Littérature



Le marchand de jouet de la rue Nationale

"Un gosse"

roman par Auguste Brepson

Extrait précédent

 

Première partie

XIV (suite)

L'infirmière, qui s'était approchée au cri de ma grand'mère, le regarda une seconde, et, sans mot dire, lui rabattit le drap sur la figure. Puis, m'enlevant de la chaise, elle m'embrassa, et d'une voix émue, me dit : « Mon pauvre enfant, tu n'as plus de père ! »

Cette nouvelle me laissa froid car, outre mon sentiment encore bien imparfait de la mort, je n'avais, somme toute, que fort peu connu mon père, mais ma grand'mère m'emmena en sanglotant...

On l'enterra au cimetière d'Ivry, dans la fosse commune.

Ce jour-là, ma grand'mère me demanda si je voulais l'accompagner ou rester chez nous ; mais comme en me disant cela, elle me présentait — sans doute pour me consoler d'un chagrin que je n'éprouvais pas — ces deux choses merveilleuses et tant convoitées, un sabot peint en vert avec un fouet à manche de jonc et à lanière de peau, je ne balançais pas à prendre le parti qui pouvait me permettre de me livrer tout à mon aise aux délices d'un jeu aussi mirifique.

Néanmoins, sentant obscurément qu'un tel choix avait d'inconvenant en pareille circonstance, je dissimulai ma joie et donnai comme prétexte à demeurer chez nous la fatigue du voyage.

Enfin je les tenais donc ces jouets fameux ! que seule notre misère m'avait empêché jusqu'alors de posséder, mais qui, certainement, eussent dû être depuis longtemps entre mes mains, si mes yeux avaient été des aimants, lorsque je les contemplais à la devanture du père Patati-Patata !

Ma grand'mère et moi appelions ainsi un vieux bonhomme à barbe neigeuse et à redingote verdâtre qui tenait un petit bazar, rue Nationale, en face de l'entrée de la grande cité.

Dès que vous entriez chez lui, il s'empressait, et fussiez-vous un client d'un sou ou de vingt-neuf — plus haut prix — il vous faisait l'article avec une égale ardeur, en jacassant comme une vieille pie, sans arrêt... et patati et patata...

Je me rappelle encore mon émotion les rares fois que je pénétrai dans cette petite boutique obscure et basse, toute bourrée de jouets. La vue de tous ces trésors me plongeait dans l'extase et je ne savais quoi admirer le plus des toupies, chemins de fer, bilboquets, soldats de plomb et bergeries étalés sur les tables ou amoncelés dans les casiers ; ou des cerceaux, tambours, trompettes, pantins et cerfs-volants qui pendaient du plafond comme les stalactites de cette grotte merveilleuse.

Je sortais de là malade d'envie, mais serrant néanmoins bien fort dans ma main mon malheureux jouet d'un sou : un petit sabre de plomb, ou une minuscule locomotive remplie de bonbons multicolores, gros comme des grains de millet.

Je n'allai pas au convoi de mon père, préférant me livrer au plaisir du jeu de sabot, mais peu de temps après le chien du marchand de bouchons m'en donna une fière leçon.

Son maître, un vieux à tête de juif-errant, habitait dans le passage une de ces boutiques crépusculaires qui était un affreux taudis. Son industrie consistait à ramasser sur les berges de la Seine les vieux bouchons déposés par les remous, à les nettoyer, et à les revendre aux marchands d'encre qui en bouchaient leurs bouteilles.

Il mourut. On le mit dans une boîte de sapin que l'on hissa sur le char des pauvres, et, sans fleurs, ni couronnes, ni cortège, par un matin sombre et glacial, la noire voiture s'ébranla... Alors, on vit cette chose merveilleuse et touchante, le chien, auquel jusqu'alors personne n'avait fait attention, venir se mettre tranquillement derrière le corbillard !... En vrai barbet qu'il était, il suivait son maître « jusqu'au bout ».

Un croque-mort voulut le chasser mais il s'entêta.

Et les passants émus saluaient au passage ce convoi singulier et s'attardaient longuement à le contempler qui s'en allait doucement dans la brume...

