à nos lecteurs la primeur du plan de la ligne Courcelles-Ménilmontant, avec l'indication de-tous ses arrêts ; et c'est pourquoi, aujourd'hui, nous voulons qu'ils soient les premiers à avoir, sous les yeux le plan d'une autre ligne en construction, la ligne Trocadéro-gare d'Orléans, où se trouve également la désignation de toutes les stations.

Il fallait, naturellement, accompagner ce plan de, renseignements relatifs, à l’état actuel des travaux. Une visite aux chantiers, une visite à la direction des services techniques du Métro, nous l'ont permis.

*
*     *

La ligne Trocadéro-gare d'Orléans ne manque pas de pittoresque. Elle aura coûté des sommes formidables, mais elle sera certainement la plus curieuse du réseau.

Elle aura mis les ingénieurs aux prises avec d'extraordinaires difficultés ; mais les ingénieurs sont précisément faits pour vaincre les difficultés, et c'est ce à quoi ils s'occupent activement, sûrs de la victoire.

Déjà tout le lot, compris entre le Trocadéro et la rue Alboni est presque entièrement terminé.

Il ne reste plus à faire que la partie en élévation de la station de Passy; ce qui, d'ailleurs, constitue un travail de maçonnerie et de ferronnerie fort important.

Mais il en est un autre à exécuter, non loin de là, infiniment plus gigantesque. C'est le pont qui traversera la Seine. En ce moment, on est en train de préparer le ripage de la passerelle actuelle, qui sera reculée de 30 mètres en aval, d'un seul coup, à l'aide de vérins. Ce ne sera pas une opération banale.

Le nouveau pont de Passy coûtera environ 7 millions. Il reproduira, en métal, le viaduc d'Auteuil, c'est-à-dire qu'il aura deux étages. C'est lui qui mettra l'exploitation en retard, car on ne compte pas l'avoir achevé avant dix-huit mois.

Mais, bien qu'il ne soit pas encore construit, traversons le pont.

Nous avons alors ce qu'on appelle la série des viaducs métallurgiques jusqu'à la rue de Vaugirard. Là les travaux sont très avancés et seront vraisemblablement terminés dans sept ou huit mois.

À partir de la rue de Vaugirard, les voyageurs entreront dans un souterrain déjà percé sur les trois quarts de sa longueur et qui aboutira à la vallée de la Bièvre.

*
*     *

Cette partie des travaux serait achevée déjà sans la rencontre d'exceptionnelles difficultés entre le boulevard Edgar-Quinet et la place Denfert-Rochereau. C'est là, en effet, que se trouve la zone la plus considérable des carrières du sous-sol parisien ; de plus, sous la place, est le noyau de toutes les canalisations, d'eau venant du réservoir de Montsouris ; le chemin de fer de -Sceaux passe aussi à cet endroit.

Au sortir du long souterrain, les voyageurs effectueront la traversée de la vallée de la Bièvre en viaduc. Cet ouvrage métallurgique est en pleine exécution et sera terminé à peu près en même temps que les autres viaducs en construction entre la Seine à Passy et la rue de Vaugirard, dans sept mois environ.

Aux abords de la place d'Italie, nouveau souterrain ; sous la place, on est en train d'exécuter la boucle indiquée sur notre plan. Les travaux sont en pleine activité et prendront fin vraisemblablement au printemps prochain.

Le souterrain se termine à l'intersection du boulevard de l'Hôpital et du boulevard Saint-Marcel.

À partir de ce point, dans les terrains de la Salpêtrière dont la Compagnie vient de faire l'acquisition, recommence la partie de viaduc. À noter, comme, particularité intéressante, la traversée en viaduc de la gare d'Orléans. Là, les travaux viennent seulement d'être entamés.

Enfin, la ligne nouvelle s'achèvera par la traversée de la Seine, dont le projet a donné lieu à un concours, et dont l'exécution va commencer incessamment.


Menu des articles

Vu dans la presse...

1895

M. Félix Faure dans le 13è

Le pont de Tolbiac est dans le treizième arrondissement, c'est-à-dire dans une région de Paris où jamais, en aucun temps, chef d'État n'a mis le pied. (1895)

Lire

1867

Ouverture d'une nouvelle voie dans le 13e arrondissement.

