Les travaux de la petite ceinture entre la route de Chatillon et la Seine - juillet 1865

Les travaux de la petite ceinture entre la route de Chatillon et la Seine

Le Siècle — 24 juillet 1865

Après avoir passé en revue les travaux en cours d'exécution sur la ligne du chemin de fer de ceinture, entre la grande rue d'Auteuil et la route de Châtillon, il nous reste à parler de ce qui s'effectue entre la route de Châtillon et le pont sur la Seine en amont, pour avoir exploré tout le parcours de la section à ajouter à notre chemin circulaire pour le compléter.

Entre la route de Châtillon et la sortie du grand tunnel de Montrouge, la voie proprement dite peut être considérée comme achevée. Jusqu'à la rue du Chemin-Vert, elle file au fond d'une tranchée profonde dont les parois sont garnies de murs de soutènement au bas desquels passe une rigole pour l'écoulement des eaux. Dans cette partie du parcours, la voie est franchie par deux ponts : celui de la rue du Pot-au-Lait et le pont de l'avenue d'Orléans.

A l'ouest de celui-ci, on est en train de faire les fouilles nécessaires à la construction du bâtiment de la station de Montrouge, lequel sera en façade sur l'avenue d'Orléans, et communiquera avec les quais de l'embarcadère au moyen d'escaliers. Dans la tranchée qui s'étend entre cet embarcadère et l'entrée du grand tunnel, s'embranchera la voie de raccordement de la ceinture avec le chemin de fer de Sceaux.

Au dessous de la rue du Chemin-Vert s'ouvre le grand tunnel qui passe sous les hauteurs de Montsouris et a 900 mètres de longueur. Ce souterrain, établi comme celui de Vaugirard, sur d'anciennes carrières, a nécessité des travaux de substruction de même nature que ceux dont nous avons parlé à propos du tunnel en voie de construction sous le grenier à fourrage. Le tunnel de Montrouge se termine après avoir passé sous la ligne d'Orsay, et la voie se continue au fond d'une tranchée courbe que la dérivation d'Arcueil franchit dans un aqueduc d'une seule arche.

Cette tranchée, qui doit se raccorder avec le terrassement de la vallée de la Bièvre, après avoir passé sous la rue de la Glacière, est une des parties les moins avancées du travail ; mais cette fraction n'offrant aucune difficulté sérieuse pourra être achevée en fort peu de temps. Sur l'un des côtés du pont qui franchira la tranchée, la station de Gentilly sera construite en façade sur la rue de la Glacière.

Au delà de cette station, la voie débouche tout à coup sur la vallée de la Bièvre, qu'elle traverse sur un remblai dont la hauteur maximum est de 7 mètres. Ce remblai est traversé par le chemin des Peupliers et par la rivière de Bièvre, auxquels on a ménagé deux passages voûtés en arche de pont.

Toute celte section est terminée jusqu'au bas de l'ancien hameau du Bel-Air, qui sera franchi au moyen d'une tranchée à laquelle on travaille en ce moment : deux ponts de neuf mètres d'ouverture y livrent passage à la rue du Bel-Air et à la rue du Moulin-de-la-Pointe. Cette tranchée, à laquelle sont occupés de nombreuses équipes d'ouvriers, se continue au delà de l'avenue de Fontainebleau, passe sous la route de Choisy-le-Roi, sous la route d'Ivry, dans la rue Nationale, et débouche, un peu avant d'arriver au boulevard de l'Église, sur le remblai qui se prolonge jusqu'au pont de Bercy.

La route d'Italie, dont la largeur est de 45 mètres, sera franchie par un pont de 13 mètres d'ouverture ; sur l'un des côtés de ce pont se dressera le bâtiment de la station de la Maison-Blanche, qui s'alignera avec les maisons de l'avenue, et communiquera par des escaliers avec les quais à voyageurs qui occuperont tout l'espace compris entre la route d'Italie et celle de Choisy-le-Roi. Cette station sera également ouverte au service des marchandises. À partir de la rue Nationale, la voie s'engagera dans un souterrain long de 348 mètres, qui passera sous la butte du Moulin-Neuf. Ce souterrain, comme celui de Vaugirard, se construit à ciel ouvert, et forme maintenant une tranchée dans laquelle s'effectuent les travaux de maçonnerie.

À la sortie de ce tunnel, la butte s'abaisse rapidement, le remblai commence, et bientôt il rencontre le boulevard de l'Église, qui sera franchi sur un pont métallique dont les culées de pierre attendent dès à présent l'armature du tablier. Le remblai s'exhaussant au fur et à mesure que le sol s'abaisse vers la Seine, bouchera la rue du Chevaleret, qui sera remplacée par une rue de dérivation large de 12 mètres, et qui filera à pied d'œuvre jusqu'au boulevard de l'Église. À quelques mètres au delà de la rue du Chevaleret, le remblai est coupé par le passage du chemin de fer d'Orléans, qui sera franchi sur un pont métallique de 45 mètres de portée. Ici sera la station de correspondance des voyageurs de la ligne d'Orléans, et à quelques mètres plus loin le remblai vient se raccorder avec la voie qui franchit le pont Napoléon.


