Littérature



"Un gosse"

roman par Auguste Brepson

Extrait précédent

 

Première partie

II

J'avais comme compagnon de jeu notre chienne Prunette, une épagneule à la robe noire et brillante. C'était une bête caressante et craintive, mais qui savait bien m'enlever délicatement des mains ma tartine, lorsque je la mangeais devant la porte, ou encore avait tôt fait de laper mon bol de lait !

Et je la laissais faire avec un sourire béat !...

Quelquefois venait le fils de notre voisin Tournerot, un petit loqueteux gouailleur et brutal, avec tignasse comme du chanvre. II portait toujours en bandoulière une musette vide. Il m'inspirait beaucoup de respect et même un peu de terreur.

Son père et sa grand'mère, une vieille impotente, habitaient une masure au bord de la route, à dix minutes de chez nous.

Ces gens vivaient on ne sait comment. L'homme, quand il ne s’occupait pas d'un vague travail de vannerie, était toujours à rôder par les chemins. On le soupçonnait fort de braconner.

Ma grand'mère les voyait d'un œil hostile. Elle défendait à mon oncle de fréquenter le père, et me disait de me méfier du fils, qu’il avait plus d'un méchant tour dans son sac.

— Surtout, me recommanda elle, la mine grave, en agitant l'index... surtout, ne le suis jamais dans la forêt !

Cependant, un jour, travaillé du besoin d'aventures, je l'y suivis, rempli d'émoi.

Nous allions sur la couche élastique des feuilles mortes, parmi le vaste silence automnal, que troublait parfois la chute d'une branche pourrie dans les lointains déserts.

Mon compagnon tenait un arc fait d'une tige d'osier, avec comme flèche une baleine de parapluie.

Je lui enviais beaucoup cet arc et j'étais impatient de lui voir transpercer un oiseau.

Un moment, blagueur, il parla de me perdre ; et comme il marchait toujours, me souvenant des paroles de ma grand'mère, il me sembla soudain qu'il m'entraînait vers un endroit redoutable. Ses yeux et son sourire me parurent tout à coup diaboliques ; la terreur me prit et je me mis à crier...

Redoutant l'apparition de ma grand'mère, car nous ne nous étions guère éloignés, ce dont je m'aperçus en revenant, il me ramena bien vite ; et je sentis tout le bonheur de la sécurité, lorsque je revis notre maisonnette...

Extrait suivant


Litter - trans

Littérature

Le trésor caché

par Charles Derennes
1907

A la butte-aux-cailles

Depuis toujours on habitait, mon père et moi, sur la Butte-aux-Cailles ; encore aujourd'hui, ce quartier-là n'est guère pareil à tous les autres. Mais si vous l'aviez vu du temps que je vous parle ! Des cahutes s'accrochaient à la butte comme des boutons au nez d'un galeux ; ça grouillait de gosses et de chiens, de poux et de puces...

Lire

Sans Famille

par Hector Malot
1878

La prairie de la Glacière

C’est un quartier peu connu des Parisiens que celui qui se trouve entre la Maison-Blanche et la Glacière ; on sait vaguement qu’il y a quelque part par là une petite vallée, mais comme la rivière qui l’arrose est la Bièvre, on dit et l’on croit que cette vallée est un des endroits les plus sales et les plus tristes de la banlieue de Paris. Il n’en est rien cependant, et l’endroit vaut mieux que sa réputation.

Lire

Contes des mille et un matins

par Gaston Chéreau
1909

Bouscot

Il habitait tout là-bas, aux Gobelins, dans un pâté de bicoques en carton que bousculent des rues à noms magnifiques rue des Cinq-Diamants, rue de l'Espérance, rue de la Butte-aux-Cailles…

Lire

Contes du Journal

par J. H. Rosny
1908

Un crime passionnel

Je songe à l'histoire de la petite Jeannette, qui vivait dans le noble quartier de la Gare.

Lire

Zigomar - La femme rousse

par Léon Sazie
1910

La rue Jonas

L'antre de « la Baleine » donnait sur la rue Jonas, comme nous l'avons dit. Cette rue au nom biblique se trouvait dans un grouillement de petites voies étroites, courtes, basses, tortueuses, qui forment un coin à part dans ce quartier.

Lire

Les mémoires de Rossignol

par Rossignol
1894

La Cité Jeanne d'Arc

Ma « clientèle » de la rue Sainte-Marguerite disparaissait peu à peu. Elle s'était réfugiée cité Doré, qui donne rue Pinel et boulevard de la Gare, ou cité Jeanne-d'Arc, près de la rue Nationale, dans le treizième arrondissement.

Lire

Zizine

par Alexandre Arnoux
1938

Les Gobelins

Dans le quartier des Gobelins, un gymnase. Des athlètes donnent une représentation suivie par une foule fervente. Dans cette foule un couple a attiré l’attention du narrateur. Elle, Zizine, femme superbe ; lui, petit, contrefait, douloureux. Milarot, champion du monde, est dans la salle.

Lire

Le faiseur de momies

par Georges Spitzmuller et Armand Le Gay
1912

La Folie Neubourg

Le promeneur qui remonte le boulevard Auguste-Blanqui dans la direction de la place d'Italie, est frappé par l'aspect pittoresque d'une vieille maison enclose dans le triangle formé par ce boulevard, la rue Edmond-Gondinet et la rue Corvisart.

Lire

Le drageoir aux épices

par Joris-Karl Huysmans
1874

La rue du Pot-au-Lait

Quelle rue étrange que cette rue du Pot-au-Lait ! déserte, étranglée, descendant par une pente rapide dans une grande voie inhabitée, aux pavés enchâssés dans la boue...

Lire

Le drame de Bicêtre

par Eveling Rambaud et E. Piron
1894

La gare de la Maison-Blanche

Honoré fit halte avenue d'Italie, devant la station du chemin de fer de Ceinture. Il sauta sur le trottoir en disant :
— Cherche, Bob, cherche !

Lire

Le Trésor caché

par Charles Derennes
1907

La butte-aux-Cailles

Depuis toujours on habitait, mon père et moi, sur la Butte-aux-Cailles ; encore aujourd'hui, ce quartier-là n'est guère pareil à tous les autres. Mais si vous l'aviez vu du temps que je vous parle ! Des cahutes s'accrochaient à la butte comme des boutons au nez d'un galeux ; ça grouillait de gosses et de chiens, de poux et de puces...

Lire

Les Loups de Paris

par Jules Lermina
1877

La Butte aux-Cailles

Il est sur la rive gauche de la Seine, au-delà de la rue Mouffetard et de la Montagne-Sainte-Geneviève, un lieu étrange, sauvage...

Lire

Ailleurs sur Paris-Treizieme