Sur la Bièvre...

 Le dernier soupir de la Bièvre - 1909

Le dernier soupir de la Bièvre

L’Aurore — 27 mars 1909

II est sur le point de s'exhaler. Le Conseil municipal vient de voter un crédit d'un million et demi, destiné à recouvrir les derniers vestiges de l'infortuné ruisseau dans les cinquième et treizième arrondissements.

Ces derniers vestiges, les fanatiques du vieux Paris pittoresque, qui sont plus nombreux qu'on ne pense, les connaissaient bien. L'an dernier encore, j'y ai fait un pèlerinage.

Tout près de la place d'Italie, au tournant d'une ruelle misérable, apparaissait une citerne rectangulaire, traversée de deux planches pourries et grasses, avec un garde-fou rouillé. Était-ce de l'eau, qui stagnait là ? Une sorte de purin mordoré où restaient suspendus, immobiles, des nuages gélatineux, verdâtres ou irisés.

On contemplait cette infamie avec horreur et attendrissement. C'était bien là ce que Huysmans avait superbement décrit, c'était bien le résidu ignoble de la fraîche rivière qui naît au pays de Hurepoix, près de Trappes et de Guyancourt, et qui semblait au vibrant écrivain « le plus parfait symbole de la misère féminine exploitée par une grande ville ». Mais depuis la brochure de Huysmans, elle avait eu à souffrir de nouvelles tortures.

Ce n'était pas assez que les moines de Saint-Victor l'eussent, au douzième siècle, contrainte à changer son itinéraire naturel, si riant et si libre depuis l'étang de Saint-Quentin, au travers de la vallée de Josas, pour lui faire traverser leur enclos.

Il ne suffisait pas que, dès 1822, on l'eût condamnée aux travaux forcés, en lui imposant la tâche de mettre en marche une tréfilerie, à Croulebarbe, une usine de charbon animal au moulin Fidel, une de vermicelle au moulin Copeau, une de papier au moulin Ponceau. On imagina des besognes plus basses.

Elle lava le varech à l'Hay, et broya de la moutarde à Gentilly. Ses eaux durent, entre Cachan et Arcueil, se laisser salir par cent quarante-quatre blanchisseries, et recueillir, à partir de Gentilly les débris jaunes et pestilentiels d'innombrables mégisseries.

Lentement, depuis la poterne des Peupliers, où elle pénètre dans Paris, on l'ensevelit dans un in-pace. Elle devint lépreuse, exhala des senteurs compliquées, nauséabondes, et se cacha, honteuse.

Son dernier historien, à qui sous empruntons ces détails, M. Adrien Mithouard, constate qu'elle eut toutes les déveines : jusqu'à arroser le Treizième arrondissement, â chiffre fatal que Passy, d'abord désigné, n'avait pas voulu accepter.

Si vous consultez les plans, vous croyez qu'au moins on la laisse mourir tranquille dans le lit du fleuve. Erreur : les plans retardent. Les ingénieurs se sont acharnés sur elle. La ligne d'Orléans, — Austerlitz-Quai d'Orsay, — l'a obligée à passer la Seine, en siphon.

La voilà sur la rive droite ! Dans quel état, pour se présenter dans les riches quartiers ! Elle se glisse sous le collecteur Marceau, et remonte vers Levallois. Une pompe formidable l'aspire jusqu'à Clichy. Elle en retombe, d'une traite, et repasse la Seine, en siphon. Comme dit M. Mithouard, elle a bouclé la boucle !

Épuisée, limoneuse, elle se perd enfin, en épandage, heureuse, peut-être, de se refiltrer dans la terre maternelle. Et c'est toute une vie humaine, quasi, — et lamentable !

II lui restait, près de la Butte-aux-Cailles, quelques soupiraux, par lesquels elle reprenait un peu l'air et clignotait sous le ciel. C'en sera bientôt fini.

Requiescat in pace !

F. Robert-Kemp.

A lire également du même auteur

Pauvres ruisseaux (1912)

Sur la Bièvre ...

La Bièvre à Paris

Gazette nationale ou le Moniteur universel (8 avril 1855)

Ce qu'il faut savoir sur la Bièvre

Dictionnaire de la conversation et de la lecture : inventaire raisonné des notions générales les plus indispensables à tous (1859)

Paris qui s'en va

A. Hermant (1865)

Les égouts et la Bièvre !

Le Siècle (14 janvier 1867)

La canalisation de la Bièvre !

