Dans la presse...

 Sauvons les Gobelins - 1912

Sauvons les Gobelins !

Le Matin – 21 février 1912

Dans la pénurie lamentable des crédits affectés aux beaux arts, le budget des Gobelins est peut-être le plus précaire. Le monde nous envie les tapisseries de notre plus illustre manufacture mais il ignore que l'État lui alloue en tout 264.000 francs. Ils soldent maigrement les dépenses du matériel et partagent des salaires de famine entre cinq administrateurs, dix gardiens et soixante artisans, tapissiers, dont neuf artistes pour l'atelier de savonnerie.

Le plus décoratif de tous les arts français, celui « qui change en fééries les murailles » et qui, depuis Louis XIV, assure à notre pays une gloire unique, est condamné, faute d'argent, à végéter sans essor et à piétiner sans avenir. Et ce n'est pas là seulement une faute grave c'est aussi une inconcevable erreur.

La commercialisation des Gobelins leur rendrait la splendeur première elle ne coûterait rien au budget. Elle lui assurerait même des bénéfices considérables, si les Gobelins étaient autorisés à vendre au public quelques pièces de leurs collections.

Ces bénéfices permettraient de rajeunir l'ancien édifice, pittoresque cité d'un autre âge, mais où les procédés de fabrication datent encore de Louis XIV ! Exemple: dans l'atelier de teinture des Gobelins — où il n'y a que trois teinturiers — les chaudières sont chauffées au feu de bois ! Impossible de régler la chaleur d'où mécomptes forcés, obligation de recommencer parfois une gamme bien partie et qui avorte en route. Il a fallu renoncer aux excellents « colorants de cuve », parce qu'ils exigent une température constante ; on l'obtiendrait en dix minutes avec la vapeur : il faut une heure et demie avec le bois que les trois teinturiers s'exténuent à attiser.

Avec le bois, la ventilation de l'atelier est impossible un industriel le fermerait, car les buées et les courants d'air le rendent inhabitable. Mais dans une maison fondée par Louis XIV, rien à faire, parait-il quoique .le bois coûte trois fois plus cher que le charbon.

Résultats le mètre, carré de tapisserie revient, sans compter les bâtiments et en ne prenant que 20% des frais généraux à 4.000 francs environ.

L'usine nationale est munie aujourd'hui d'une palette de plus de 14.000 nuances

Depuis quelques années, on a fait ce qu'on a pu pour infuser un sang nouveau à la vieille manufacture. On lui a donné Gustave Geffroy pour directeur, ce qui est déjà tout un programme. Il a réagi contre l'enlisement des Gobelins. L'usine nationale est munie aujourd'hui d'une palette de plus de 14.000 nuances. Colbert, qui la fonda en 1662, Fouquet, Le Brun, Mignard, Coypel. Natoire, Van Loo, Boucher — pourquoi Watteau fut-il oublié ? — les fondateurs et les artistes des premiers temps étaient loin d'en avoir autant à leur disposition.

Les découvertes de Chevreul et la chimie ont doté nos Gobelins d'une gamme immense, capable de tout traduire et de tout copier. Et n'allons pas dire, comme certains-brocanteurs, que nos colorant ne valent pas les anciens Sur les vieil, les tapisseries, les tons clairs ont disparu la cochenille, l'indigo ont résisté les autres couleurs végétales se sont fanées.

Nos colorants d'alizarine (jaunes, rouges, bleus, violets et bruns) et nos excellentes couleurs naturelles défieront les années. N'hésitons donc plus à fabriquer pour le public des œuvres qui nous feront honneur. Nos tapisseries sont sans rivales, elles n'ont même pas de concurrentes. L'industrie privée ne fait pas de Gobelins. Personne n'a tenté d'imiter les huit pièces de l'Histoire de Méléagre, ni les neuf Muses, ni l'Histoire d'Esther ou la série des Don Quichotte.

Entr'ouvrons la porte séculaire des Gobelins aux acheteurs éclairés, aux généreux mécènes. L'État aura fait une excellente affaire et bien servi la gloire de la France !

Albert Gérard,
Rapporteur du budget des beaux-arts




Dans la presse...


Les habitants du passage Barrault demandent des égouts

Arrêtez-vous visiter l’impasse Prévost et le passage du même nom, la rue Palmyre... Poussez jusqu’au passage Barrault... Les mêmes maisons lépreuses où le jour ne pénètre guère... Sur les pavés disjoints, les moineaux cherchent leur pitance... Des gamins jouent dans les ruisseaux où croupit une eau savonneuse.... (1928)

Lire la suite


La villa des chiffonniers

Il faudrait battre longtemps Paris pour y trouver quelqu\'un de comparable à M. Enfert, qui vient de faire bénir, à la Maison-Blanche, une nouvelle œuvre. (1897)

...


Nouvelle ligne d'autobus

A dater du 28 octobre 1923, la S. T. C. R. P. mettra en service une nouvelle ligne d’autobus dénommée AI bis, « Place d’Italie-Gare Saint-Lazare » (1923)

...


Nécrologie : Eugène Bonneton

Une triste nouvelle nous arrive du front. Eugène Bonneton, le peintre
délicat du vieux Paris, de la Bièvre et des hivers parisiens, vient de s'éteindre dans une ambulance de l'Argonne. (1915)

...


L'assainissement de la cité Jeanne-d'Arc

Au cours de sa dernière session, le Conseil municipal a été unanime à approuver le projet présenté par le préfet de la Seine relatif à l'assainissement de la cité Jeanne-d'Arc. (1934)

...

Saviez-vous que... ?

Le passage souterrain de la porte d'Italie fut inauguré le vendredi 26 juin 1936 par la Municipalité de Paris en présence de M. Marx Dormoy; sous-secrétaire d'État à la présidence du Conseil.

*
*     *

L'Eglise Saint-Marcel de la Salpétrière fut construite en 1856 par l'architecte Blot aux frais de l'abbé Morisot qui, en septembre 1865, la céda à la ville de Paris moyennant 275.285 francs.

*
*     *

La Butte-aux-Cailles culmine à 60 mètres au dessus du niveau de la mer tandis que le point le plus haut du reste du quartier Maison Blanche n'est qu'à 53 mètres.

*
*     *

Jusqu'en 1939, il y eut une rue Jules Ferry dans le 13e arrondissement. Cette année-là, on considéra que cette petite rue n'était pas suffisamment digne d'honorer le souvenir de l'illustre homme d'Etat au-delà d'être une source de confusion pour le service des Postes et la rue du Moulin-des-Prés atteint ainsi la rue Damesme en se voyant prolongée.
Officiellement, ce fut une extension de dénomination.

L'image du jour

Ligne n°2 Sud

A son ouverture, la ligne 2 sud empruntait la boucle construite sous la place d'Italie et filait vers le boulevard de l'Hôpital sur les voies de la future ligne 5. Elle demeura comme ligne 5 Gare du Nord - Etoile par place d'Italie jusqu'en 1942. Le tronçon franchissant la Seine et rejoignant Nation n'a été ouvert qu'à la fin des années 1900 et fut exploité comme ligne 6. Elle devint Nation - Etoile en 1942 également.