Les gosses en marge - 6

Les gosses en marge

6 - Ceux de la Glacière, rois des chapardeurs

De chaque côté de l'avenue d'Italie, la butte Jeanne-d'Arc et la Butte-aux-Cailles se regardent, avec l'air de deux bons larrons complices de plus d'un tour. Par là, la faubourienne indolente, les cheveux dans les yeux, en tablier et en savates ; par ici, l'« affranchi ». Les gosses des deux se valent.

Ce n'est point tant sur le haut de la butte qu'il faut chercher les émules de Mimile. Ce quartier-là est en pleine mue. Des démolisseurs ont mis bas les maisonnettes de naguère; des immeubles neufs ont poussé. Place Paul-Verlaine, rue Bobillot, on commence (qui l'eût cru ?) à regarder de travers les femmes sans chapeau, les jeunes hommes en souliers de drap. Bref la Butte, qui porta si longtemps casquette, est en train de s'acheter un feutre.

Mais au pied de ce territoire conquis aux lois et à l'urbanisme, la liberté garde ses allures. Rue Brillat-Savarin, rue de la Fontaine-à-Mulard, place de Rungis, on marche sur la marmaille. Et quelle marmaille !

Plus crasseuse, plus morveuse, plus effrontée encore que celle de la cité Jeanne-d'Arc, une cohue de petits pillards qu'égrène le groupe des habitations à bon marché.

Ah philanthropie ! que de crimes on commet en ton nom ! Quand on a donné à quelques centaines de pauvres familles ces beaux immeubles aux briques luisantes, égayés de balcons coquets par où entre le rire du soleil, on leur a dit avec emphase :

« Vous voici chez vous, soyez heureuses. » Et les familles se sont installées ; mais beaucoup se sont crues encore au temps où, sur la zone, elles déclouaient des pans de leurs chambres pour allumer leur feu ; celles-ci ont arraché des lames de parquet, celles-là brûlé les portes intérieures. Et maintenant, rue Brillat-Savarin, il y a une cité Jeanne-d'Arc qui naît.

S'il n'y avait pas une gare rue de Tolbiac, que feraient Mimile et ses camarades ? Dieu merci, les Mimiles de la Glacière en ont une — de gare — eux aussi. C'est place de Rungis qu'ils vont au charbon ; et eux, au moins, ils ont le mérite de la franchise.

Dès deux heures, ils descendent en troupe, celui-ci avec une « poche », celui-là poussant une caisse montée sur deux roues de voiture d'enfant. En groupe, sans prendre la peine de s'égailler, ils s'installent devant le porche. Gare au camion qui sort en flânant ! Eux ne flâneront pas pour vous crever un sac de houille et récolter à dix pas de la station d'autobus, sans ruse ni crainte, leur bien mal acquis.

Tout d'ailleurs leur est de bonne prise. Je les ai vus piller une camionnette d'oranges. L'auto était arrêtée contre la gare ; le chauffeur vidait, au café le plus proche, une canette de bière. La bande s'approche — six garçons, une fille, une gosseline de dix ans fardée de crasse et de poussière. Les menottes sales talent l'épaisseur et la solidité des cordes qui lient les caisses ; des doigts se glissent entre les lattes derrière lesquelles luisent les panses rougeâtres. Enfin, voici un couvercle qui s'ébranle ; on l'aurait, en grimpant dans la bagnole :

— Vas-y, toi.

— Non, toi.

Les gosses hésitent. Le chauffeur est tout de même bien près. S'il se retournait !... Mais la fillette a plus d'audace ; ces femmes, ça n'a peur de rien. D'un bond elle est dans la voilure, brise la cagette, jette des fruits, ressaute à terre. Ce goûter juteux et sucré va faire trouver l'affût moins long.

Ils l'ont tranquillement dégusté devant moi, qui pouvais témoigner de leur vol.

R. Archambault.
menu-promenade

Les promenades

Les promenades
de Georges Cain

Le long de la Bièvre : la ruelle des Gobelins, le passage Moret, le Champ de l'alouette (1905)

Le Figaro (1905).

Autour de la Bièvre : Le logis de la Reine Blanche — L’ile aux singes

Le Figaro (1907).

Un coin du vieux Paris victime de la guerre

Les annales politiques et littéraires (1917)

Le roman de la Bièvre
par Elie Richard

Chapitre IV

Chapitre V

1922

Les quartiers
qui changent de visage

Une promenade à l’ancienne Butte-aux-Cailles

L'Intransigeant (1923)

Paysages parisiens

Sur la Butte-aux-Cailles

Le Petit-Journal (1925)

Découvertes de Paris

Payages tentaculaires

L'ère nouvelle (1926)

Les gosses en marge
par R. Archambault

1 - Dans l'ombre de la Cité Jeanne-d'Arc.

2 - Une leçon d'école… charbonnière.

3 - Ici on est nourri gratis.

4 - La naissance d’un clown.

5 - Petites fugues sur un thème banal

6 - Ceux de la Glacière, rois des chapardeurs.

7 - Les bonnes opinions sont celles qui font vivre.

8 - Et quand ils seront grands.

Paris-Soir (1929)

Promenade à travers Paris

Là où jadis coulait la Bièvre

Le Matin (1929)

La Tournée
par Elie Richard

Autour de la Butte-aux-Cailles

Le Faubourg Souffrant

Paris-Soir (1930)

Les vestiges
pittoresques du passé

de la Butte-aux-Cailles aux Gobelins

Le Journal (1931)

Claude Blanchard

La Glacière et les Gobelins

Le Petit Parisien (1931)

Paris 1933

Le Treizième arrondissement

Le Journal (1933)

Saviez-vous que... ?

A la barrière des Deux-moulins, le bal de la Belle Moissonneuse était fréquenté par les maquignons.


En février 1893, le conseil municipal de Paris, sous la conduite de M. Ernest Rousselle, décidait ce qui suit pour le 13ème arrondissement : Ouverture de la rue Bobillot, entre la place d'Italie et la rue du Moulin-des-Prés ; ouverture de la rue Caillaux ; mise en état de viabilité de la rue Croulebarbe ; ouverture d'une voie nouvelle, de la rue de Tolbiac à la gare d'Orléans-Ceinture ; prolongement de la rue Jeanne-d'Arc ; achèvement de la rue Pascal ; ouverture de la rue des Messageries ; mise à l'alignement de la ruelle des Gobelins.


En janvier 1910, c'est Mlle Rose Boyer, une délicieuse blonde de vingt et un ans, qui exerçait la délicate profession de brodeuse, et qui demeurait 12, rue de l'Espérance ainsi que le précisait Le Journal, qui fut élue Reine du 13e arrondissement par l'Association artistique dudit arrondissement, affiliée au comité des fêtes de Paris, et ce, au théâtre des Gobelins.



Teaser 6 articles

Ailleurs sur Paris-Treizieme