Dans la presse...

 Les travaux du 13e arrondissement.

Les travaux du 13e arrondissement.

La France — 27 juillet 1885

Le prolongement du boulevard de l’Hôpital. — La Butte aux Cailles.

Le 13e arrondissement a déjà été l’objet de travaux importants qui ont commencé à assainir le quartier de la Butte aux Cailles. Pour compléter, il faut faire disparaître l'ancien marais de la Glacière, couvrir la Bièvre et ouvrir une communication entre la place d’Italie et la nouvelle gare de marchandises de Gentilly sur le chemin de fer de Ceinture, qui doit donner à ce quartier déshérité jusqu’ici des éléments de prospérité.

Sur l’ensemble de ces opérations, l'administration présente, en première urgence, le prolongement du boulevard de l’Hôpital jusqu’à la gare de Gentilly, évaluant la dépense à 2,500,600 fr. ; mais, comme les ressources financières ne permettent pas d'entreprendre d’un seul coup cette utile percée, la commission de voirie propose de réaliser ce travail par séries et, pour commencer, d’acquérir, à cet effet, dès maintenant, l'immeuble portant le n° 1 de la rue de la Butte-aux-Cailles, au prix de 150,000 francs.

Le boulevard de l’Hôpital, sur l’emplacement duquel on inaugurait, ces derniers jours, la statue de Pinel, ouvert en 1760, commence à la place Valhubert et finit place d’Italie, après avoir absorbé l’ancien village d'Austerlitz.

Cette voie offre une particularité qui ne se représente sur aucune autre voie de Paris.

Sur une étendue de 1600 mètres, le côté des numéros impairs, possède 162 chétives maisons, tandis que le côté opposé ne possède que 10 immubles qui demandent à être rebâtis.

Ce dernier côté, en effet, est occupé presque entièrement par un mur de clôture du chemin de fer d’Orléans, par les magasins de l’Assistance publique, par les abattoirs de Villejuif et par les dépendances de l’hôpital de la Salpêtrière dont il a pris le nom.

Quant au quartier de la Butte-aux-Cailles, le moins connu des Parisiens, c’est encore, malgré les transformations qu’on lui a fait subir, en le dotant de nouvelles rues, l’un des plus pittoresques du vieux Paris. Ce n’est ni la ville ni les champs ; c’est tout cela et quelque chose de plus encore.

La Butte-aux-Cailles s'annonce du côté du quartier Croulebarbe par des pentes abruptes ; on l’a tranchée pour niveler les anciens boulevards extérieurs, mais elle a conservé sa pente naturelle au sud-ouest et descend par des prairies et des jardins vers les deux bras de la Bièvre.

La vallée de la Bièvre au pied de la Butte-aux-Cailles

Le peuplement de la Butte-aux-Cailles, date à peine de trente ans ; il a commencé par la rue du Moulin-des-Prés et s’est continué par la rue des Cinq Diamants. Depuis, des rues nouvelles ont été ouvertes, entre autres la rue de Tolbiac qui offre un débouché vers la gare d’Ivry et la plaine de Montrouge.

Butte-aux-Cailles, champ de l’Alouette, Moulin des Prés, fontaine à Mulard, tout a gardé une senteur villageoise, malgré les eaux infectes de la Bièvre, les ruelles et les maisons délabrées qui abritent une population de chiffonniers vivant paisiblement à la campagne en plein Paris.

P.


L'aménagement du XIIIe

Les années 1860 : projets pour les zones annexées et premiers travaux

Le cadre général

Les projets de voirie

Le chemin de fer de ceinture

Les années 1870-80

Quartier de la Salpêtrière

Quartier de la Maison-Blanche

Les années 1890

Les années 1900-1920

Dans la presse...


