La ligne n°6 - 1903

Le Métro passe la Seine

Place d’Italie - Nation

La ligne n° 6. — Le tracé et les stations. — Les quartiers desservis.

La Presse — 28 décembre 1903

La rive gauche réclamait son Métro : on va le lui accorder. Ainsi disparaîtra bientôt toute cause de jalousie entre les deux rives de la Seine. Il était grand temps qu'un peu d'équité intervint dans la répartition des lignes !

Déjà, l'on dénonçait le favoritisme qui comblait de grâces souterraines telle partie de la population parisienne au préjudice de telle autre ! Tandis que, peu à peu, tous les quartiers de la rive droite se reliaient étroitement entre eux, les quartiers de la rive gauche demeuraient abandonnés en leur splendide isolement. L'injustice est, cette fois, à la veille d'être réparée…

Avant de se séparer, le conseil municipal sera appelé, en effet, à approuver le projet relatif à l'établissement de la ligne métropolitaine n°6 du cours de Vincennes à la place d'Italie, dont la dépense est évaluée à quinze millions de francs.

Dans la conception primitive du réseau, la ligne n° 2 (circulaire sud) partait de la place de l'Etoile, traversait la Seine à droite de la passerelle de Passy, suivait les anciens boulevards extérieurs de la rive gauche en passant par la place d'Italie, franchissait la Seine en amont du pont d'Austerlitz et gagnait la place de la Nation en suivant le boulevard Diderot.

La ligne n°6

La ligné n°6, allant de la place d'Italie à la place de la Nation par le boulevard de la Gare, le pont de Bercy, les boulevards de Bercy, de Reuilly, de Picpus, les avenues de Saint-Mandé et du Bel-Air, ne semblait destinée qu'à assurer les relations avec le Métropolitain des 12e et 13e arrondissements, en raison du caractère local, son exécution avait été ajournée à une époque assez éloignée. Une circonstance heureuse pour les quartiers desservis est venue modifier cet état de choses.

La ligne n° 1, allant de la Porte-Maillot au cours de Vincennes, et la ligne n° 2 (circulaire sud), ont un tronçon commun, le boulevard Diderot ; or, la fréquence des trains de la ligne n° 1 sur ce tronçon prévu comme commun est telle qu'il est impossible de songer à y faire passer aucun, train de la ligne n°2, si bien, que cette dernière ligne aurais dû avoir nécessairement son terminus à la gare de Lyon ; l’impossibilité : d'établir une boucle à cet endroit aurait rendu l'exploitation assez défectueuse.

L'inconvénient a disparu par suite du recours à la ligne n°6 comme prolongement de la circulaire jusqu'à la place de la Nation è partir de la place d'Italie. De là, la nécessité de procéder à l'exécution de cette ligne sans attendre son rang d'inscription ; il n'y a même pas un instant à perdre.

En effet, les travaux de la ligne n° 2 (circulaire sud) touchent à leur fin; le viaduc sur lequel elle doit franchir la Seine, à Paris, sera probablement terminé à la fin de l'année 1904 et permettra de relier la section construite sur la rive gauche aux sections exploitées sur la rive droite de la Seine. L'exécution immédiate des travaux de la ligne n°6 aura pour résultat de livrer les lignes complètement a la circulation des trains vers la même époque.

Arrivé à la place d'Italie, la ligne n°2 (circulaire sud) se prolongera vers la Seine par le boulevard de la Gare, passera le pont de Bercy élargi, suivra les boulevards de Bercy, de Reuilly et de Picpus, l'avenue de Saint-Mandé jusqu'à l'avenue de Bel-Air ; là elle s'élargit en une boucle terminus dont; le circuit se fait par l'avenue du Bel-Air, la place de la Nation, la rue Dorian, et la rue de Picpus pour revenir par l'avenue de Saint-Mandé.

Au sommet de cette boucle, elle prend contact, du côté Sud, avec la station de la première ligne métropolitaine « place de la Nation », comme la ligne circulaire Nord le fait du côté Nord. La boucle terminale ainsi formée est complétée par une bride contournant l'angle aigu du Bel-Air et de Saint-Mandé et par un double raccordement de service à voie unique qui la relie à la ligne n°1 vers le cours de Vincennes.

