Dans la presse...

 paris-treizieme.fr — La question des canons

La question des canons

L’Illustration — 18 mars 1871

L'entrée des Prussiens à Paris a montré com bien était vif, spontané, ardent, le patriotisme qui anime la garde nationale. En une nuit, l’impulsion donnée à la garde citoyenne se communiquait à tous les bataillons. Mais si le patriotisme sut se mettre en éveil, le bon sens sut aussi parler à cette armée intelligente, et, d'un jour à l’autre, veille, astiquant, frottant, cirant, comme pour un l'autre chacun rentrait dans son domicile. Ces deux faits attestent à la fois la vigilance et la sagesse que l'on peut attendre de cette grande armée de la garde nationale de Paris, et donnent une importance considérable à tout ce qui se passe depuis quinze jours à Paris.

Gravure d'Auguste Lançon parue dans le Monde illustré

Commençons par exposer ce qu'on appelle à Paris la Question des canons.

Sans s'inquiéter outre mesure, la population de Paris s'occupe toujours des armements que Montmartre, Belleville et quelques autres quartiers, persiste à conserver. Nous avons fait connaître les emplacements de ces différentes batteries dans les faubourgs ; nous allons donner aujourd’hui sur ce matériel quelques détails intéressants qui indiqueront sa provenance, sa force et sa valeur pécuniaire.

Les canons dont se sont emparés quelques gardes nationaux, la veille de l'entrée des prussiens à Paris, sont de ceux qui ont été fabriqués pendant le siège par l'industrie privée ou moyen de fonds provenant principalement des souscriptions particulières. Ce matériel a été affecté à la garde nationale formant un effectif de 350.000 hommes, ayant droit, par son nombre et d'après les rapports admis maintenant, à 875 pièces d'artillerie.

La partie de ce matériel déjà terminé a été livré à la garde nationale à diverses époques et réunis à l'avenue de Wagram. Il devait y avoir le 28 février, sur ce point entouré de clôtures et gardé par la Légion de la garde nationale :

Pièces de 7 en bronze ou en cuivre ...................................................... 170

Pièces tubées .......................................................................................... 12

Pièces de divers calibres ........................................................................ 10

Mortiers de 15 ........................................................................................ 50

Obusiers de montagne .............................................................................. 3

Total ...................................................................................................... 245

Plus des caissons, forges, affuts, chariots, avant et arrière-trains etc., etc., dont le nombre n'était pas encore proportionné à celui des pièces, mais où se trouvait cependant l'équivalent de vingt batteries avec armement réglementaire complet. Tout ce matériel sous la garde de la légion d'artillerie de la garde nationale était confiée pour son entretien au soin de quelques ouvriers compétents choisis par M. Tresca, Directeur du conservatoire des arts et métiers .

Enfin, pour terminer de toute cette nomenclature, le matériel d'artillerie attribué à la garde nationale, y compris celui qui n'était pas encore livré, se compose en totalité de

1° 400 pièces dont 256 sont prêtes à entrer en service ;

2° 202 mitrailleuses dont 80 prête à entrer en service ;

3° 50 mortiers ;

4° 3 obusiers de montagne ;

5° Des harnais d'une valeur d'environ 700.000 francs.

Le tout, pièces, projectiles, voitures, attelages, etc. étant évalué à la somme de 14 ou 15 millions. — Ajoutons pour être sincères que la garde nationale n'avait sous sa responsabilité que le matériel réuni avenue de Wagram, sans munitions ni autres accessoires.

Toute l'artillerie qui a été enlevé à ce parc a été transféré par nationaux et autres à Montmartre, à Montrouge, à la place des Vosges ou ailleurs. Ce qu'il y a de certain, c'est que, si les pièces enlevées restent quelque temps encore entre les mains de ceux qui s'en sont emparés, cette partie importante du matériel sera très gravement compromise. Sur ce point, une résolution sera donc urgente.

Cette question nous conduit au point vif de la difficulté. Si les canons de la garde nationale sont là, parqués, gardés, défendus par des postes qui se renouvelle, il faut qu'il y ait quelque part une direction qui s'exercent un département de l'action gouvernementale ; et c'est précisément là le périlleux état de choses créé par ces forteresses improvisées au centre de Paris.

