Promenades

 Le roman de la Bièvre - Chapitre 8

Le roman de la Bièvre

Elie Richard (1922)

Extrait précédent

 

Chapitre VIII

Un chapitre de l'histoire de Paris demeure, je crois, à écrire, c'est celui des rivières de Paris. On ne connaît bien que la reine, je veux dire la Seine. Les autres, hormis la Bièvre, on n'en parle guère.

Les rivières « secondes », dans les villes, ont un charme particulier. On les abandonne. Elles vivent cachées, à l'ombre des vieux murs. Il semble qu'elles portent de la solitude à fleur d'eau et du silence qui empoudre leur tain. La Bièvre fut ainsi. L'Eau-de-Robec, à Rouen est tout de même cachée et à l'abandon.

Les rivières de Paris, ont, une à une, disparu. La Bièvre a tenu longtemps. Il n'y a place que pour les forts. Le ruisseau de Ménilmontant, la Grange-Batelière, la Noue, dite Petite-Seine, sont défunts. Au fait, hormis la Bièvre, ils n'ont de vie propre. La ville perpétuellement croissante a emprunté leurs lits pour en faire ses exutoires. On a cru à leur vigueur : rivières n'étaient que des servantes passives. Elles n'étaient point des artères, des vaisseaux, mais des intestins, des boyaux. Il a fallu les couper, les nettoyer, enfin les abolir.

D'ailleurs, ces rivièrettes étaient plus ou moins soutenues par la Seine. Celle à qui elles apportaient leur mince afflux, leur donnait un influx caché, une nourriture mystérieuse. La Seine, en effet, resserrée en son lit accoutumé, n'a pas toujours borné là ses ivresses.

Elle s'est étalée autrefois sur la rive droite, comme sur la rive gauche, passé la Montagne Sainte-Geneviève, mais surtout sur la droite.

Lorsque Grégoire de Tours m'a appris qu'en 583 des naufrages avaient eu lieu en vue de la basilique Saint-Laurent, j'ai été avec tout le monde fort étonné. Saint-Laurent, songez-y, au boulevard Magenta ! Il y avait donc une eau, large, porteuse de bateaux, en vue de Saint-Laurent. Ce ne pouvait être le mince ruisseau de Ménilmontant, la Grange-Batelière. Tout simplement, c'était la Seine.

Elle sortait du marais, longeait les murs, contournait Paris, venait expirer au pied de Chaillot dans la Seine principale. Le canal Saint-Martin, qui croyait-on, supplantait le fossé de la Bastille, suit assez bien une part de l'ancien lit de cette seconde Seine disparue.

Quelle victoire, pour Paris et les hommes qui lui ont fait un sol ferme que d’avoir anéanti un bras aussi important du fleuve ! Que pouvait faire le ruisseau de Ménilmontant, la Grange-Batelière, lorsque la Seine avait été battue ?

Tout ceci est pleinement confirmé par les récentes observations de M. Ch. Vélain. Des fouilles faites en 1922, rue Taitbout, ont fait reconnaître, à cinq ou six mètres, une nappe de lœss, le limon de la Seine.

(*) D'anciens plans portent un tracé de la Noue plus en amont, vers l'hôtel de Nesle. Il se peut qu'elle se soit déplacée.

La Noue, Petite-Seine, menait l'eau du fleuve aux fossés de Saint-Germain-des-Prés, bordait le Pré-au-Clercs. La rue de Seine garde son souvenir et, à peu près, son tracé (*). Elle venait presqu'à la hauteur de ce que nous appelons la rue du Four. En 1540, on a comblé ce canal, devenu inutile. Fausse rivière, comme le bras de la Bièvre de Saint-Victor, creusée de main d'homme, elle a été par les hommes effacée de la face de Paris. La Noue, cependant, pourrait bien n'être que l'adaptation des marais, des étangs, d'un lit ancien même de la Seine au travers de la plaine des Garennes, (de Grenelle).

En somme, de vraie rivière, il n'y avait que la Bièvre, à Paris. Il est vrai, elle a été comme les autres abolie. Elle a tenu plus longtemps. Un cataclysme sans grande envergure pourrait sans doute la ressusciter. Les autres, il y faudrait un tremblement de terre extraordinaire — ou simplement des inondations pareilles à celles de 1910. L'inondation d'alors reconstitua la Noue, la Grange-Batelière et jusqu'à la Seine que j'ai dite, disparue depuis les temps de Grégoire de Tours.

De la Noue, de la Grange-Batelière, plus de trace. La Bièvre avait marqué plus profondément son chemin. Dans quelques années, il aura été effacé à son tour dans Paris et il faudra aller dans les livres chercher ses méandres blasonnés et son souvenir de rivière de Paris.

Langé a compté qu'il y a vingt-six rivièrettes, de la Bourgogne à la mer, qui apportent à la Seine leurs eaux couleur du temps : Sarce, Ource, Vaucouleurs, Andelle, Epte, Bièvre...

Bièvre ! Bièvre ! Tu ne peux pas mourir.

Extrait suivant

 



Les promenades

Les chiffonniers de la Butte-aux-Cailles

L'événement (1875)

Le boulevard Saint-Marcel et le marché aux chevaux

Paris pittoresque (1883)

La Bièvre et la Butte-aux-Cailles

Le XIXe Siècle (1887)

La Maison-Blanche

La Cocarde (1894)

De la Salpêtrière à la Maison-Blanche

La France (1908)

Les promenades
de Georges Cain


Rue de Tolbiac, un an après l'explosion

L'Heure (1916)

Les jardins des Gobelins
et l’hôtel de Scipion Sardini

Une promenade au départ de la ruelle des Gobelins

La Revue hebdomadaire (1921)

Le roman de la Bièvre
par Élie Richard

1922

Les quartiers
qui changent de visage

Une promenade à l’ancienne Butte-aux-Cailles

L'Intransigeant (1923)

Paysages parisiens
par L. Paillard

Sur la Butte-aux-Cailles

Le Petit-Journal (1925)

En villégiature à Paris

La Butte-aux-Cailles prend le frais

Le Siècle (1926)

Découvertes de Paris

Paysages tentaculaires

L'ère nouvelle (1926)

Les gosses en marge
par R. Archambault

Paris-Soir (1929)

Promenade à travers Paris

Là où jadis coulait la Bièvre

Le Matin (1929)

La Tournée
par Élie Richard

V - Autour de la Butte-aux-Cailles :

VI - Le Faubourg Souffrant :

XII - Envers de la gloire

Paris-Soir (1930)

Retour à la terre

Ce matin, au bord de la Bièvre, dans les jardins des Reculettes

L'Intransigeant (1930)

Les vestiges
pittoresques du passé

de la Butte-aux-Cailles aux Gobelins

Le Journal (1931)

Claude Blanchard

La Glacière et les Gobelins

Le Petit Parisien (1931)

Paris 1933

Le Treizième arrondissement

Le Journal (1933)

Jacques Audiberti

Les ilots de la misère

Le Petit Parisien (1937)

Ailleurs sur Paris-Treizieme