Dans la presse...

 paris-treizieme.fr — Le nouveau marché aux chevaux (1878)

Le nouveau marché aux chevaux

La France — 9 mars 1878
L'entrée du marché aux chevaux sur le boulevard Saint-Marcel

L’inauguration du nouveau marché aux chevaux est définitivement fixée au lundi 1er avril prochain.

Le marché provisoire, établi depuis 1866, au boulevard d’Enfer, sera supprimé à la même date.

L’origine du marché aux chevaux remonte à Henri III ; il fut d’abord installé en l’hôtel des Tournelles, puis transféré plus tard au faubourg Saint-Marcel. L’ancien marché occupait une superficie de 17.100 mètres. Le nouveau marché, rétabli sur l’ancien emplacement, mesure 17.800 mètres ; il a deux entrées ; l’une sur le boulevard de l’Hôpital, l'autre sur le boulevard Saint-Marcel. À droite de l’entrée principale se trouve le parc pour 150 voitures ; à gauche, les ventes à l’encan et les bureaux des commissaires-priseurs

À l’angle des deux boulevards Saint-Marcel et de l’Hôpital se trouve une coquette construction destinée au logement du concierge et du service de perception. Dans le même bâtiment est ins tallé un restaurant.

Le marché aux chevaux
Vue en direction du boulevard de l'Hôpital

Les diverses pistes pour chevaux de selle, d’attelage, etc., mesurent 140 mètres au plateau et 163 aux extrêmes limites. Elles sont bordées de chaque côté, sur toute la longueur, de trous-stalles, réunis deux à deux par des bat-flancs, et qui sont au nombre de 84, pouvant contenir 1,050 chevaux, c’est-à dire un tiers de plus que l’ancien marché.

Un bâtiment spécial, éloigné des autres constructions, est destiné aux animaux atteints de maladies contagieuses.

Les dépenses de ce marché s’élèvent à plus d’un demi-million.

Ce nouvel établissement donnera une grande animation à ce quartier peu populeux qui, depuis le transfèrement du marché à Montparnasse, était pour ainsi dire délaissé. De belles constructions s’y font en ce moment, et grâce aux tramways et aux omnibus qui circulent en grand nombre dans le treizième arrondissement, les visiteurs ne manqueront pas dans ce quartier, si peu riche en établissements d’utilité publique.

L'entrée du marché aux chevaux sur le boulevard de l'Hôpital
Henri Godefroy (1909)
CC0 Paris Musées / Musée Carnavalet


Sur le marché aux chevaux

Les dernières années du premier marché aux chevaux du bd de l'Hôpital (1760-1866)

Le marché aux chevaux durant son exil dans le 14e (1866-1878)

Le marché aux chevaux du retour d'exil au déménagement final (1878-1907


Rosa Bonheur, le marché aux chevaux (1852)
On remarquera à gauche le dôme de la chapelle de la Salpêtrière qui constitue un point de repère

Dans la presse...


Des nouvelle du puits artésien de la Butte-aux-Cailles

Nous avons déjà entretenu nos lecteurs des travaux du puits artésien qu'on est en train de creuser sur la butte aux Cailles dans le XIIIe arrondissement.
Ce puits étant arrivé à la première nappe d’eau, on vient d’y descendre une puissante cuve en fer du poids de 6 000 kilogrammes, destinée à maintenir cette nappe dans sa position souterraine... (1864)

Lire la suite


Au treizième arrondissement

Rue du Moulin-des-Prés, treizième arrondissement, quartier de la Maison-Blanche, il a été ouvert, il y a un certain temps, une immense décharge, en vue de remblayer la vallée de la Bièvre. Dans cette décharge ont été apportées toutes sortes d'immondices. On y a même apporté des terres provenant de cimetières... (1890)

...


A propos de l'inauguration du puits artésien de la Butte-aux-Cailles

Tandis que Paris se trouve condamné à boire de l'eau contaminée, on a accueilli, avec bonheur, la nouvelle de l'inauguration du fameux puits artésien de la Butte aux Cailles.
La chose vaut qu'on s'y arrête, car il ne s'agit pas de moins de dix mille mètres cubes, ou de dix millions de litres d'eau pure qui vont être donnés, chaque jour, aux Parisiens. Par ces temps de fièvre typhoïde, d'eau de Seine filtrée, voire non filtrée, ce n'est pas là quantité négligeable. (1904)

...


Les grands travaux de l’édilité parisienne

Dans le XIIIe arrondissement, quartier de la Butte-aux-Cailles, c'est toujours de la grande voie de transit que l'on s'occupe. (1877)

...


L'épidémie de la Maison-Blanche.

Malgré les défenses qui leur sont faites et avec l'insouciance de leur âge, les enfants du quartier s'introduisent actuellement dans la décharge et ils s'y amusent avec les fémurs et les tibias qu'ils découvrent à chaque pas. (1890)

...

Saviez-vous que... ?

L'École Estienne est installée à son emplacement actuel depuis novembre 1889 mais n'a été inaugurée que le 1er juillet 1896 par le président de la République, M. Félix Faure.

*
*     *

Abel Hovelacque (1843-1896), linguiste et anthropologue, fut député du XIIIème arrondissement de 1889 à 1894. Il fut aussi président du conseil municipal de Paris en 1887-1888.

*
*     *

Le 3 octobre 1923, à 9 h30, le laboratoire municipal faisait enlever un obus de 37 en face du 88 de la rue de la Glacière.

*
*     *

Félix Faure est le premier Président de la République à avoir visité le 13e arrondissement à l'occasion de l'inauguration du pont de Tolbiac passant au dessus des voies du chemin de fer de la ligne Paris-Orléans. C'était en 1895.

L'image du jour

Percement de l'avenue des Gobelins (1868)

La vue est prise de la place d'Italie dont on abaisse le niveau de près de deux mètres pour la pente de la nouvelle avenue soit moins forte. La construction métallique à droite, c'est le marché couvert des Gobelins. Il fonctionnera jusqu'à la fin du siècle avant d'être remplacé par le marché Blanqui. Avec l'ouverture de la rue Primatice, le marché couvert sera coupé en deux. La partie côté Gobelins sera démolie ; la partie côté boulevard de l'Hôpital subsistera jusqu'aux années 1970.  ♦