Menu des articles

Vu dans la presse...

1896

Logements à bon marché

Paris nous réserve toutes les surprises, et ses historiens, malgré leurs patientes recherches, n'arrivent que difficilement à nous signaler les faits bizarres, les trouvailles imprévues que les faits-divers nous révèlent chaque jour et par hasard.
On vient de découvrir qu'en plein cœur de la capitale il existe une maison habitée par une cinquantaine de locataires depuis plus de vingt ans et que cet immeuble n'a ni propriétaire ni concierge. (1896)

Lire

1904

La maison sans maître

Tout au bout de l'avenue d'Ivry, près des fortifications, se trouve une impasse dont l'accès est si étroit, qu'aucun véhicule n'y peut pénétrer sans raser et détériorer les murailles des maisons qui la bordent ; c'est le passage d'Ivry.
Tout au fond de ce passage se dresse une maison branlante, dont l'histoire est bien extraordinaire. (1904)

Lire

1907

La maison puante

Par quoi le fait de n'avoir ni propriétaire, ni concierge, ni loyer à payer ne constitue pourtant pas le bonheur.
M. Navarre a entretenu hier le conseil municipal d'une maison de son quartier qui n'a ni propriétaire, ni concierge, mais qui n'est pas sans locataires, ou plutôt sans habitants. (1907)

Lire

1927

La Butte-aux-Cailles nouvelle butte « sacrée »

Elle pourrait bien être en passe de gagner le titre de nouvelle Butte sacrée, cette Butte-aux-Cailles, au nom plein de charme évocateur, qu'on songe à la splendeur cynégétique ou à la petite amie souriante, chantante et potelée. (1927)

Lire

1861

Le nouveau Paris

L'ex-commune de la Maison-Blanche, au-delà du boulevard d'Italie, est une des parties annexées qui offrent le plus de difficultés pour le nivellement, car d'un côté il s'agit de franchir les hauteurs de la Butte-aux-Cailles, et de l'autre il faut remblayer des fondrières, des carrières abandonnées... (1861)

Lire

1863

Les projets pour le XIIIe arrondissement

Le treizième arrondissement se compose, comme le douzième, d'une fraction de l'ancien Paris et d'une partie annexée. Cette dernière est comprise entre les anciens boulevards extérieurs, les rues de la Santé et de la Glacière, les fortifications et la Seine. La butte des Moulins, la butte aux Cailles et les bas-fonds de la Bièvre, en font une des régions les plus mouvementées de la zone suburbaine, et, par conséquent, une de celles qui présentent le plus d’obstacles à une viabilité régulière; de là, des tâtonnements et de longues études. (1863)

Lire

1866

Les travaux du chemin de fer de Ceinture : du pont Napoléon au tunnel de Montsouris

Les travaux du chemin de fer de Ceinture, toujours conduits avec la même activité, sont terminés sur une grande partie, du parcours, en ce qui concerne les terrassements et les ouvrages d'art ; aussi a-t-on, déjà commencé le ballastage, la pose des voies et l'édification des bâtiments de stations. (1866)

Lire

1861

Le viaduc de la Bièvre

On continue à s'occuper très sérieusement du tracé du chemin de fer de ceinture sur la rive gauche ; les études du pont à jeter sur la Seine et celles du viaduc dans la vallée de la Bièvre sont maintenant terminées. (1861)

Lire

1925

Une nouvelle Cour des Miracles

Vous ne connaissez pas le passage Moret, cela n'est pas surprenant, car, sauf ses malheureux habitants, leur conseiller municipal qui se débat comme un diable pour les secourir, chacun à l'envi les oublie. Chaque fois que les représentants de l'administration se souviennent de ce restant de l'Ile des Singes, c'est pour lui causer un dommage nouveau. (1925)

Lire

1925

Les habitants du passage Moret vont être « clos et couverts »

Les pauvres et déplorables locataires de la ville de Paris, dans son domaine de l'Ile des Singes, partie dénommée sur la nomenclature le Passage Moret, vont apprendre avec joie que l'inondation de leurs taudis, par en haut, va cesser à bref délai. (1925)

Lire

1926

Un propriétaire avait vendu 100 francs son immeuble à ses locataires

Dans le populeux quartier des Gobelins, il est un groupe de gens à qui l'on a mis le bonheur — bonheur relatif, d'ailleurs — à portée de la main, et qui se disputent au lieu de le cueillir sagement. Ces gens demeurent sous le même toit, 9, passage Moret, voie vétuste qui semble être restée dans le même état qu'au temps des mousquetaires. (1926)

Lire

1927

La Ville de Paris osera-t-elle jeter à la rue les locataires du passage Moret ?

La Ville de Paris, qui loue pour rien les luxueux pavillons du Bois de Boulogne aux jouisseurs et aux parasites, veut expulser de malheureux travailleurs de logements peu confortables certes, mais pour lesquels ils paient un lourd loyer. (1927)

Lire

Ailleurs sur Paris-Treizieme