Dans la presse...

 paris-treizieme.fr —

Démission de M. Pernolet, maire des Gobelins

Le Figaro — 7 mars 1871

Quelques journaux essayent d'atténuer la portée des désordres qui ont eu lieu ces jours derniers dans l'arrondissement des Gobelins. Il y a pourtant un fait incontestable, c'est que vingt canons chargés et des caissons remplis de munitions stationnent sur la place d'Italie ; c'est que la mairie est gardée à vue ; c'est que M. Pernolet, maire, et M. Bovery, adjoint, ont renouvelé, en présence de ces démonstrations menaçantes, la démission qu'ils avaient déjà donnée une première fois ; c'est qu'enfin MM. Combes et Léon Meillet, seuls adjoints désormais en exercice, restent en permanence à l'hôtel de la mairie, avec la commission dite d'armement, préparant on ne sait quels coupables et sinistres projets.

En se séparant de ses administrés, M. Pernolet leur a adressé une circulaire empreinte des plus sages conseils, dans laquelle nous remarquons le passage suivant :

« Peut-être êtes-vous devenus de bons soldats ; je n'en sais rien ; — mais ce que je sais de science certaine, c'est que vous n'êtes pas sans avoir pris goût à la fainéantise, que vous êtes devenus joueurs, trop enclins à la boisson et même un peu au chapardage, sans parler du reste. Ceux qui s'attribuent le monopole de votre amitié n'auront garde de vous reprocher ces défaillances, ils trouvent même moyen de vous en louer. » (Attrape, Meillet.)

« Mais moi, je dois vous avertir que ces habitudes... sont des vices capables de rabaisser l'homme au niveau de l'esclave. »

Les malheureux entendront-ils ces honnêtes paroles ! Nous en doutons, hélas ! car la plupart d'entre eux en sont arrivés à cet extrême degré de servitude qui consiste, suivant la parole d'un ancien, « non-seulement à la subir, mais encore à s'y complaire ».

(Le titre a été ajouté NdE)



Le 13e avant et durant la Commune
(18 mars - 28 mai 1871)

Dans la presse...


Renseignement bien donné, circulation améliorée

Les boulevards qui font le tour de Paris ont été aménagés, élargis. De nombreux passages souterrains leur permettent d'éviter le croisement avec les routes nationales lorsqu'elles pénètrent dans la capitale. (1938)

Lire la suite


Le Métro passe la Seine : Place d’Italie - Nation

La rive gauche réclamait son Métro : on va le lui accorder. Ainsi disparaîtra bientôt toute cause de jalousie entre les deux rives de la Seine. Il était grand temps qu'un peu d'équité intervint dans la répartition des lignes ! (1903)

...


99, boulevard Masséna où les zoniers apprennent la vie bourgeoise

Ce sont, à deux pas de la porte de Choisy, trois étages de pierres que le plan de Paris et les gens du quartier appellent le bastion 89. (1942)

...


Éclairez S.V.P.

Depuis longtemps les habitants des quartiers Croulebarbe et de la Maison-Blanche réclamaient l’achèvement de la rue Auguste Lançon, pour pouvoir se rendre sans un long détour à la gare du Parc-Montsouris. Enfin, c’est fait ! (1900)

...


L'état des projets pour le XIIIe arrondissement

Les travaux commencés l'année dernière pour le raccordement des boulevards d'Italie et des Gobelins sont sur le point d'être terminés. On achève le macadam et les trottoirs de la dernière fraction du parcours. (1864)

...

Saviez-vous que... ?

Le 21 octobre 1894, le quotidien La Croix informait ses lecteurs et déplorait que le concile laïc, qu’on nomme officiellement « conseil municipal de Paris » et officieusement « Kaperdulaboule », avait débaptisé la rue Saint-François de Sales, Paris 13e, pour lui donner le nom de Daviel et, dans le même temps, changé les dénominations de la rue Sainte-Marguerite et du passage Saint-Bernard.

*
*     *

L'avenue des Gobelins mesurait, à son inauguration, 880 mètres de long sur 40 de large.

*
*     *

Le pont de Tolbiac franchissant les voies de chemin de fer de la compagnie d'Orléans avait été inauguré le 15 juillet 1895 en présence du Président de la République, M. Félix Faure, qui, à cette occasion, dit quelques mots aimables.
Ce pont entièrement métallique, mis à part la chaussée, mesurait 162 mètres de longueur en trois travées de 51 mètres, 60 et 51 mètres.

*
*     *

C'est le 22 octobre 1944 que le jardin des Gobelins, encore appelé square des Gobelins depuis son inauguration en mai 1938, prit le nom de Square René Le Gall.

L'image du jour

La folie Neubourg, boulevard d'Italie (Auguste Blanqui)