Sous le coup de la poignante émotion de l'entrée des prussiens, deux comités s'étaient instantanément constitués et tous deux inspirés par une pensée unique, la défense de Paris de la République. L'un de ces comités s'appelait le comité central de la fédération républicaine ; l'autre, le comité central de la garde nationale.

Après le départ des prussiens, les deux comités ont continué à fonctionner et à poursuivre l'accomplissement d'une œuvre qui ne tend à rien moins qu’à une réorganisation de la garde nationale en dehors des autorités actuellement constituées. Il suffit d'énoncer le programme et le but de ces deux centres d'action pour en mesurer l'importance et la gravité.

Aussi le gouvernement a-t-il cru devoir ménager les situations, tant du côté des batteries d'artillerie que du côté des comités directeurs. Une note du journal officiel a déclaré que le pouvoir mettait son honneur à fonder la République. Le général d’Aurelles de Paladines a fait la même profession de foi dans une réunion des chefs de bataillon de la garde nationale, et le ministre de l'Intérieur s'est mis en communication avec des membres des comités.

M. Courty, l'un des membres du comité central de la fédération républicaine a fait même connaître dans la liberté le résultat de ses démarches en vue de la conciliation désirée.

« J'espérais, dit-il, dans sa lettre, rassurer les gardes nationaux sur les intentions du Gouvernement concernant le maintien de la République et de la garde nationale, et aussi en leur affirmant que l'indemnité de 1 franc 50 ne serait pas supprimée avant la reprise du travail.

À mon grand regret, je dois vous dire, monsieur le ministre, et vous assurer que partout j'ai été accueilli avec les marques de l’incrédulité la plus complète. Ensuite la nomination d’Aurelles de Paladines comme général en chef de la guerre nationale a encore exalté les esprits davantage.

Permettez-moi, monsieur le ministre, de vous faire connaître avec franchise mon opinion à ce sujet : c'est que l'influence de personne ne parviendra à atténuer le manque de confiance qui existe contre le Gouvernement. »

Les choses ont donc continué à suivre leur cours et la situation est restée la même les deux comités ont même acquis plus de cohésion par la fusion qui vient de réduire les deux centres d'action en une seule association qui prend pour titre définitif : la fédération républicaine dans la garde nationale.

Nous avons assisté le 10 mars dans la salle du Tivoli-Wauxhall, à la réunion qui a voté les statuts de l'association. Ces statuts ont pour objet le maintien de la République et l'organisation de la garde nationale sur des bases absolument indépendante du pouvoir. Cette indépendance, d'après les statuts, serait sauvegardée par l'élection de tous les chefs y compris le général en chef.

Une adresse proposée à l'assemblée, mais qui n'a pas été votée, fait connaître les vœux qui seront vraisemblablement formulés par l'assemblée générale de la fédération une fois constituée. Ces vœux peuvent se résumer ainsi : maintien de la solde tant qu'elle sera nécessaire ; rétablissement des conseils de famille ; installation d'un parc d'artillerie gardé par la garde nationale ; armement des bataillons qui n'ont pas encore de fusils ; convocation des bataillons pour l'élection d'un général en chef.

Ces vœux montrent dans toute son étendue, la crise qui nous menace. Et en effet, tout en admettant comme légitime et profitable à l'intérêt public les réclamations de la Fédération républicaine, il est clair, à première vue, que ces agissements se poursuivent de la façon la plus irrégulière et la plus préjudiciable à la reprise des affaires. Si l'armée, la magistrature, les sociétés commerciales, l'industrie, les associations ouvrières, voulaient chacune de leur côté se constituer en dehors de l'autorité que deviendrait la République ? Ce serait le chaos !

Pas de société sans loi et pas d'existence sociale possible sur l'observation de la loi. Nous n'avons plus d'autre pierre angulaire pour nos institutions que les principes suivants :

Le suffrage universel pour donner la majorité qui fait la loi.

Respect de la loi par la minorité jusqu'elle devienne à son tour majorité.

Hors de ces deux principes, il y a qu’anarchie.

Léon Creil

 



Le 13e avant et durant la Commune
(18 mars - 28 mai 1871)

Saviez-vous que ...

C’est en 1877 que la rue du Marché aux porcs, ainsi dénommée en raison de sa proximité avec un ancien marché aux bestiaux prit le nom de rue de la Vistule. Sa longueur est de 230 mètres.

