Dans la presse...

 La rue Mouffetard - 1858

Les futures grandes voies du 13e arrondissement

La rue Mouffetard

Le Siècle — 8 juin 1858

Les nouveaux boulevards Saint-Marcel et de la Santé, dont nous avons indiqué le parcours assurent de l'est à l'ouest de la ville d'excellents débouchés à travers les déserts du douzième arrondissement. Mais les besoins de la circulation générale exigeaient encore l'ouverture de lignes qui, traversant du sud au nord ces quartiers perdus à l'extrémité du Paris élégant, complèteraient le système d'améliorations que réclamaient à la fois les intérêts locaux et ceux de la population générale.

La rue Mouffetard -Extrait d'un plan de 1858

Pour y satisfaire, l'administration a décidé qu'à partir de la barrière de Fontainebleau, point culminant de la rive gauche de la Seine et dont le niveau serait considérablement abaissé de manière à réduire la pente trop rapide qui existe entre ce point et le fond de la vallée de la Bièvre, la rue Mouffetard serait élargie à quarante mètres.

Cet élargissement, appelé depuis si longtemps, ne porterait cependant que sur la partie de la rue Mouffetard comprise entre la barrière et la rue Fer-à-Moulin. Arrivée là, cette voie nouvelle se diviserait en deux branches, dont l'une irait à gauche retrouver le boulevard de Sébastopol, à la hauteur de la rue Soufflot et l'autre, à droite, serait dirigée vers la place Maubert.

De la barrière de Fontainebleau à la rue du Fer-à-Moulin, la rue Mouffetard, ainsi élargie, serait un véritable boulevard, décoré, comme les deux autres voies dont nous avons récemment parlé, de doubles plantations qui changeraient complétement et heureusement la physionomie connue jusqu'ici du faubourg Saint-Marceau.

Entre la barrière et la rue du Petit-Gentilly, un peu au dessus de la manufacture impériale de tapisseries, ce faubourg a déjà la largeur que l'on veut donner à la voie nouvelle ; mais, à partir de ce point, ce n'est pour ainsi dire qu'une ruelle fangeuse et d'une pente impraticable, aux maisons laides et malsaines, mal construites et inhabitables, qu'il est grand temps de remplacer par des maisons aérées, solides et commodes, plus en harmonie avec les maisons du reste de Paris.

Ch. Marville - La rue Mouffetard vue depuis l'emplacement de l'actuelle rue Abel Hovelaque vers 1865/67 (CC0 Paris Musées / Musée Carnavalet)

La voie nouvelle dégagera les rues du Banquier, des Fossés-Saint-Marcel (future rue Lebrun NdE) et Croulebarbe; elle fournira à la manufacture impériale des Gobelins, si intéressante à tant de titres des abords en rapport avec son importance; elle supprimera les petits bâtiments affectés au service du concierge et le bâtiment qui longe la rue Mouffetard et où sont logés quelques ouvriers de la manufacture; elle dégagera, en les traversant, les rues des Gobelins et de la Reine-Blanche, traversera les boulevards de la Santé et de Saint-Marcel-au point de leur intersection, dégagera les rues du Petit-Moine, de Valence et du Fer à-Moulin, et, à la hauteur de cette dernière, se divisera en deux branches de vingt mètres de largeur, l'une dirigée vers le boulevard de Sébastopol, l'autre dirigée vers la place Maubert, dont nous étudierons le tracé.

Une troisième branche, pour ainsi dire dans la direction même de la nouvelle voie, large de vingt mètres et se prolongeant jusqu'à l'extrémité des rues Pascal et Censier, rattacherait au fond de la vallée de la Bièvre ce système de lignes qui traversant la partie la plus éloignée de l'arrondissement.

Au point de vue de la circulation générale, des besoins de la population, de l'industrie et de la propriété de ces quartiers, cette transformation de la partie du faubourg Saint-Marcel, dont la misère était proverbiale, cette transformation est certainement de la première importance.

Elle est la conséquence naturelle de la loi du 13 avril 1850 sur les logements insalubres. L'exécution de cette loi, c'est à-dire l'élargissement de la rue Mouffetard combiné avec l'ouverture des boulevards Saint-Marcel et de la Santé, contribuera puissamment à modifier profondément, et même à faire disparaître les causes d'abandon et de dépopulation du douzième arrondissement.

