Un jour dans le 13e

 paris-treizieme.fr — L’incendie des Gobelins

Les Gobelins.

Le Petit Moniteur universel — 1er juin 1871

Il a été publié sur l’incendie des Gobelins des renseignements plus ou moins contradictoires que la fièvre causée par les événements précipités auxquels nous venons d’assister et l’impossibilité de circuler librement dans un grand nombre de quartiers nous ont empêché de vérifier plus tôt

Nous avons commencé aujourd’hui notre excursion à travers Paris par les Gobelins, et nous avons pu recueillir sur les désastres subis par cette superbe manufacture des détails de la plus rigoureuse exactitude.

Le feu a détruit quatre-vingts mètres de bâtiments qui contenaient :
La galerie,
Un atelier renfermant six métiers,
Trois salles contenant des couleurs,
L’école de tapisserie, un atelier er de peinture et le magasin des plâtres.

Mais le plus grand désastre consiste en la destruction de la collection de tapisserie depuis Louis XIV jusqu'à nos jours.

Le projet des incendiaires était de livrer aux flammes la manufacture tout entière ; par un bonheur inespéré le feu a pu être coupé à son point de jonction avec les bâtiments d’habitation grâce au dévouement des artistes présents, de leurs femmes, de leurs enfants, de tout le personnel de la manufacture et de tous les honnêtes gens du quartier.

À force de courage, l’atelier du nord, ceux des tapis, le magasin général, les bureaux, la chapelle, les laboratoires, la teinture et tous les bâtiments occupés par le personnel ont pu être sauvés.

Il reste encore assez de matériel pour pouvoir employer tout le personnel de la manufacture et essayer de réparer ces horribles désastres.

Quant au chiffre des pertes, il ne peut être encore évalué. Il doit y avoir dans les décombres une certaine quantité de tapisseries qui ont pu être retirées.

Tout ce que l'on a pu dégager de ce que fut l'exposition des Gobelins est étalée dans la cour sous les rayons du soleil.

Ce sont des débris calcinés et dont le plus grande ne présente pas un mètre carré de superficie.

On distingue encore ça et là une tête, un bras, le pan d’un manteau royal, un coin du superbe tableau de l’aurore, tant admiré à l'exposition de 1867, etc. ; mais rien de tout cela n'est intact, rien n'est réparable !...

 

Le 13e avant et durant la Commune
(18 mars - 28 mai 1871)

Saviez-vous que... ?

L'Eglise Saint-Marcel de la Salpétrière fut construite en 1856 par l'architecte Blot aux frais de l'abbé Morisot qui, en septembre 1865, la céda à la ville de Paris moyennant 275.285 francs.

*
*     *

La rue Berbier du Mets tient son nom de Gédéon Berbier du Mets (1626-1709), qui fut le premier Intendant général du Garde-Meuble de la Couronne, ancêtre du Mobilier national.

*
*     *

En 1896, les 4 membres du conseil municipal de Paris représentant le 13ème arrondissement étaient :
Quartier de la Salpêtrière : Paul BERNARD, avocat à la Cour d'appel, rue Lebrun, 3.
Quartier de la Gare : NAVARRE, docteur en médecine, avenue des Gobelins, 30.
Quartier de la Maison-Blanche. : Henri ROUSSELLE, commissionnaire en vins, rue Humboldt, 23.
Quartier Croulebarbe : Alfred MOREAU, corroyeur, boulevard Arago, 38.

*
*     *

Le 29 juin 1935, Boulevard de la Gare, Mme Berthe Caudin, âgée de 76 ans, demeurant 17, place Pinel, traversait la chaussée sur un passage clouté, lorsqu'elle fut renversée par un motocycliste, Marcel Sage, demeurant 174, rue du Château des-Rentiers. Relevée grièvement blessée, Mme Caudin fut conduite à l'hôpital de la Pitié.

L'image du jour

Boulevard Blanqui à l'angle de la rue du Moulin des Prés, un jour de marché.

Le marché Blanqui fut créé pour prendre la relève du marché couvert des Gobelins qui ne répondait plus aux besoins de la population et qui avait probablement mal vieilli depuis sa construction en 1868. Initialement, le marché se tenait sur le terre-plein central du boulevard. Il a été déplacé sur le trottoir côté Maison-Blanche lors de la construction du métro. Auguste Blanqui est mort dans l'immeuble à gauche de la rue du Moulin-des-Prés, le 1er janvier 1881.