Les habitants du passage Barrault demandent des égouts

Arrêtez-vous visiter l’impasse Prévost et le passage du même nom, la rue Palmyre... Poussez jusqu’au passage Barrault... Les mêmes maisons lépreuses où le jour ne pénètre guère... Sur les pavés disjoints, les moineaux cherchent leur pitance... Des gamins jouent dans les ruisseaux où croupit une eau savonneuse.... (1928)

Lire la suite


La transformation de Paris-Austerlitz

Depuis la mise en service, pour les messageries de Paris-Austerlitz, des vastes hangars, d'aspect solide, modernes, édifiés en bordure de la rue du Chevaleret, et dont l'entrée se trouve, ainsi que, nous l'avons dit, boulevard de la Gare, à Paris, une armée de travailleurs fait disparaître les anciens quais couverts de la rue Sauvage, ce qui aura pour, avantage de donner à ce coin plus d'air et, avec de petits bâtiments coquets, un cachet plus artistique. (1929)

...


De Paris à Paris par le chemin de fer de ceinture

La ligne de fer se relève aux environs de la MAISON BLANCHE, nom charmant qui s'applique à une contrée peu connue et d'un aspect étrange. C'est assurément le coin de Paris le moins fréquenté Ces solitudes attendent un historien et un géographe, et nous espérons les explorer un jour avec nos lecteurs (1873)

...


Les trains de voyageurs de la Petite Ceinture cesseront de fonctionner dimanche prochain

Le train à voyageurs dont le terminus est la station Maison-Blanche, qu'il atteint un peu avant 23 heures, sera le dernier à rouler sur ces voies, dimanche soir. Saluons-le, nous ne le reverrons plus ! (1934)

...


Un abreuvoir pour chevaux et pour chiens a été inauguré ce matin

Les badauds sont rares dans le quartier de la Gare et lorsqu'une inauguration y amène des officiels et dû « beau monde », l'assistance est aussi clairsemée que pittoresque : c'est devant une dizaine de marmots, quelques garçons bouchers et deux ou trois ménagères que la fontaine, offerte par la S.P.A. à la Ville de Paris pour étancher la soif des chevaux et des chiens, a été remise à M. Morain, préfet de police. (1926)

...

Saviez-vous que... ?

Le passage souterrain de la porte d'Italie fut inauguré le vendredi 26 juin 1936 par la Municipalité de Paris en présence de M. Marx Dormoy; sous-secrétaire d'État à la présidence du Conseil.

*
*     *

La galerie de la manufacture nationale des Gobelins située sur l'avenue du même nom est l'oeuvre de l'architecte Jean Camille Formigé (1845-1926).

*
*     *

La société des fourneaux de Saint-Vincent de Paul, le 5 novembre 1897 ouvraient, comme chaque année, ses fourneaux (au nombre de 26 en 1897) qui restèrent ouverts jusqu’au 30 avril 1898, tous les jours non fériés, de huit heures à onze heures du matin. Trois d'entre eux étaient situés dans le 13ème : 45 rue Corvisart, 35 rue de la Glacière et 87 bis rue Jenner.
Avec un bon de dix centimes, les malheureux recevaient une portion de pain, bouillon, viande, légumes, etc. enfin, de quoi se réconforter.
Ces établissements charitables étaient dirigés par les Sœurs.

*
*     *

C’est le 15 février 1930 que fut inauguré le tronçon de la ligne métropolitaine 10 « Odéon - Place d’Italie ». Les stations ouvertes étaient : Saint-Michel, Cluny, Place-Maubert, Censier-Daubenton, Gobelins et Place d’Italie.

L'image du jour

Ligne n°2 Sud

A son ouverture, la ligne 2 sud empruntait la boucle construite sous la place d'Italie et filait vers le boulevard de l'Hôpital sur les voies de la future ligne 5. Elle demeura comme ligne 5 Gare du Nord - Etoile par place d'Italie jusqu'en 1942. Le tronçon franchissant la Seine et rejoignant Nation n'a été ouvert qu'à la fin des années 1900 et fut exploité comme ligne 6. Elle devint Nation - Etoile en 1942 également.