Dans la presse...

 La reconstitution des Gobelins - 1913

La reconstitution des Gobelins

Le Journal des débats politiques et littéraire — 12 aout 1913

On sait que la reconstitution partielle des Gobelins fut entreprise, il y a près de deux ans, sous l'habile direction de MM. Formigé et Jossely.

La façade du nouveau, bâtiment est déjà en partie débarrassée, de ses échafaudages. Le corps principal part de la rue Croulebarbe, longe l'avenue et s'étend jusqu'à l'ancienne entrée de la Manufacture ; il se composer d’un pavillon légèrement surélevé, dans le milieu, flanqué de deux ailes plus basses de même profondeur. Le tout forme un ensemble élégant et harmonieux.

Le pavillon central, oeuvre de MM. Formigé et Jossely

Sur la façade de la rue Croulebarbe, deux dates sont gravées 1667-1916. Des guirlandes sont sculptées dans le haut du tympan sur les trois faces du monument : elles soulignent les noms des artistes célèbres : Cozette, Natoire, Watteau, Parrocel, Claude- Audran, Marc de Gomans; J. et Ph. Gobelin, J.-F. de. Tray, Simon Vouet, Largillière, Ch. et Paul Coypel, J.-B. Oudry, Jean Berain, Boucher.

En dessous de ces inscriptions et de ces guirlandes, huit médaillons allégoriques surmontent les fenêtres de la façade qui longe l'avenue, ils représentent : la tonte, le lavage, la filerie, la corderie, la chimie, la teinture, le carton, la tapisserie.

Le Musée des Gobelins - Formigé, architecte

Ces hauts reliefs, du plus heureux effet, sont d'une finesse remarquable celui représentant la chimie rappelle les traits de l’immortel Chevreul, dans son laboratoire de la Manufacture dont il fut le chimiste, pendant de longues années.

L'ancienne inscription placée par la Ville de Paris en 1900 subsiste près de l'ancienne porte d’entrée ; elle porte, on le sait : « Jean et Philibert Gobelin, marchands teinturiers en écarlate, qui ont laissé leur nom à ce quartier et à la Manufacture de tapisserie, avaient ici leur atelier sur les bords de la Bièvre à la fin du quinzième-siècle ».

Une nouvelle inscription, complétant la première, a été gravée sur la façade de la cour d’entrée ; elle est ainsi conçue :

Avril 1601,
Marc de Gomans
et François de la Planche
Tapissiers flamands,
Installent leurs ateliers
Sur les bords de la Bièvre
Septembre 1667,
Colbert
Établit dans les bâtiments,
Des Gobelins,
La Manufacture des meubles
De la Couronne
Sous la direction
De Charles Le Brun

C. Y.

L'ancienne entrée de la manufacture


Dans la presse...


Le monument aux mères françaises est présenté la presse

Aujourd'hui, à 10 heures, sera présenté à la presse, boulevard Kellermann, le monument élevé à la gloire des mères françaises, sous le patronage du Matin, qui sera inauguré le 23 octobre, à 14 h 30 en présence du président de la République et des plus hautes personnalités. (1938)

Lire la suite


La première boucherie de cheval à Paris

Notre gravure représente la devanture de la boutique qu'un boucher, — pourquoi pas un chevalier ? — vient d'ouvrir près du boulevard d'Italie...... (1866)

...


Travaux publics.

On va bientôt procéder dans le 13e arrondissement (des Gobelins) aux travaux d’agrandissement et de régularisation de la place d’Italie et de ses abords.... (1866)

...


Métro, ligne 12, le projet abandonné

De la porte d'Orléans à la porte de Gentilly et à la porte d'Italie... (1924)

...


Petite ceinture : stations de Montrouge, Gentilly et Maison-Blanche (1868)

La construction de cette partie du chemin de fer de ceinture où les voies sont dans des tranchées de 8 à 10 mètres de hauteur a nécessité cette position des gares qui se trouvent, comme on le voit dans la Fig.2 construites sur un tunnel dans lequel passent les trains.... (1868)

...

Saviez-vous que... ?

Le 2 décembre 1923, le quotidien Paris-Soir rapportait qu'avenue des Gobelins, en face du 51, des agents avaient surpris Marcel Popinel, demeurant en hôtel, rue Lebrun, qui avait percé un fut de vin. Le pipeur a été conduit au commissariat de police du quartier.

*
*     *

La rue du Dessous des Berges est située à 20 mètres au dessus des berges.

*
*     *

Le 21 juillet 1874, il faisait 35° dans le Treizième arrondissement. Des feux de broussailles se déclarèrent rue du Château des Rentiers et avenue d'Ivry, obligeant les habitants du quartier à intervenir à grands renforts de seaux d'eau.

*
*     *

En 1880, on décida de l'installation de postes-vigies dits postes-avertisseurs fonctionnant au moyen d'un télégraphe à cadran permettant de rentrer en communication avec la plus proche caserne de pompiers où un soldat du feu était toujours présent afin de recevoir la déclaration de personnes venant faire connaître un incendie. L'un des ces postes fut installé au 26 de la rue des Cinq-diamants.

L'image du jour

Bastion 91 boulevard Masséna

Situé entre les portes d'Ivry et de Vitry, le site du bastion 91 est aujourd'hui occupé par la caserne de pompiers Masséna.