Un jour dans le 13e

 paris-treizieme.fr — Journée du 19 avril

Journée du 19 avril

Le Rappel — 20 avril 1871

Hier ont eu lieu les obsèques des gardes nationaux du treizième arrondissement tués au combat d'Asnières, le 17 avril.

Les corps étaient déposés à la mairie du rond-point des Gobelins — la nouvelle place Duval. — C'est de là qu'est parti le cortège, formé de deux corbillards ornés de drapeaux rouges, suivis d'une longue file de parents, d'amis, de frères d'armes.

Un membre de la Commune (*)et deux bataillons de gardes nationaux rendaient les derniers honneurs aux vaillants citoyens morts pour les droits de Paris.

Le convoi, sorti de l'enceinte par la porte d'Italie, s'est dirigé vers le cimetière d'Ivry, où a eu lieu l'inhumation.

 

Selon le Cri du Peuple, il s'agissait de Léo Meillet.

 



Le 13e avant et durant la Commune
(18 mars - 28 mai 1871)

Saviez-vous que... ?

Le 1er juillet 1914, à la suite d'une erreur d'aiguillage, les tramways Choisy-Chatelet et Vitry Chatelet entraient en collision avenue des Gobelins. Trois voyageurs étaient légèrement blessés.

*
*     *

Les deux molosses en pierre ornant le portail du mobilier national à #Paris13 sont l'œuvre du statuaire André Joseph Géraud Abbal, 1876-1953.
Abbal doit sa renommée à ses sculptures en pierre en taille directe. Il était fils et petit-fils de tailleurs de pierre de Montech (82).

*
*     *

En décembre 1871, dans Paris assiégé, le 13e arrondissement comptait 79.828 habitants y compris les réfugiés.

*
*     *

Fin aout 1895, une petite fille de huit ans, Emilienne Moisson, demeurant chez ses parents, rue Barrault, passait, vers dix heures du matin, rue de Gentilly ; un chat sortant d'un terrain vague, lui sauta sur lest épaules, la mordant au cou et au visage.
Aux cris de la pauvre petite, des passants accoururent mettant en fuite l'animal qui se réfugia dans la maison portant le n° 14 du boulevard d'Italie, jetant l'effroi parmi les locataires.
Des agents purent non sans peine abattre l'animal, qui faisait des bons prodigieux, et le portèrent chez M. Auger, vétérinaire, qui le reconnut enragé.
Aussitôt la jeune Moisson fut dirigée sur l'institut Pasteur.

L'image du jour

La rue Jeanne d'Arc vue du boulevard de la Gare (Vincent Auriol)

Le coté gauche de la rue est occupé par la raffinerie de sucre Say, appelée "raffinerie de la Jamaïque", ouverte en 1831 et fermée définitivement en 1968.  ♦