Un jour dans le 13e

 Une escarmouche

Une escarmouche

Le Gaulois — 27 septembre 1870

À la porte d'Italie, le corps des chasseurs de Neuilly sous le commandement de M. de Jouvencel, ex-député, s'est déployés en tirailleurs vers trois de l'après-midi.

Ils ont échangé des coups de feu pendant plusieurs heures puisque chaque homme a pu brûler 180 cartouches environ.

Les pertes s’élèvent à un homme tué, un blessé et un disparu. Celles des prussiens sont égales aux nôtres.

Les chasseurs de Neuilly avaient environ 400 hommes engagés.

Le résultat de la journée est à notre avantage puisque les chasseurs de Neuilly ont délogé de tous les avant-postes prussiens qui s'étaient abrités derrière l'aqueduc d'Arcueil et les fourrés qui domine la vallée de la Bièvre.



Saviez-vous que... ?

Edmond Gondinet (7 mars 1828, Laurière – 19 novembre 1888, Neuilly-sur-Seine) dont une rue du 13ème arrondissement porte le nom était un auteur de théâtre qui fit jouer sur les scènes parisiennes une quarantaine de pièces.
On lui doit notamment "Le Plus Heureux des trois" en collaboration avec Eugène Labiche.

*
*     *

C'est en 1888 que le conseil municipal de Paris décida que la rue ouverte entre la rue de Tolbiac et la rue Baudricourt, prendra le nom de rue Larret-Lamalignie.
Larret-Lamalignie, capitaine de frégate, se fit sauter la cervelle plutôt que de rendre en 1871, le fort de Montrouge qu’il commandait.

*
*     *

Le groupe scolaire de la rue Fagon fut inauguré le dimanche 5 février 1899, soit sept ou huit ans après la fin de sa construction et son ouverture aux élèves. Cette inauguration eut lieu sous la présidence de M. Achille, conseiller municipal. Dans l'assistance très nombreuse, se trouvaient MM. Paul Bernard, député, Mossot et Rousselle, conseillers municipaux de l'arrondissement.

*
*     *

C'est par un décret impérial du 2 octobre 1865 que le boulevard de Vitry devint la rue de Patay.

L'image du jour

Le puits artésien de la Butte-aux-Cailles.

Il aura fallu 41 ans de travaux pour que l'eau du puits artésien de la Butte-aux-Cailles coule de façon utile. Débutés en 1863, suspendus pendant 20 ans à partir de 1872, repris et encore interrompus, les travaux se terminent en novembre 1903. Mais il faudra encore 20 ans pour que la piscine promise pour utiliser une eau devenue au fil du temps sans destination, soit inaugurée.