L'image du jour

L'hôpital de la Salpétrière

Vu dans la presse...

1863

Travaux parisiens

Les anciens boulevards extérieurs de la rive gauche sont, depuis plusieurs mois, l'objet de travaux analogues à ceux qui ont été entrepris sur les boulevards de la rive droite. Ces travaux ont trait à la zone comprise entre le pont de Bercy et la place de l'ex-barrière d'Enfer. (1863)

Lire

1869

Le point sur les travaux de la place d'Italie

On entreprend en ce moment à la place d'Italie des travaux de voirie analogues à ceux de la place de l'Arc-de-l'Etoile et de la place du Trône. On établit un plateau circulaire avec huit boulevards, squares, maisons monumentales, si l'industrie toutefois veut se risquer à les édifier. (1869)

Lire

1871

Mille ans sous la terre

Dans un quartier de Paris, renommé par ses tanneries, ses peausseries, et surtout par la manufacture des Gobelins, hélas ! incendiée en partie, est un vaste terrain, où s'élevait jadis une église dédiée à saint Martin, au faubourg Saint-Marcel. (1871)

Lire

1868

Les chasseurs de cabots

Un jour, j'entre au marché... aux chiens, situé sur le boulevard de l'Hôpital. Il y avait environ cent-cinquante ou deux cents de ces intéressants animaux les uns aboyaient, les autres jappaient, quelques-uns mêmes gémissaient. (1868)

Lire

1867

L’ouverture du chemin de fer de ceinture

Le terrain s'abaisse et la vue s'élargit ; voici le chemin de fer de Sceaux, puis la Glacière, Gentilly et en face une échappée de Paris, puis un coin tranquille, tout champêtre, presque silencieux, où coule la Bièvre, cette rivière parisienne ignorée. (1867)

Lire

1903

Les eaux thermales de la Butte-aux-Cailles

Nous avons pu rencontrer ce matin le sympathique conseiller municipal du treizième arrondissement, M. Henri Rousselle, sur l'initiative de qui les travaux avaient été poursuivis et qui, tout heureux du résultat obtenu, nous a donné sur le puits artésien de la Butte-aux-Cailles les renseignements suivants... (1903)

Lire

1905

Le dispensaire Emile-Loubet

Le quartier de la Gare était en fête hier, et la population de travailleurs qui l'habite a chaleureusement manifesté au Président de la République les sentiments de gratitude qu'elle nourrit à son égard pour la nouvelle preuve de sollicitude qu'il vient de lui donner en faisant édifier l'établissement philanthropique qui portera désormais son nom. (1905)

Lire

1923

Trois îlots à détruire d'urgence

Avant que d'être un égout, la Bièvre, semblable en cela à tant d'autres cours d'eau avait eu ses caprices, et avait formé, entre ce qui est maintenant le boulevard Arago et l'avenue des Gobelins, un îlot coquet, au milieu duquel poussait, au hasard des apports du vent, une flore des plus variées. (1923)

Lire

1938

L'inauguration du monument aux Mères Françaises

En présence de M. et Mme Albert Lebrun a été inauguré hier, boulevard Kellermann, près de la porte d’Italie, le monument élevé à la gloire des mères françaises, œuvre des sculpteurs Bouchard et Dalcatone et des architectes Greber et Bigot. (1938)

Lire

1900

Une nouvelle église paroissiale à Paris

Le quartier populeux de la Maison-Blanche, dans le treizième arrondissement, était hier en fête. (1900)

Lire

1921

La piscine de la Butte-aux-Cailles sera le type des piscines futures

D'une architecture utilitaire, le bâtiment accolé aux bains-douches, place Paul-Verlaine, aura son entrée spéciale conduisant à trois étages de 50 cabines chacun. Chaque étage aura sa couleur particulière, à laquelle répondront les couleurs des caleçons. (1921)

Lire

1883

Effondrement d'une maison place Pinel

Mercredi matin, vers dix heures, a eu lieu un accident qui aurait pu prendre les proportions d'une véritable catastrophe.
Une maison à plusieurs étages, située place Pinel, près de la barrière d'Italie, et portant le numéro 3, a subi soudain un affaissement assez considérable, et une profonde excavation s'est produite.
On sait que tout ce quartier est construit sur les catacombes... (1883)

Lire

Ailleurs sur Paris-Treizieme