Littérature



"Un gosse"

roman par Auguste Brepson

Extrait précédent

 

Première partie

[...] La chose se produisit une fois, et je me rappellerai toujours la figure décomposée de ma grand'mère quand elle s'aperçut en rentrant chez nous, par un après-midi de neige, que toute sa fortune, trente-quatre sous, — trois pièces de dix sous et deux gros sous enveloppés dans un bout de journal, — avait filé par la poche trouée de son tablier.

La voilà aussitôt repartie à leur recherche, explorant minutieusement les trottoirs, les pavés et les ruisseaux, dans le gâchis de la neige fondue.

Elle les retrouva, ô miracle ! toujours enveloppés dans leur papier tout trempé de la boue, des mille pieds qui l'avaient foulé, au coin de la rue du Banquier et de l'avenue des Gobelins

XIV

Nous, avions, comme voisins de palier, une famille de chiffonniers : le père, la mère et les deux filles. Ma grand'mère leur avait acheté une fois ou deux des « arlequins », reliefs des festins bourgeois, que les cuisinières donnent aux biffins au lieu de les jeter Depuis, les filles venaient parfois me chercher pour jouer avec elles dans les escaliers. Ma grand'mère y consentait.

C'étaient deux gamines sordides et haillonneuses, toujours à se gratter la tignasse et dont la plus jeune pouvait avoir huit ans et l'aînée douze, peut-être quinze, on ne savait avec les vieilles nippes de femmes qui l'accoutraient.

Nos jeux se bornaient à escalader jusqu'aux combles et à dégringoler les marches poisseuses de l'immense édifice, à errer parmi les couloirs humides et obscurs comme des égouts ou à tenir de vagues conciliabules dans les coins.

L'entrain manquait. Une gêne singulière planait entre moi et la grande. Elle ne faisait que me dévisager avec un regard trouble et un sourire contraint qui m'embarrassaient. Je sentais confusément qu'elle me voulait quelque chose de mystérieux et de malpropre et qu'elle ne pouvait l'exprimer. Elle hésitait devant mes yeux candides et attendait, pour se mettre à l'aise, que je lui fisse des avances dont j'étais encore fort incapable.

Cependant, le désir de cette femelle fut un jour si âpre, qu'elle me le communiqua en quelque sorte par influence magnétique. Elle me baigna et me pénétra de ses effluves amoureux, et m'agita d'un trouble nouveau.

Nous étions sur un palier, à côté d'une fenêtre qui diffusait un jour saumâtre. Elle me prit la main qu'elle serra et, me fixant plus hardiment que de coutume, elle dit à sa sœur, d'une voix que la passion rendait rauque et haletante : « Quels yeux il a !... c'est-y malheureux qu'y sache pas ! »

Chose bizarre, à ces mots, qui cependant n'étaient pour moi que du chinois, je devins rouge et ressentis dans ma chair un tressaillement inconnu !

Croyant à mon trouble que j'avais compris, elle m'attira brusquement à elle, la lèvre goulue ; mais elle me lâcha aussitôt, en apercevant ma grand'mère qui m'apportait mon béret et mon capuchon.

Nous sortions. Ma grand'mère avait l'air tout agité, et ne parvenait pas à me boutonner tellement elle tremblait.

Dans la rue elle me prit la main et me fit marcher vite. Parfois elle hochait la tête et soupirait : « Ah ! mon Dieu ! mon Dieu ! »

Nous allions voir mon père qui mourait.

Ma grand'mère venait d'en être informée par un homme, qui, sorti le matin de l'hôpital, avait consenti à venir l'aviser que mon père, au plus mal, ne faisait que nous réclamer. Il avait ajouté : « Dépêchez-vous, car l'infirmière a dit qu'il ne passerait pas la journée ».

Nous nous hâtions dans la bruine glacée qui tombait du ciel sale.

Était-ce l'effet de ce sombre après-midi d'hiver, mais quand nous pénétrâmes dans la salle où était mon père, jamais elle ne m’avait paru aussi triste.

Les vitres ternies de buée y versaient un jour blafard, et, parmi la blancheur des oreillers, toutes ces figures hâves, coiffées du bonnet de coton, paraissaient encore plus plombées que d'habitude. Une odeur écœurante de fièvre et de pharmacie flottait dans l'atmosphère lourde : nos pas sonnaient lugubrement sur les dalles luisantes, et l'on entendait quelque part un hoquet d'agonie.

En approchant du lit de mon père, je remarquai son aspect singulier. — On lui avait mis des lanches de sûreté, pour l'empêcher de tomber, lorsqu'il se débattait dans la fièvre. — Il me fallut pour le voir que l'infirmière me fit monter sur une chaise.

Il reposait sur une pile d'oreillers, les yeux fermés. Il avait la figure terreuse, mais ses pommettes étaient roses. De ses lèvres livides sortait ce hoquet que j'avais entendu en entrant, et ses mains décharnées froissaient les draps.

Nous le contemplions, silencieux. Soudain il ouvrit les paupières. Ses yeux étaient troubles, presque vitreux. Néanmoins il nous reconnut, car il se mit à parler péniblement, d'une voix pâteuse, coupée par cet horrible hoquet qui, à chaque fois qu'il l'exhalait, se répercutait dans ma poitrine.

Il se plaignait que nous venions bien tard. Ma grand'mère me souleva vers lui pour que je l'embrasse ; mais il me repoussa, et, de nouveau, ferma les yeux.