Extrait suivant



Le 13e en littérature

A travers la Maison-Blanche

Les apaches de la Butte-aux-Cailles

par
Lucien Victor-Meunier

Un instant plus tard, elle était dehors dans le terrain vague qui descendait en pente rapide vers la vallée de la Bièvre...

(1907)

Lire


La poterne des Peupliers

La vague rouge

par
J. H. Rosny Ainé

Un homme s'arrêta sur la route, près de Gentilly. Il considéra le paysage misérable et puissant, les fumées vénéneuses, l'occident frais et jeune comme aux temps de la Gaule celtique.
Si l'auteur nomme une poterne des Tilleuils, c'est bien de la poterne des Peupliers dont s'agit.

(1910)

Lire


Rue des Peupliers

Perdues dans Paris

par
Jules Mary

Un des coins de Paris, misérable et sinistre. La longée des fortifications plantées d'arbres en double ou triple rangée, le côtoie pourtant de verdures plaisantes durant la belle saison, mais, en réalité, sépare pour ainsi dire cette région parisienne du reste du monde. Du haut de la rue des Peupliers...

(1908)

Lire


Quartier Croulebarbe

Les esclaves de Paris

par
Émile Gaboriau

C'est là un quartier étrange, inconnu, à peine soupçonné de la part des Parisiens...
Où Emile Gaboriau fait découvrir le quartier Croulebarbe à ses lecteurs.

(1868)

Lire


La Cité Jeanne-d'Arc

Un gosse

par
Auguste Brepson

La cité Jeanne-d'Arc est ce vaste ensemble de bâtiments noirs, sordides et lugubres percés comme une caserne de mille fenêtres et dont les hautes façades s’allongent rue Jeanne-d'Arc, devant la raffinerie Say.

(1928)

Lire


Butte-aux-Cailles

La vague rouge

par
J. H. Rosny Ainé

L'homme suivit d'abord la rue de Tolbiac, puis s'engagea par ces voies ténébreuses, bordées de planches, de lattes et de pieux, qui montent vers la Butte-aux-Cailles. Les oiseaux des réverbères dansaient dans leurs cages de verre. On apercevait des terrains fauves, des chaînes de bosselures, des rampes de lueurs, des phares dans un trou du ciel, et, du côté de la Butte, un nuage de feu pâle évaporé sur Paris...

(1910)

Lire

Saviez-vous que... ?

L'École Estienne est installée à son emplacement actuel depuis novembre 1889 mais n'a été inaugurée que le 1er juillet 1896 par le président de la République, M. Félix Faure.

*
*     *

En mars 1897, M. Yendt, officier de paix, était nommé commissaire de police des quartiers de la Salpêtrière et de Croulebarbe, en remplacement de M. Perruche, admis à faire valoir ses droits à la retraite.

*
*     *

En 1889, E. Pion, médecin vétérinaire, inspecteur de la Boucherie à Paris dénombrait 40 chèvres séjournant régulièrement à la Porte d'Italie et 15 à la Poterne des Peupliers.

*
*     *

Jusqu’à la fin des années 1920, la rue de la Fontaine-à-Mulard commençait avenue d’Italie, s’interrompait rue Damesme et reprenait rue de la Colonie pour se terminer définitivement place de Rungis. Il y avait près de 500 mètres entre le n°2 et le n°4.
Le tronçon compris entre l’avenue d’Italie et la rue Damesme devint la rue du Dr Laurent.

L'image du jour

Percement de l'avenue des Gobelins (1868)

La vue est prise de la place d'Italie dont on abaisse le niveau de près de deux mètres pour la pente de la nouvelle avenue soit moins forte. La construction métallique à droite, c'est le marché couvert des Gobelins. Il fonctionnera jusqu'à la fin du siècle avant d'être remplacé par le marché Blanqui. Avec l'ouverture de la rue Primatice, le marché couvert sera coupé en deux. La partie côté Gobelins sera démolie ; la partie côté boulevard de l'Hôpital subsistera jusqu'aux années 1970.  ♦