Les deux rives

Le profil en long suit le relief du sol. La ligne sort de terre en haut du boulevard de la Gare, entre la place des Alpes et la place Pinel, s'établit en viaduc sur la contre-allée de ce boulevard, dont le profil en travers sera remanié et amélioré entre le chemin de fer d'Orléans et le quai d'Austerlitz ; puis elle franchira la Seine sur le côté amont du pont de Bercy élargi à cet effet. La ligne replonge, immédiatement après le quai de la Râpée, sur le trottoir de Bercy longeant l'entrepôt, afin de passer sous la rue de Bercy. À partir de là, la ligne se poursuit en soin terrain, passe au-dessus du chemin de fer de Vincennes au boulevard Picpus ; une station à fleur de sol sera établie en cet endroit sur la contre-allée centrale du boulevard entre la rue de Picpus et la rue du Touat.

Le pont de Bercy

Le pont de Bercy ayant été préalablement élargi de 5 m. 50 du côté de l'amont, la traversée de la Seine se fait sur un viaduc superposé. Ce dernier travail s'exécute sous la direction des ingénieurs du service de la navigation et aux frais de la Ville de Paris. Le viaduc sera formé d'un tablier, métallique reposant sur deux murs parallèles percés d'arcades ; chacun de ceux-ci aura 1 m. 50 d'épaisseur et les deux murs seront distants de 4 m. 50 entre les parements intérieurs. Les arcades sont en plein cintre ; elles ont 3m. 20 d'ouverture et leur hauteur sous clef est de 4 m. 04 ; elles sont séparées par des piliers de 1 m. 10 à la base. L'emploi des arcades, imité du viaduc du Point-du-Jour, permettra aux piétons de circuler librement sur le trottoir amont du pont, qui se trouve placé sous l'ouvrage du Métropolitain.

La ligne aura neuf stations, à savoir : Rue Nationale, rue du Chevaleret, quai d'Austerlitz, rue de Bercy, rue de Charenton, place Daumesnil ; Bel-Air : avenue de Saint-Mandé, place de la Nation.

La distance moyenne entre ces stations est de 521.mètres

La station terminus de la place de la Nation comporte un quai central, large de six mètres, placé dans l'entrevoie ; toutes les autres stations énumérées ci-dessus sont formées de deux quais parallèles de 4 mètres 10 de largeur utile, situés de part et d'autre des voies.

Station Quai de la Gare

Trois stations sont en viaduc : rue Nationale, rue du Chevaleret, quai d'Austerlitz. La station « Bel-Air » est à fleur de sol. Les cinq autres : rue de Bercy, rue de Charenton, place Daumesnil, avenue de Saint-Mandé et place de la Nation sont souterraines et voûtées ; leur parement intérieur est revêtu de carreaux blancs en grès cérame émaillé, comme sur les lignes métropolitaines déjà construites.

Edouard Sattler.

L'ouverture de la ligne Place d'Italie - Nation sous la dénomination Ligne 6 eut lieu le 1er mars 1909. La ligne 6 dans son parcours actuel fut mise en oeuvre en 1942. (NdE)


Menu article

Lu dans la presse...

Les travaux du chemin de fer de Ceinture : du pont Napoléon au tunnel de Montsouris

Les travaux du chemin de fer de Ceinture, toujours conduits avec la même activité, sont terminés sur une grande partie, du parcours, en ce qui concerne les terrassements et les ouvrages d'art ; aussi a-t-on, déjà commencé le ballastage, la pose des voies et l'édification des bâtiments de stations. (1866)

Lire

Le viaduc de la Bièvre

On continue à s'occuper très sérieusement du tracé du chemin de fer de ceinture sur la rive gauche ; les études du pont à jeter sur la Seine et celles du viaduc dans la vallée de la Bièvre sont maintenant terminées. (1861)

Lire

Une nouvelle Cour des Miracles

Vous ne connaissez pas le passage Moret, cela n'est pas surprenant, car, sauf ses malheureux habitants, leur conseiller municipal qui se débat comme un diable pour les secourir, chacun à l'envi les oublie. Chaque fois que les représentants de l'administration se souviennent de ce restant de l'Ile des Singes, c'est pour lui causer un dommage nouveau. (1925)