Le Siècle (30 mars 1867)

La Bièvre — Un enfant asphyxié !

Le Droit (6 avril 1871)

Les eaux de la Bièvre !

Le Temps (7 décembre 1875)

La Bièvre

Charles Frémine (Illust. Auguste Lançon) (1876)

La Bièvre

Gazette Nationale ou le Moniteur universel (1877)

Le canal latéral de la Bièvre

Le Petit-Journal (1878)

Les berges de la Bièvre

Le Siècle (1878)

La Bièvre (in Croquis parisiens)

J.K. Huysmans (1880)

Pauvre Bièvre !

Le Rappel (1883)

L'empoisonnement de Paris

Le Petit-Parisien (1884)

La Bièvre

J.K. Huysmans (1886)

La Bièvre

Lucien Victior-Meunier (Le Rappel - 1887)

La Bièvre

Le Petit-Journal 22 septembre 1887)

La Bièvre

L'Intrangisant (1890)

La Bièvre

Alfred Ernst (1890)

Aux bords de la Bièvre

Rodolphe Darzens (1892)

La disparition de la Bièvre

Le Journal des débats politiques et littéraires (1893)

Le curage de la Bièvre

Le Soleil (1894)

La disparition de la Bièvre

Le Petit-Journal (1894)

La Bièvre

L'Intransigeant (1895)

La Bièvre

G. Lenotre (1896)

La Bièvre déborde

Pierre Véron (1897)

La Bièvre

Louis Sauty (1898)

Au bord du passé

Henri Céard (1898)

La Bièvre et ses bords

Le Figaro (1899)

Paris sur la Bièvre

Henri Céard (1900)

La Bièvre

Gustave Coquiot (1900)

Les colères de la Bièvre

La République française (1er juin 1901)

Le ruisseau malin

La République française (2 juin 1901)

A propos de la Bièvre

Le Temps (9 juin 1901)

La Bièvre (Le vieux Paris)

Paris (1902)

La Bièvre (Paris qui s'en va)

Gustave Coquiot (1903)

La Bièvre

La Petite République (1904)

Le long de la Bièvre

Georges Cain (1905)

Autour de la Bièvre

Georges Cain (1907)

La perdition de la Bièvre

Adrien Mithouard (1906)

La couverture de la Bièvre

A.-J. Derouen (1907)

Le danger de la Bièvre

Le Petit-Journal (1908)

Un voyage à l'île des singes

Raymond Lecuyer (1908)

Le dernier soupir de la Bièvre

F. Robert-Kemp (1909)

La Bièvre

Albert Flament (1911)

La fin de la Bièvre

Léon Gosset (1911)

Pauvres ruisseaux

F. Robert-Kemp (1912)

La rivière perdue (Léo Larguier)

Le Journal des débats politiques et littéraires (1926)

La Bièvre et la fête des fraises (Gustave Dallier)

Le Petit-Journal (1926)

Les fantaisies de la Bièvre

Léon Maillard (1928)

Saviez-vous que... ?

Henri Victor Yendt, commissaire de police de la ville de Paris, chargé des quartiers de la Salpêtrière et Croulebarbe, officier de Police Judiciaire, prit ses fonctions en 1897.

*
*     *

C'est la création de la rivière et des lacs du bois de Boulogne qui fit perdre aux prairies de la Glacière son caractère de lieu de rendez-vous pour les amateurs de patinage.

*
*     *

C'est en octobre 1894 que le conseil municipal de Paris décida, sur le rapport de M. Caplain, que la rue du Pot-au-Lait serait désormais appelée rue Brillat-Savarin. On décida lors de la même séance que la rue des Cornes prendrait le nom de rue Oudry.

*
*     *

Le 8 février 1885, vers dix heures, deux chevaux attelés à un camion de la compagnie du Nord, chargé de charbon, s’emportaient, rue du Moulinet : malgré les efforts du charretier, le nommé Bruli, ils n'ont pu être maintenus, la pente de la rue étant très rapide en cet endroit, et ils sont allés s'abattre contre un mur de clôture, passage Vandrezanne, n° 10.
Par suite, un des chevaux a été tué sur le coup, l'autre s'est blessé fortement aux jambes. Un pan du mur s'est écroulé, une porte a été brisée et le camion a été mis en pièces. Par un hasard providentiel, le charretier Bruli n'a eu aucun mal.

L'image du jour

La rue de la Butte-aux-Cailles vue en direction de la rue Bobillot.