On va prochainement soumettre aux formalités d'enquête le projet d'ouverture de la rue du Transit, partie comprise entre la rue de la Glacière et la rue du Château-des-Rentiers. Cette portion du 13e arrondissement est généralement peu connue ces Parisiens du boulevard. C'est une région arrosée par la nauséabonde rivière de Bièvre, dont un des bras prend le nom de rivière morte. (1867)

Lire

1868

La nouvelle place d'Italie en haut de la rue Mouffetard.

Entre l'église Saint-Médard et la place d'Italie, la vieille et étroite rue Mouffetard se transforme à vue d'œil en une belle avenue de 40 mètres de largeur. (1868)

Lire

1928

La Bièvre en peinture

On visitait ces temps-ci, dans la salle des Fêtes de la mairie du 13e, une agréable exposition de toiles, aquarelles, dessins, organisé par le Cercle des Gobelins. (1928)

Lire

1932

Chronique électorale

Dans la première circonscription du XIIIe arrondissement, M. Raymond Renaudière, qui a groupé sur son nom au premier tour près de 4.000 voix, est le seul candidat désigné pour battre au second tour le communiste dissident Gélis. (1932)

Lire

1862

Gares et Stations du chemin de fer de ceinture (rive gauche)

Une enquête est ouverte, en ce moment, à la Préfecture de la Seine, sur le enquête est ouverte, en ce moment, à la Préfecture de la Seine, sur le projet des stations à établir sur le chemin de fer de Ceinture, dans les 13e, 14e, 15e et 16° arrondissements. (1862)

Lire

1862

Extension de la Gare du chemin de fer d'Orléans

On a mis récemment à l'enquête un projet d'agrandissement de la Gare du chemin de fer d'Orléans, à Paris, qui consiste à étendre les dépendances de cette gare jusqu'au quai d'Austerlitz, par l'annexion de tout l'emplacement compris entre ce quai, la rue Papin et le boulevard de l'Hôpital. (1862)

Lire

1925

Portrait : Emile Deslandres

Conseiller municipal du quartier Croulebarbe (1925)

Lire

1927

Promenade électorale dans le XIIIè

Le treizième a toujours été la cité des pauvres. Il sue encore la misère avec ses îlots de maisons délabrées… avec la rue du Château-des-Rentiers, ô ironie, avec la Butte-aux-Cailles chère à Louis-Philippe. Et comme la misère va de pair avec la douleur, beaucoup d'hôpitaux, la Salpêtrière, la Pitié, Broca, Péan, des asiles, des refuges. Sur 33.500 électeurs, 28.000 paient de 500 à 1.200 francs de loyer par an. Au prix actuel du gîte, ces chiffres ont une triste éloquence ! On ne s'étonnera pas si le treizième est politiquement très à gauche… et même à l'extrême gauche. (1927)

Lire

1929

Trop de clairons dans le quartier de la Maison-Blanche

Tandis que les chauffeurs ne pourront claironner ou trompeter par les rues de Paris, des escouades de bruiteurs autorisés continueront, embouchure aux lèvres, leur pas accéléré quotidien dans les rues du quartier de la Maison-Blanche en général, boulevard Kellermann en particulier. (1929)

Lire

1924

La Butte aux Cailles se modernise

Dans une semaine ou deux, on inaugurera la grande piscine de la Butte aux Cailles. C'est un établissement vraiment remarquable, de briques et de mortier, aux revêtements vernissés blancs, dominé d'une immense cheminée en ciment armé, de grande allure avec sa quadrature de colonne droite évidée aux angles, lesquels sont ainsi arrondis. (1924)

Lire

1929

Rue Charles-Bertheau plusieurs immeubles menacent maintenant de s'effondrer

Dimanche, dans la nuit, un craquement sinistre a éveillé les locataires d'un des vieux immeubles de cette rue. une maison d'un étage, portant le numéro 10. D'un coup la maison s'était lézardée du haut en bas. menaçant de s'effondrer. (1929)

Lire

Ailleurs sur Paris-Treizieme