Dans la presse...

 La rue Mouffetard - 1858

Les futures grandes voies du 13e arrondissement

La rue Mouffetard

Le Siècle — 8 juin 1858

Les nouveaux boulevards Saint-Marcel et de la Santé, dont nous avons indiqué le parcours assurent de l'est à l'ouest de la ville d'excellents débouchés à travers les déserts du douzième arrondissement. Mais les besoins de la circulation générale exigeaient encore l'ouverture de lignes qui, traversant du sud au nord ces quartiers perdus à l'extrémité du Paris élégant, complèteraient le système d'améliorations que réclamaient à la fois les intérêts locaux et ceux de la population générale.

La rue Mouffetard -Extrait d'un plan de 1858

Pour y satisfaire, l'administration a décidé qu'à partir de la barrière de Fontainebleau, point culminant de la rive gauche de la Seine et dont le niveau serait considérablement abaissé de manière à réduire la pente trop rapide qui existe entre ce point et le fond de la vallée de la Bièvre, la rue Mouffetard serait élargie à quarante mètres.

Cet élargissement, appelé depuis si longtemps, ne porterait cependant que sur la partie de la rue Mouffetard comprise entre la barrière et la rue Fer-à-Moulin. Arrivée là, cette voie nouvelle se diviserait en deux branches, dont l'une irait à gauche retrouver le boulevard de Sébastopol, à la hauteur de la rue Soufflot et l'autre, à droite, serait dirigée vers la place Maubert.

De la barrière de Fontainebleau à la rue du Fer-à-Moulin, la rue Mouffetard, ainsi élargie, serait un véritable boulevard, décoré, comme les deux autres voies dont nous avons récemment parlé, de doubles plantations qui changeraient complétement et heureusement la physionomie connue jusqu'ici du faubourg Saint-Marceau.

Entre la barrière et la rue du Petit-Gentilly, un peu au dessus de la manufacture impériale de tapisseries, ce faubourg a déjà la largeur que l'on veut donner à la voie nouvelle ; mais, à partir de ce point, ce n'est pour ainsi dire qu'une ruelle fangeuse et d'une pente impraticable, aux maisons laides et malsaines, mal construites et inhabitables, qu'il est grand temps de remplacer par des maisons aérées, solides et commodes, plus en harmonie avec les maisons du reste de Paris.

Ch. Marville - La rue Mouffetard vue depuis l'emplacement de l'actuelle rue Abel Hovelaque vers 1865/67 (CC0 Paris Musées / Musée Carnavalet)

La voie nouvelle dégagera les rues du Banquier, des Fossés-Saint-Marcel (future rue Lebrun NdE) et Croulebarbe; elle fournira à la manufacture impériale des Gobelins, si intéressante à tant de titres des abords en rapport avec son importance; elle supprimera les petits bâtiments affectés au service du concierge et le bâtiment qui longe la rue Mouffetard et où sont logés quelques ouvriers de la manufacture; elle dégagera, en les traversant, les rues des Gobelins et de la Reine-Blanche, traversera les boulevards de la Santé et de Saint-Marcel-au point de leur intersection, dégagera les rues du Petit-Moine, de Valence et du Fer à-Moulin, et, à la hauteur de cette dernière, se divisera en deux branches de vingt mètres de largeur, l'une dirigée vers le boulevard de Sébastopol, l'autre dirigée vers la place Maubert, dont nous étudierons le tracé.

Une troisième branche, pour ainsi dire dans la direction même de la nouvelle voie, large de vingt mètres et se prolongeant jusqu'à l'extrémité des rues Pascal et Censier, rattacherait au fond de la vallée de la Bièvre ce système de lignes qui traversant la partie la plus éloignée de l'arrondissement.

Au point de vue de la circulation générale, des besoins de la population, de l'industrie et de la propriété de ces quartiers, cette transformation de la partie du faubourg Saint-Marcel, dont la misère était proverbiale, cette transformation est certainement de la première importance.

Elle est la conséquence naturelle de la loi du 13 avril 1850 sur les logements insalubres. L'exécution de cette loi, c'est à-dire l'élargissement de la rue Mouffetard combiné avec l'ouverture des boulevards Saint-Marcel et de la Santé, contribuera puissamment à modifier profondément, et même à faire disparaître les causes d'abandon et de dépopulation du douzième arrondissement.

La montée vers la barrière de Fontainbleau dans le plan dit de Turgot (1734-1736)

En outre, on débaptisera très certainement la rue Mouffetard. Cet ancien nom ne sera plus en harmonie avec sa physionomie nouvelle. Il ne dit rien comme étymologie, puisqu'il est difficile de retrouver Mons Cetardus dans Mouffetard, et, tout au contraire, il dit beaucoup trop comme réputation d'insalubrité : il est comme le type ou l'image du quartier le plus mal habité de la capitale, et cela n'est pas sans influence sur l'éloignement de certaines personnes. Aucune origine certaine, aucun souvenir historique ne motivant ni ne protégeant le nom de cette rue, on pourrait sans nul inconvénient le changer et lui substituer avec avantage celui de rue de Fontainebleau, ou, mieux encore, rue d'Italie, puisqu'elle aboutit à l'importante barrière connue sous ces deux noms.