Lire

Les habitants du passage Moret vont être « clos et couverts »

Les pauvres et déplorables locataires de la ville de Paris, dans son domaine de l'Ile des Singes, partie dénommée sur la nomenclature le Passage Moret, vont apprendre avec joie que l'inondation de leurs taudis, par en haut, va cesser à bref délai. (1925)

Lire

Un propriétaire avait vendu 100 francs son immeuble à ses locataires

Dans le populeux quartier des Gobelins, il est un groupe de gens à qui l'on a mis le bonheur — bonheur relatif, d'ailleurs — à portée de la main, et qui se disputent au lieu de le cueillir sagement. Ces gens demeurent sous le même toit, 9, passage Moret, voie vétuste qui semble être restée dans le même état qu'au temps des mousquetaires. (1926)

Lire

La Ville de Paris osera-t-elle jeter à la rue les locataires du passage Moret ?

La Ville de Paris, qui loue pour rien les luxueux pavillons du Bois de Boulogne aux jouisseurs et aux parasites, veut expulser de malheureux travailleurs de logements peu confortables certes, mais pour lesquels ils paient un lourd loyer. (1927)

Lire

La Ville de Paris est parvenue à faire expulser les locataires

Les locataires n'étaient pas plutôt dans la rue que des démolisseurs se mettaient à l'ouvrage pour le compte d'un garage Renault qui fait procéder à des agrandissements.
Ainsi les limousines des exploiteurs seront à l'abri et les locataires logeront où et comme ils pourront. (1927)

Lire

Dans le passage Moret où règne la misère

Que l'on démolisse les taudis, nids à tuberculose qui pullulent dans la « Ville-Lumière », nous n'y trouverons rien redire, au contraire ! Mais que sous prétexte d'assainissement, comme cela s'est produit passage Moret, on expulse, en 21 jours, au profit d'un garage, des malheureux que l’on a finalement « logés » dans des taudis sans nom, c'est un véritable scandale ! (1927)

Lire

Oasis faubourienne

Tout un coin de Paris est en train de se modifier singulièrement. Huysmans ne reconnaîtrait plus sa Bièvre. Non seulement le ruisseau nauséabond est maintenant couvert depuis bien des années, mais le sinistre passage Moret a presque complètement disparu de la topographie parisienne et, au milieu de cette année, les fameux jardins dont la jouissance était réservée aux tisseurs et dessinateurs de la Manufacture des Gobelins, vergers en friche qui, quelquefois, servaient de dépôt d'ordures aux gens du quartier, auront perdu leur aspect de Paradou abandonné. (1937)

Lire

Un jardin unique en son genre, celui des Gobelins, va être inauguré la semaine prochaine

Paris aura la semaine prochaine un nouveau jardin public, un très beau jardin. Il n’en possédera jamais trop !
Le fait est d’autant plus intéressant que ce nouveau jardin se trouve dans un arrondissement, au reste fort peuplé, le 13e, qui, il y a encore un an, ne possédait pas le moindre square. (1938)

Lire

Aux Gobelins: le nouveau jardin a été inauguré et ouvert au public

Hier matin, était inauguré, dans le quartier Croulebarbe, un nouveau jardin public. II s'étend sur 22.500 mètres carrés, derrière la Manufacture des Gobelins et le Garde-Meubles National.
C'est à Émile Deslandres que l'on doit cette initiative. Ayant représenté pendant plus de vingt-cinq années ce quartier, au nom du Socialisme, il s’était penché sur les misères et les besoins de la classe ouvrière dont il était lui-même. (1938)

Lire

Les travaux de construction de la rue de Tolbiac

Les transformations de la rue d'AIésia se font, avec une rapidité vertigineuse, dans le prolongement de cette voie, au-delà de rue de la Glacière.
Dans cette partie, la nouvelle rue prendra le nom de rue Tolbiac, et sera poussée jusqu'à l'avenue d'Italie. (1877)

Lire

Teaser 6 articles

Ailleurs sur Paris-Treizieme