La montée vers la barrière de Fontainbleau dans le plan dit de Turgot (1734-1736)

En outre, on débaptisera très certainement la rue Mouffetard. Cet ancien nom ne sera plus en harmonie avec sa physionomie nouvelle. Il ne dit rien comme étymologie, puisqu'il est difficile de retrouver Mons Cetardus dans Mouffetard, et, tout au contraire, il dit beaucoup trop comme réputation d'insalubrité : il est comme le type ou l'image du quartier le plus mal habité de la capitale, et cela n'est pas sans influence sur l'éloignement de certaines personnes. Aucune origine certaine, aucun souvenir historique ne motivant ni ne protégeant le nom de cette rue, on pourrait sans nul inconvénient le changer et lui substituer avec avantage celui de rue de Fontainebleau, ou, mieux encore, rue d'Italie, puisqu'elle aboutit à l'importante barrière connue sous ces deux noms.

Le percement de la rue Mouffetard et l'arasement de la future place d'Italie - Gravure parue en 1868

A lire également

L'élargissement de la rue Mouffetard et l'aménagement de la place d'Italie (1867)



Les futures grandes voies du XIIIe

Sur les futurs boulevards Saint-Marcel et Port-Royal :

Sur le futur boulevard Arago :

Sur la future avenue des Gobelins :

Sur les boulevards extérieurs

Sur la rue de Tolbiac (rue du Transit)

Sur le pont de Tolbiac sur la Seine

Dans la presse...


Renseignement bien donné, circulation améliorée

Les boulevards qui font le tour de Paris ont été aménagés, élargis. De nombreux passages souterrains leur permettent d'éviter le croisement avec les routes nationales lorsqu'elles pénètrent dans la capitale. (1938)

Lire la suite


L'oasis et le cloaque

Il y a des quartiers de Paris qui n'ont vraiment pas de chance ! Le quartier de la Gare, dans le treizième arrondissement, par exemple... (1934)

...


Un métier inconnu

Rue Xaintrailles, derrière l'église Jeanne d'Arc, demeure une pauvre vieille grand'maman qui nourrit sa fille et ses petites-filles de crottes de chiens cueillies à l'aube sur les avenues qui rayonnent de la place d'Italie. (1893)

...


La Ville de Paris va-t-elle enfin s'occuper de la cité Jeanne-d'Arc ?

Près de la place d'Italie, entre la rue Jeanne-d'Arc et la rue Nationale, la cité Jeanne-d'Arc forme une sorte de boyau gluant, sombre, bordé de mornes bâtisses de cinq ou six étages aux murs zébrés de longues moisissures. Dès la tombée de la nuit, le coin n'est pas sûr... (1931)

...


La cité Jeanne-d'Arc a été nettoyée de ses indésirables

La Cité Jeanne-d'Arc, cet îlot lépreux et insalubre qui, dans le 13e arrondissement, groupe autour de quelques ruelles ses immeubles sordides, entre la rue Jeanne-d'Arc et la rue Nationale, a vécu aujourd'hui un véritable état de siège. (1935)

...

Saviez-vous que... ?

Dans son numéro du 19 mars 1872, le Petit Journal signalait à ses lecteurs la vaillante conduite d'une jeune fille-de douze ans, l'aînée de six enfants, dont la mère, demeurant rue Buot, 17, quartier de la Butte aux Cailles (13° arrondissement) était malade à ce moment.
Levée à trois heures du matin, elle allait travailler dehors et gagnait 1 fr. 50 c., pour nourrir toute la famille ; en rentrant de son ouvrage, elle soignait ses frères et sœurs comme l’aurait fait la meilleure des mères.

*
*     *

C'est en 1888 que le conseil municipal de Paris décida que la rue ouverte entre la rue de Tolbiac et la rue Baudricourt, prendra le nom de rue Larret-Lamalignie.
Larret-Lamalignie, capitaine de frégate, se fit sauter la cervelle plutôt que de rendre en 1871, le fort de Montrouge qu’il commandait.

*
*     *

En 1889, E. Pion, médecin vétérinaire, inspecteur de la Boucherie à Paris dénombrait 40 chèvres séjournant régulièrement à la Porte d'Italie et 15 à la Poterne des Peupliers.

*
*     *

C'est en 1880 que commencèrent les travaux de construction de la gare de La Glacière-Gentilly sur la petite ceinture parallèlement à ceux de la gare de Grenelle.

L'image du jour

La mairie du XIIIe

Le premier bâtiment de la Mairie en façade de la place d'Italie est dû à Paul-Henri Bonnet, architecte né en 1828, grand prix de Rome. Les travaux commenèrent en 1873. Bonnet les suivit jusqu'à sa mort en 1881. Des extensions de la mairie furent peu à peu constuites et elle occupa finalement, à la fin du XIXe siècle, tout le quadrilatère formé par la place d'Italie, l'avenue des Gobelins, la rue Philippe de Champaigne et le boulevard de l'Hôpital.