Nous restâmes longtemps ainsi à le regarder hoqueter.

La forte chaleur m'engourdissait ; j'avais du mal il tenir mes yeux ouverts, et je me serais volontiers jeté sur ce lit vacant qui était à côté de moi.

Un malade se mit à tousser. Aussitôt ce fut comme une contagion, un signal, qui fit s'élever des quintes d'un peu partout...

Oh ! ces toux rauques et torturantes de poitrinaires !

Les uns se mettaient péniblement sur leur séant pour tousser, ployés en deux ; d'autres, rejeta draps et couvertures, s'asseyaient au bord du lit et, leurs maigres jambes pendantes, râlaient en expectorant dans les crachoirs...

Mais je me retournai soudain. Ma grand'mère venait de pousser, une exclamation, et, toute pale, fixait mon père avec des yeux terrifiés... Je le regardai et ne lui trouvai cependant rien d'extraordinaire. A part que ses mains détendues ne grattaient plus ses draps et que sa bouche entr'ouverte et légèrement tordue n'éructait plus son hoquet monotone, il paraissait toujours dormir. Il avait même une expression de calme surprenante-Cependant le rose de ses pommettes avait disparu.

L'infirmière, qui s'était approchée au cri de ma grand'mère, le regarda une seconde, et, sans mot dire, lui rabattit le drap sur la figure. Puis, m'enlevant de la chaise, elle m'embrassa, et d'une voix émue, me dit : « Mon pauvre enfant, tu n'as plus de père ! »

Extrait suivant



Le 13e en littérature

Butte-aux-Cailles

Bouscot

par
Gaston Chéreau

Il habitait tout là-bas, aux Gobelins, dans un pâté de bicoques en carton que bousculent des rues à noms magnifiques rue des Cinq-Diamants, rue de l'Espérance, rue de la Butte-aux-Cailles…

(1909)

Lire


Quartier de la Gare

Un crime passionnel

par
J. H. Rosny

Je songe à l'histoire de la petite Jeannette, qui vivait dans le noble quartier de la Gare.

(1908)

Lire


La rue Jonas

Zigomar - La femme rousse

par
Léon Sazie

L'antre de « la Baleine » donnait sur la rue Jonas, comme nous l'avons dit. Cette rue au nom biblique se trouvait dans un grouillement de petites voies étroites, courtes, basses, tortueuses, qui forment un coin à part dans ce quartier.

(1910)

Lire


La Cité Jeanne d'Arc

Les mémoires de Rossignol

par
Rossignol

Ma « clientèle » de la rue Sainte-Marguerite disparaissait peu à peu. Elle s'était réfugiée cité Doré, qui donne rue Pinel et boulevard de la Gare, ou cité Jeanne-d'Arc, près de la rue Nationale, dans le treizième arrondissement.

(1894)

Lire


Les Gobelins

Zizine

par
Alexandre Arnoux

Dans le quartier des Gobelins, un gymnase. Des athlètes donnent une représentation suivie par une foule fervente. Dans cette foule un couple a attiré l’attention du narrateur. Elle, Zizine, femme superbe ; lui, petit, contrefait, douloureux. Milarot, champion du monde, est dans la salle.

(1938)

Lire


La Folie Neubourg

Le faiseur de momies

par
Georges Spitzmuller et Armand Le Gay

Le promeneur qui remonte le boulevard Auguste-Blanqui dans la direction de la place d'Italie, est frappé par l'aspect pittoresque d'une vieille maison enclose dans le triangle formé par ce boulevard, la rue Edmond-Gondinet et la rue Corvisart.

(1912)

Lire

Saviez-vous que... ?

L'École Estienne est installée à son emplacement actuel depuis novembre 1889 mais n'a été inaugurée que le 1er juillet 1896 par le président de la République, M. Félix Faure.

*
*     *

La statue de Pinel, bienfaiteur des aliénés, installée devant l'hôpital de la Salpétrière est due à Ludovic Durand.

*
*     *

En 1930, les Primistères parisiens avaient des magasins aux adresses suivantes : Rues, des Cinq-Diamants, 33 et 56 ; du Château-des- Rentiers, 54 et 135 ; Bourgon, 19 ; Nationale, 151 ; du Moulin-des-Prés, 9 ; de Patay, 92 ; Albert, 67 ; Baudricourt, 75 ; avenues : d'Italie, 52, 100, 198 et 180; d'Ivry, 41 ; de Choisy, 39 ; de Tolbiac, 169; boutevard de la Gare, 132 et 171.

*
*     *

Félix Faure est le premier Président de la République à avoir visité le 13e arrondissement à l'occasion de l'inauguration du pont de Tolbiac passant au dessus des voies du chemin de fer de la ligne Paris-Orléans. C'était en 1895.

L'image du jour

Percement de l'avenue des Gobelins (1868)

La vue est prise de la place d'Italie dont on abaisse le niveau de près de deux mètres pour la pente de la nouvelle avenue soit moins forte. La construction métallique à droite, c'est le marché couvert des Gobelins. Il fonctionnera jusqu'à la fin du siècle avant d'être remplacé par le marché Blanqui. Avec l'ouverture de la rue Primatice, le marché couvert sera coupé en deux. La partie côté Gobelins sera démolie ; la partie côté boulevard de l'Hôpital subsistera jusqu'aux années 1970.  ♦