Dans la presse...

 La Fête Nationale du 30 juin 1878

La Fête Nationale du 30 juin 1878

Treizième Arrondissement

Le Figaro — 1er juillet 1878

La fête se double dans cet arrondissement d'une petite cérémonie officielle très attendue des habitants l'inauguration du bassin de la place d'Italie.

La cérémonie a été, ainsi qu'il convenait, plus cordiale que solennelle. Pas de discours ; quelques paroles seulement échangées entre M. Barraban, ingénieur en chef de l'arrondissement, et le maire, l'honorable M. Duplessy, qui était rayonnant. Ses administrés paraissaient, du reste, dans le ravissement.

— Hein, s'écriait un d'eux, ceux de la barrière du Trône qui étaient si fiers de leur bassin, les voilà enfoncés !

Vers une heure, aussitôt après la cérémonie, ont commencé les jeux, les courses de vélocipèdes, les concerts de fanfares, etc. Le mât de cocagne a été très fréquenté par les jeunes gandins de ces parages. Néanmoins nous avons pu constater que plus des trois quarts des grimpeurs se repliaient sans avoir même pu sentir le goût des saucissons, jambonneaux et autres victuailles accrochées à la couronne.

Une fête foraine a été installée sur les boulevards de l'Hôpital, d'Italie, de la Gare et avenue des Gobelins. Les marchands sont nombreux à cette foire, on y trouve en outre et à profusion tous les amusements ordinaires chevaux de bois hollandais, chemins de fer circulaires, troupe dramatique, cirque, saltimbanques balançoires loteries, massacres, etc.

Pendant toute la journée la circulation des voitures a été difficile dans les environs des lieux de réjouissance à six heures elle a dû être interdite, même pour les omnibus et tramways.

Il s'est bien produit dans la journée quelques petits accidents, mais il n'en est heureusement résulté que des dégâts matériels.

Ainsi un monsieur, qui trouvait sur l'impériale d'un omnibus s'étant levé mal à propos, a fait chavirer un lustre de verres de couleur dont l'huile s'est immédiatement répandue, en pluie sur tous les habitants de l'impériale. Quoique cette pluie ait été la seule de la journée, les voisins du maladroit ont trouvé qu'elle était encore de trop !



Saviez-vous que ...

C’est en 1877 que la rue du Marché aux porcs, ainsi dénommée en raison de sa proximité avec un ancien marché aux bestiaux prit le nom de rue de la Vistule. Sa longueur est de 230 mètres.

L'image du jour

L'hôpital de la Salpétrière

Vu dans la presse...

1906

Le Métropolitain (Place d'Italie-Place Mazas)

La ligne ouverte à l'exploitation, au commencement du mois dernier, — de la place d'Italie à la gare d'Orléans, — complétée par la section Orléans-Mazas et le raccordement Mazas-Gare de Lyon mis en service le 14 juillet, assure, dès à présent, des relations directes entre toutes les lignes exploitées, et a permis — comme l'indique notre plan général — la constitution d'un premier réseau homogène. (1906)

Lire

1930

Inauguration de la ligne Odéon-Place d'Italie

Le réseau du Métropolitain compte une ligne de plus, ou, plus exactement, deux tronçons de lignes complémentaires : l'un qui prolonge la ligne n° 10 de l’Odéon à la place Monge, et l'autre qui étend la ligne n° 7 de la place Monge à la place d'Italie... (1930)

Lire

1872

Un marché de banlieue

En sortant de Paris par la porte d'Italie un dimanche ou un jeudi, on se trouve immédiatement entouré de mendiants, d'aveugles, d'estropiés, de saltimbanques. C'est l'avant-garde du marché, qui se tient sur le terrain compris dans la zone des fortifications sur la route d'Ivry. (1872)

Lire

1881

Le 14 juillet 1881 dans le 13e

Nous voici dans le treizième. Même intérêt, même goût, même ardeur à bien faire... (1881)

Lire

1897

Un syndicat d'indigents

La cour des Miracles était hier soir en grand émoi ; elle avait transporté cahin-caha, béquillant et gesticulant, ses pénates dans le quartier de la Gare, rue Nationale, tout là-bas, au bout de Paris, près de la barrière d'Italie. Il faut dire que le 13° arrondissement a un maire, M. Thomas, « qui fait des économies sur les fonds alloués par la Ville au service de bienfaisance, et qui, cette année, a rendu 50,000 francs à l'Assistance publique. (1897)

Lire

1890

L'épidémie de la Maison-Blanche

Au moment où le service de statistique municipale constatait avec satisfaction une décroissance notable de la mortalité dans Paris, une épidémie éclatait dans un quartier excentrique et y jetait l'effroi. Le quartier contaminé est celui de la Maison-Blanche, situé dans le treizième arrondissement, sur les bords de la Bièvre. (1890)

Lire

1891

La reconstruction des Gobelins

Il paraît décidé qu'on conservera pieusement les ruines de la Cour des Comptes, comme souvenir de 1871. Mais il est un autre monument, également ruiné par la Commune et dont la vue séduit beaucoup moins : la façade de la manufacture des Gobelins « provisoirement » remplacée par une construction en platras et une palissade en planches. (1891)

Lire

1912

Sauvons les Gobelins !

Dans la pénurie lamentable des crédits affectés aux beaux arts, le budget des Gobelins est peut-être le plus précaire. (1912)

Lire

1897

La voiture de la Mie de Pain

Souvent nous avons parlé de cette gentille œuvre la Mie de Pain, qui a rendu depuis six ans de si grands services aux pauvres de la Maison-Blanche. (1897)

Lire

1893

Les travaux à réaliser dans le XIIIè

La revue "Les Annales industrielles" a dressé la liste des travaux de voirie à réaliser dans le XIIIè arrondissement (1893)

Lire

1910

Les prochains grands travaux de Paris

Sur l'emprunt de 900 millions, dont la majeure partie doit servir à exécuter dans Paris de grands travaux de voirie (ce qui n'exclut pas ceux qui ont été décidés antérieurement à l'adoption de ce vaste plan de campagne), les quatre quartiers du treizième arrondissement auront une assez forte part. (1910)

Lire

1910

La crue persiste

Au service hydrométrique, on escompte la cote de 5m.20 à Paris-Austerlitz d'ici à lundi matin et on espère qu'elle ne sera pas sensiblement dépassée. (1910)

Lire

Ailleurs sur Paris-Treizieme