Dans la presse...

 Sauvons les Gobelins - 1912

Sauvons les Gobelins !

Le Matin – 21 février 1912

Dans la pénurie lamentable des crédits affectés aux beaux arts, le budget des Gobelins est peut-être le plus précaire. Le monde nous envie les tapisseries de notre plus illustre manufacture mais il ignore que l'État lui alloue en tout 264.000 francs. Ils soldent maigrement les dépenses du matériel et partagent des salaires de famine entre cinq administrateurs, dix gardiens et soixante artisans, tapissiers, dont neuf artistes pour l'atelier de savonnerie.

Le plus décoratif de tous les arts français, celui « qui change en fééries les murailles » et qui, depuis Louis XIV, assure à notre pays une gloire unique, est condamné, faute d'argent, à végéter sans essor et à piétiner sans avenir. Et ce n'est pas là seulement une faute grave c'est aussi une inconcevable erreur.

La commercialisation des Gobelins leur rendrait la splendeur première elle ne coûterait rien au budget. Elle lui assurerait même des bénéfices considérables, si les Gobelins étaient autorisés à vendre au public quelques pièces de leurs collections.

Ces bénéfices permettraient de rajeunir l'ancien édifice, pittoresque cité d'un autre âge, mais où les procédés de fabrication datent encore de Louis XIV ! Exemple: dans l'atelier de teinture des Gobelins — où il n'y a que trois teinturiers — les chaudières sont chauffées au feu de bois ! Impossible de régler la chaleur d'où mécomptes forcés, obligation de recommencer parfois une gamme bien partie et qui avorte en route. Il a fallu renoncer aux excellents « colorants de cuve », parce qu'ils exigent une température constante ; on l'obtiendrait en dix minutes avec la vapeur : il faut une heure et demie avec le bois que les trois teinturiers s'exténuent à attiser.

Avec le bois, la ventilation de l'atelier est impossible un industriel le fermerait, car les buées et les courants d'air le rendent inhabitable. Mais dans une maison fondée par Louis XIV, rien à faire, parait-il quoique .le bois coûte trois fois plus cher que le charbon.

Résultats le mètre, carré de tapisserie revient, sans compter les bâtiments et en ne prenant que 20% des frais généraux à 4.000 francs environ.

L'usine nationale est munie aujourd'hui d'une palette de plus de 14.000 nuances

Depuis quelques années, on a fait ce qu'on a pu pour infuser un sang nouveau à la vieille manufacture. On lui a donné Gustave Geffroy pour directeur, ce qui est déjà tout un programme. Il a réagi contre l'enlisement des Gobelins. L'usine nationale est munie aujourd'hui d'une palette de plus de 14.000 nuances. Colbert, qui la fonda en 1662, Fouquet, Le Brun, Mignard, Coypel. Natoire, Van Loo, Boucher — pourquoi Watteau fut-il oublié ? — les fondateurs et les artistes des premiers temps étaient loin d'en avoir autant à leur disposition.

Les découvertes de Chevreul et la chimie ont doté nos Gobelins d'une gamme immense, capable de tout traduire et de tout copier. Et n'allons pas dire, comme certains-brocanteurs, que nos colorant ne valent pas les anciens Sur les vieil, les tapisseries, les tons clairs ont disparu la cochenille, l'indigo ont résisté les autres couleurs végétales se sont fanées.

Nos colorants d'alizarine (jaunes, rouges, bleus, violets et bruns) et nos excellentes couleurs naturelles défieront les années. N'hésitons donc plus à fabriquer pour le public des œuvres qui nous feront honneur. Nos tapisseries sont sans rivales, elles n'ont même pas de concurrentes. L'industrie privée ne fait pas de Gobelins. Personne n'a tenté d'imiter les huit pièces de l'Histoire de Méléagre, ni les neuf Muses, ni l'Histoire d'Esther ou la série des Don Quichotte.

Entr'ouvrons la porte séculaire des Gobelins aux acheteurs éclairés, aux généreux mécènes. L'État aura fait une excellente affaire et bien servi la gloire de la France !

Albert Gérard,
Rapporteur du budget des beaux-arts




Vu dans la presse...

Une promenade à l’ancienne Butte-aux-Cailles

Ce serait un petit concours à ouvrir : « Quel est le quartier de Paris, qui a le plus changé depuis quinze ans ? » Et il y a gros à parier que le quartier de la Glacière, alias de la Butte-aux-Cailles, se rangerait dans le peloton de tête. (1923)

Lire

L'oasis et le cloaque

Il y a des quartiers de Paris qui n'ont vraiment pas de chance ! Le quartier de la Gare, dans le treizième arrondissement, par exemple... (1934)

Lire

Un métier inconnu

Rue Xaintrailles, derrière l'église Jeanne d'Arc, demeure une pauvre vieille grand'maman qui nourrit sa fille et ses petites-filles de crottes de chiens cueillies à l'aube sur les avenues qui rayonnent de la place d'Italie. (1893)

Lire

La Ville de Paris va-t-elle enfin s'occuper de la cité Jeanne-d'Arc ?

Près de la place d'Italie, entre la rue Jeanne-d'Arc et la rue Nationale, la cité Jeanne-d'Arc forme une sorte de boyau gluant, sombre, bordé de mornes bâtisses de cinq ou six étages aux murs zébrés de longues moisissures. Dès la tombée de la nuit, le coin n'est pas sûr... (1931)

Lire

Saviez-vous que... ?

En 1930, la piscine de la Butte-aux-Cailles, l'une des rares piscines municipales de l'époque, exigeait de tout baigneur la production ou l'achat d'un morceau de savon.

*
*     *

La rue du Dessous des Berges est située à 20 mètres au dessus des berges.

*
*     *

Le 7 juillet 1909, à la suite d'un orage subit qui éclatait vers 10 heures, un tuyau de cheminée en tôle tombait sur une marquise en verre dans la cour des écoles de la rue Fagon. Des éclats de verre blessaient légèrement cinq élèves qui étaient en récréation.

*
*     *

Eugène Oudiné, sculpteur et graveur en médailles, membre; de l'Académie des beaux-arts de Bruxelles, né le 1er janvier 1810, est décédé en avril 1887. Son nom était populaire car on pouvait lire sa signature sur toutes les pièces de monnaie frappées depuis 1870. Prix de Rome en 1851, il avait été élève de Gallé, de Petitot et d'lngres. Vers 1844, il fut attaché au Timbre et à la Monnaie. Ce qu'on connaît le plus de lui, ce sont les effigies des pièces de cent sous. Oudiné a pourtant exécuté bon nombre de statues.
La ville de Paris l'honora en 1934 en donnant son nom à la rue Watt prolongée.

L'image du jour

Le regretté bassin et son jet d'eau du square de la place d'Italie