Lieux et monuments

 Dans la rue des Reculettes - 1928

Carnet Huysmansien

Dans la rue des Reculettes

Paris-soir — 11 juin 1928

Cette dolente ruelle, Huysmans la parcourait tandis qu'il écrivait ses pages colorées sur la Bièvre, et il semble que l'écho de ses pas y retentisse encore.

Eugène Atget - La ruelle des reculettes - 1926

Il n'en subsiste plus qu'un fragment, et de nouvelles plaques de voirie indiquent qu'elle n'est plus ruelle, mais rue. On y voyait, il y a quelques années, une minuscule épicerie à devanture montrant des rangées de bocaux pleins de friandises pour le sou des gosses de Poulbot qui, en ce coin, fourmillent. Attenant à cette bâtisse, un réverbère à poulie avec lampe à huile éclairait mélancoliquement, à cet endroit, la ruelle. Épicerie de village et réverbère suranné ont disparu. Il ne reste plus de la ruelle décrite dans La Bièvre, que l'autre coude ombré de lauriers vivaces et d'acacias. Ce fragment est charmant encore !

Le passé y survit à peine et le temps n'est plus loin où la ruelle, demeurée là nominalement, verra ses vieux murs remplacés par des murs de bonnes meulières. Le pavillon de M. de Julienne n'a plus de fronton et, le passage Moret voit la pioche ébranler ses maisons pourries. La ruelle des Gobelins, à son tour, agonise. Les intimistes du Vieux-Paris y ont fait leur dernière promenade: après cela, ils auront la ressource du musée.

Le musée, c'est évidemment Huysmans, d'abord ; ensuite, une des plus belles pages que la Bièvre ait encore pu inspirer, c'est celle écrite par notre collaborateur Elie Richard dans cette, petite merveille: Le Roman de la Bièvre. La Bièvre de la ruelle des Gobelins y trouve son dernier portrait.

Cette fille de teinturiers a eu bien des amants: ils l'ont aimée, on peut le dire, jusque dans son extrême vieillesse.

G.-U. LANGE.

A lire également

Elie Richard, Le Roman de la Bièvre



Lieux

Abattoirs de Villejuif (1903)


A.O.I.P. (rue Charles Fourier) (1933)


Arts et Métiers (Ecole des ) (1903)


Asile Nicolas Flamel (rue du Château-des-Rentiers (1904)


Austerlitz (Village d') (1884)


Barrière Croulebarbe (1865)


Barrière des Deux Moulins (1865)


Barrière des Deux Moulins - Le cabaret de la mère Marie (1859)


Barrière de Fontainebleau (1865)


Barrière de la Gare (1865)


Barrière de la Glacière (1865)


La Belle Moissonneuse (1864)


La Belle Moissonneuse (1875)


Boucherie de cheval - Première - à Paris (1866)


Boulevard d'Italie (1883)


Le Cabaret du Pot-d’Étain (1864)


Le Champ de l'alouette (1933)


Le Casino du XIIIe (1899)


La chapelle Bréa (1897)


Château Napoléon (1904)


Cité Doré (1854)


Cité Doré (1882)


Cité des Kroumirs (1882)


Clos Payen (1891)


Rue Croulebarbe (1865)


Les Deux-Moulins et le hameau d'Austerlitz (1884)


L'école Kuss (1934)


Eden des Gobelins (1934)


Eglise Saint-Anne (1900)


La « Folie » Neubourg (1906)


La « Folie » Neubourg (1929)


Fontaine à Mulard (rue de la - ) (1904)


La glacière du 13e (1873)


Gare d'Orléans (1890)


Jeanne d'Arc (Statue) (1891)


Parc (Square) Kellermann


Rue Küss (1929)


Lourcine (Hôpital de -) (1890)


Mairie du 13e (1893)


Marché aux chevaux (1867)


Marché aux chevaux, vu par M. Macé, anc. chef de la sûreté (1888)


Marché aux chevaux (1890)


Marché des Gobelins (1867)


Monument aux mères (1938)


Passage Moret (1911)


Hôpital de la Pitié (ancien) (1903)


Hôpital de la Pitié (ancien)(1908)


Hôpital de la Pitié (nouvel) (1910)


Maison des typos (1933)


Place d'Italie (1877)


Place d'Italie - Histoire de la (1925)


Pont Tolbiac (Inauguration) (1895)


Pont Tolbiac (Technique) (1895)


Poterne des Peupliers - Le Cabaret des Peupliers (1880)


Poterne des Peupliers (1930)


Rue des Peupliers vue par J. Mary (1908)


Raffinerie Say (1890)


Raffinerie Say (1905)


Rue des Reculettes (1928)


Ruelle des Reculettes (1914)


La Salpétrière (1890)


La Salpétrière (1903)


Le Théâtre des Gobelins (1869)


Le verger des Gobelins (1914)


La Zone (1931)


La Zone (1933)


Saviez-vous que... ?

Le passage souterrain de la porte d'Italie fut inauguré le vendredi 26 juin 1936 par la Municipalité de Paris en présence de M. Marx Dormoy; sous-secrétaire d'État à la présidence du Conseil.

*
*     *

Le dernier étang du quartier de la Glacière fut comblé en août 1881 et sur son emplacement, on construisit une gare de marchandises connue des habitants sous le nom de gare de Rungis amis dont kle nom officiel était « gare de la Glacière-Gentilly ».

*
*     *

Jacques Daviel (1696-1762) fut un célèbre oculiste. Il fut le premier à réussir une opération de la cataracte et a été chirurgien du roi Louis XV.
Le nom de Daviel a été attribué à la rue Saint-François de Sales (1576-1622) en 1894 dans le cadre d'une volonté du conseil municipal de Paris de déchristianiser la toponymie de la capitale.

*
*     *

Le 21 octobre 1894, le quotidien La Croix informait ses lecteurs et déplorait que le concile laïc, qu’on nomme officiellement « conseil municipal de Paris » et officieusement « Kaperdulaboule », avait débaptisé la rue Saint-François de Sales, Paris 13e, pour lui donner le nom de Daviel et, dans le même temps, changé les dénominations de la rue Sainte-Marguerite et du passage Saint-Bernard.

L'image du jour

Ligne n°2 Sud

A son ouverture, la ligne 2 sud empruntait la boucle construite sous la place d'Italie et filait vers le boulevard de l'Hôpital sur les voies de la future ligne 5. Elle demeura comme ligne 5 Gare du Nord - Etoile par place d'Italie jusqu'en 1942. Le tronçon franchissant la Seine et rejoignant Nation n'a été ouvert qu'à la fin des années 1900 et fut exploité comme ligne 6. Elle devint Nation - Etoile en 1942 également.