Un jour dans le 13e

 La Catastrophe de la rue de Tolbiac

La Catastrophe de la rue de Tolbiac

Le Gaulois — 22 octobre 1915

Dans la matinée d'hier, le général Galopin, commandant la place de Paris, accompagné de ses officiers d'état-major, est allé visiter les lieux de la catastrophe. Il a été guidé par M. Guillaume, commissaire divisionnaire, et par plusieurs témoins de la catastrophe.

Le général s'est longuement entretenu avec plusieurs rescapées. Il s'est fait longuement expliquer les diverses phases de l'explosion par le directeur de l'usine, M. Billand; dont la grande douleur fait peine à voir. Un jeune ouvrier de l'usine, blessé à la tête, a fait le récit suivant :

— Je sortais faire une course pour un de mes amis quand se produisit l'explosion. Ce fut une détonation épouvantable qui me projeta contre le mur l'usine, en un instant, fut un foyer ardent. J'étais abruti, épouvanté, tout était rouge autour de moi. Je restai quelques secondes sans pouvoir me rendre compte exactement de ce qui venait de se passer.

» Puis, j'entendis des cris de douleur; surtout des cris de femmes et de gosses qui pleuraient en s'enfuyant. Beaucoup de ces malheureux se tenaient la tête à deux mains, butant contre des débris, tombant, puis se relevant, courant encore. À mon tour, sur le point d'être atteint par des flammes, je dus m'enfuir en trébuchant. J'en suis sorti, je ne sais pas comment !

» Je me rappelle encore un détail qui vous prouvera comment cette explosion a provoqué des cas singuliers. La sentinelle, un soldat colonial, causait à l'entrée de l'usine avec une femme et un gardien de la paix. L'explosion se produit, le soldat est projeté dans les airs et son corps va se jucher sur le toit d'une maison voisine ; la femme, elle, est décapitée, son corps est projeté à trois cents mètres de là et va tomber sur la chaussée d'une rue. Par un hasard extraordinaire et heureux, l'agent, renversé seulement, s'est relevé sans une égratignure son képi seul était, en morceaux. »

D'après les derniers renseignements parvenus à la préfecture de police, le bilan, des victimes de la catastrophe s'élèverait cinquante-sept blessés et quarante-cinq morts. Parmi les blessés, six sont soignés à l'hôpital Cochin, trois à l'hôpital de la Croix-Rouge, les autres à l'hôpital de la Pitié.

Parmi les victimes, il faut compter un piquet de garde du 21è d'infanterie coloniale, — six hommes et un caporal — qui tous ont péri dans cette catastrophe.

On ne connaît pas encore la liste des morts dont l'identification sera très difficile pour un grand nombre, à cause de l'état des cadavres. On cite une fillette de l'école située en face de l'usine, qui passait là au moment de l'explosion, et qui fut tuée net. Deux des blessés qui avaient été transportés, l'hôpital de la Croix-Rouge, place des Peupliers, sont morts la nuit dernière.

Les funèbres recherches se sont poursuivies pendant toute la journée d'hier. Les corps ont été transportés la Morgue.

L'étendue et les causes de la catastrophe provoqueront, a-t-on affirmé, un débat au conseil municipal. Deux accidents s'étaient déjà produits dans cette même usine, maintenant disparue, et avaient fait des victimes.

Dans la matinée d'hier, MM. Laurent, préfet de police ; Lescouvé, procureur de la république ; Boucard, juge d'instruction ; les docteurs Socquet et Dervieux, médecins légistes, et M. Mouton, directeur de la police judiciaire, se sont rendus à la Morgue. Il y a là quarante-trois cadavres. Les deux blessés qui ont succombé l'hôpital portent, comme, nous venons de le dire, à quarante-cinq le chiffre des morts. On recherche, en outre, le cadavre du contremaître de l'usine Billand, que M. Delavenne, conseiller municipal, est venu réclamer. Le trouvera-t-on parmi les décombres de l'usine ou bien les restés de l'infortuné doivent-ils être compris parmi les débris humains qui ont été recueillis et non identifiés ? On ne peut se prononcer encore en ce qui le concerne.

À la Morgue, les magistrats ont essayé d'identifier les cadavres pendant que les médecins légistes se livraient à des constatations médicales et rédigeaient leur rapport sur les blessures. La plupart des corps sont horriblement carbonisés et rendus dès lors méconnaissables beaucoup ont été retrouvés presque nus, leurs vêtements ayant brûlé et s'étant réduits en poussière au moment de la relève.

Dans une salle spéciale, où les corps ont été déposes et où trente-quatre cercueils seulement contiennent des corps entiers, — d'autres ne contiennent que des débris — les familles ont été admises à défiler. Six corps ont pu être reconnus. Ce sont ceux de M. Louis Mipot, soldat au 21e colonial, reconnu par son père ; Mme Gilles, née Joséphine Duclos, passage Tolbiac 20, reconnue par son beau-frère et sa sœur ; Mme Roy, rue d'Alembert, reconnue par une voisine ;  Mme Lalande, rue de Clisson 12, reconnue par des voisins, et, enfin, une fillette de treize ans, Blanche Guéhin, rue du Banquier, 40.

Avant de quitter la Morgue, M. Laurent a remis à M. Gayral, commissaire de police du quartier de l'Arsenal, une somme de quinze cents francs, pour être distribuée aux familles des victimes, sans préjudice des sommes qui seront ultérieurement votées par le conseil municipal et qui seront réparties par les soins de Assistance publique. MM. Delanglade et Portaire, commissaires de police, ont été Chargés également de distribuer des secours

L'après-midi, M. Poincaré est allé à l'hôpital de la Pitié, où il a rendu visite aux blessés, auxquels il a distribué, à titre personnel, des secours s'élevant à 5,000 francs.

La catastrophe de la rue de Tolbiac - 20 octobre 1915


21 octobre


22 octobre


23 octobre


24 octobre


25 octobre


26 octobre


27 octobre


28 octobre


29 octobre


31 octobre


18 novembre


21 novembre


10 décembre


L'accident du 23 juillet 1915

Saviez-vous que... ?

Le pont National, oeuvre des ingénieurs Couche et Petit, a été achevé en 1853. Il portait initialement le nom de pont Napoléon III.

*
*     *

En 1863, le marché aux chevaux du boulevard de l'Hôpital se tenait le mercredi et le samedi de chaque semaine et le premier lundi de chaque mois. Quelques temps plus tard, le marché aux chevaux était appelé à migrer dans le 14e arrondissement pour permettre le percement du boulevard Saint-Marcel. Il revint dans le 13e en 1878.

*
*     *

En 1897, il y avait un magasin de porcelaine au 196 de l'avenue de Choisy dans laquelle le cheval du fiacre n°7119 entra le 26 mars…

*
*     *

Contrairement à la légende habituellement véhiculée par le parti communiste français, René Le Gall n'est absolument pour rien dans la création du jardin ouvert en 1938 et qui porte son nom depuis 1944.
Le jardin des Gobelins est une résultante de la convention conclue en 1934 entre l'État et la ville de Paris, en vue de la réimplantation du mobilier National dans le 13e arrondissement dont les terrains d'assise, situés en bordure de l'avenue Rapp, devaient être libérés en vue de l'exposition internationale de 1937.
Pour ce faire, l’État cédait à la ville le jardin historique des ouvriers de la manufacture des Gobelins à charge pour elle d’y réaliser une promenade publique sur le surplus du terrain où le nouveau mobilier national trouverait désormais sa place.

L'image du jour

Avenue des Gobelins