Le percement de la rue Mouffetard et l'arasement de la future place d'Italie - Gravure parue en 1868

A lire également

L'élargissement de la rue Mouffetard et l'aménagement de la place d'Italie (1867)



Les futures grandes voies du XIIIe

Sur les futurs boulevards Saint-Marcel et Port-Royal :

Sur le futur boulevard Arago :

Sur la future avenue des Gobelins :

Sur les boulevards extérieurs

Sur la rue de Tolbiac (rue du Transit)

Sur le pont de Tolbiac sur la Seine

Saviez-vous que ...

Les travaux d'aménagement de la Place d'Italie furent terminés en 1879 et celle-ci fut considérée comme l'une des plus belles de Paris.

L'image du jour

Ruelle des Gobelins (Berbier du Mets)

Vu dans la presse...

1933

Arsène Lupin à l’Eden des Gobelins

A l'Éden des Gobelins, l'entr'acte passe en grande vedette, vers 10 h. 20. (1933)

Lire

1904

Les on-dit

Mais je vous jure que je n'ai jamais mis les pieds aux Gobelins, Comme tout vrai Parisien, je connais mal Paris. Je serais aussi dépaysé aux Gobelins que dans l'Arkansas. (1904)

Lire

1911

Élection de la reine de l'Association artistique du treizième arrondissement

Cinq cents personnes environ assistaient, hier soir, à l'Eden des Gobelins, à l'élection de la reine de l'Association Artistique du treizième arrondissement. (1911)

Lire

1900

Une visite à la Manufacture des Gobelins

Nous avons visité les Gobelins à onze heures. C'est le moment le plus propice pour recueillir une impression personnelle. À cette heure matinale, en effet, la foule des touristes n'a pas accès dans la manufacture ; le travail bat son plein dans la cité, et le chantier et l'atelier présentent leur physionomie réelle que n'a pas encore altérée la fatigue d'une demi-journée de labeur. (1900)

Lire

1896

Le 14 juillet des miséreux

Nous nous sommes rendu à l'asile Nicolas-Flamel, 71, rue du Château-des-Rentiers, un asile modèle, d'une extraordinaire propreté, disons le mot d'une belle coquetterie. (1896)

Lire

1922

Hôtel particulier rue du Château-des-Rentiers

Le Refuge Nicolas-Flamel, asile de nuit, est installé rue du Château-des-Rentiers. Délicate attention du hasard. Tout auprès, rue de Tolbiac, il est une gare, munie de ce fronton : Entrée — CEINTURE — Sortie. On s'étonne qu'il n'y ait point, ajoutés par un pauvre, cinq lettres de réponse : «Merci ! » (1922)

Lire

1901

La chapelle Bréa

Là-bas, tout au bout de l'avenue d'Italie, près de la barrière de Fontainebleau, s'élevait une toute petite chapelle, mystérieusement fermée, et dans laquelle, depuis 1893, personne n'avait prié. Les habitants disaient en passant : c\'est la « chapelle Bréa », beaucoup sans comprendre le sens de cette dénomination. (1901)

Lire

1891

Une tournée apostolique à la Maison-Blanche

L'abbé Garnier a fait cette semaine une tournée apostolique à la Maison Blanche C'est un bon coin de Paris, plein d'honnêtes travailleurs, mais, hélas ! aussi, un pauvre nid à misère. (1891)

Lire

1869

L'aménagement du XIIIè arrondissement

Les grands percements ne font point défaut au XIIIe arrondissement; on peut même dire que l'importance des voies dont il est sillonné est hors de proportion avec les ressources et les mœurs de la population qui l'habite. L'administration municipale n'a donc que peu de chose à faire pour compléter son œuvre au point de vue de la viabilité. (1869)

Lire

1890

Au treizième arrondissement

Rue du Moulin-des-Prés, treizième arrondissement, quartier de la Maison-Blanche, il a été ouvert, il y a un certain temps, une immense décharge, en vue de remblayer la vallée de la Bièvre. Dans cette décharge ont été apportées toutes sortes d'immondices. On y a même apporté des terres provenant de cimetières... (1890)

Lire

1904

A propos de l'inauguration du puits artésien de la Butte-aux-Cailles

Tandis que Paris se trouve condamné à boire de l'eau contaminée, on a accueilli, avec bonheur, la nouvelle de l'inauguration du fameux puits artésien de la Butte aux Cailles.
La chose vaut qu'on s'y arrête, car il ne s'agit pas de moins de dix mille mètres cubes, ou de dix millions de litres d'eau pure qui vont être donnés, chaque jour, aux Parisiens. Par ces temps de fièvre typhoïde, d'eau de Seine filtrée, voire non filtrée, ce n'est pas là quantité négligeable. (1904)

Lire

1877

Les grands travaux de l’édilité parisienne

Dans le XIIIe arrondissement, quartier de la Butte-aux-Cailles, c'est toujours de la grande voie de transit que l'on s'occupe. (1877)

Lire

Ailleurs sur Paris-Treizieme